Jump to content
Sign in to follow this  
Frédéric Cogno

La vieille balançoire

Recommended Posts

Frédéric Cogno

La vieille balançoire 

A gardé la mémoire,

Qui osera peut croire 

Sous le tendre tilleul 

Aux charmantes histoires 

Ne dormant que d'un oeil. 

 

La vieille balançoire 

N'a pas pris une ride,

Dès qu'une odeur de poire 

Se jette dans le vide,

Quand on ouvre une armoire,

Elle se souviendra 

De la blancheur des draps...

 

Des parfums de lavande 

Tombant de la fenêtre,

Des chants de contrebande 

Autour de la fontaine,

Des chétives clameurs 

Au moment du quatre heures,

Des sonnets de Verlaine. 

 

Elle grince, parfois, c'est vrai,

Mais son cordage a tenu bon,

Les liens noircis de grands frissons,

De vertiges insoupçonnés;

 

Dans cet écrin de verts présages,

Elle berce les doux baisers,

Soupirs sépias, pastels passés,

Nouent des rubans dans l'azur sage. 

 

La vieille balançoire 

Grâce aux serments secrets,

S'est peaufinée d'étés,

S'éprenant de voilettes 

Et de brises pâmées,

De bouquets de violettes. 

 

L'air est toujours si frais,

Un filet d'eau de rose 

Écume ombres et haies,

Et d'invisibles choses 

Sembleraient nous grimer 

Saynètes et quadrilles 

Couleur fraise et myrtille...

 

Son siège est fait de bois,

Almanach de rosées,

De cuir et de raphia,

De liquoreux vestiges,

Combien de jambes nues,

De jupons décousus,

Ont connu la voltige.!...

 

Elle grince, parfois, c'est vrai,

Mais son cordage a tenu bon,

Les liens noircis de grands frissons,

De vertiges insoupçonnés;

 

Dans cet écrin de verts présages,

Elle berce les doux baisers,

Soupirs sépias, pastels passés,

Nouent des rubans dans l'azur sage. 

 

Plus tard, dans la soirée,

Quand naîtra ton prénom,

Évanescents de moires,

Nous nous retrouverons 

Comme ont fait les amants,

Dans l'ivresse d'antan,

Avec pour confident...

La vieille balançoire...

 

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Myrtille

Une lecture me transportant dans ma Dordogne d’enfance dans le pré où sous le chêne était suspendue ma balançoire de corde et de bois. Merci

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest

C'est avec des souvenirs pleins la tête qui ressurgissent grâce à vos mots que je vous remercie de ce tendre poème.

@Myrtille j'habite en Dordogne... et de toute ma vie, je n'ai jamais été aussi bien...

Edited by Guest

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

Vous faites partie des privilégiés qui ont connu la balançoire. Votre poème a ravivé en moi des souvenirs pleins de tendresse. Merci. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor

Je suis au diapason des commentaires précédents. Votre poème a réveillé des souvenirs emprunts d'une douce nostalgie.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...