Jump to content
Axswell

La dernière danse

Recommended Posts

Axswell

Dans la vaste vallée des désirs spirituels éternels,

Le poète joyeux danse aux rythmes des mortels.

Il sait les chants douloureux des âmes charnelles,

Sacrifiées dans la peinture d’un azur sous tutelle.

Poète, ne rentre jamais dans une valse sans erreurs.

 

Dans les bas-fonds sombres du despotisme enivrant,

Dans les ouragans gelés des plaisirs douloureux,

Il aperçoit en souffrant l’extase de grands flamants

Au rose fondu par le feu d’un poison ténébreux.

Poète, retire ton pinceau de ces palettes de pâleurs.

 

Quand une bile noire aux senteurs de roses acides

Remplit les cerveaux charmés comme des serpents,

Il ouvre en hâte la bonde des neurones intrépides,

Transformant la fange gluante en un oasis de paons.

Poète, sauve-nous de ces marécages sans couleurs.

 

Quand ta flamme s'éteindra sous le vent rugueux,

Que tes peintures dégoulineront dans l'humidité,

Un souffle divin viendra sécher ces larmes bleues

Pour caresser tendrement les joues de ton humilité.

Poète, ton oeuvre passera les degrés de nos heures.

  • Aimé 6

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny

Une poésie dont le ton m'a rendu le souvenir familier d'Isidore Lucien Ducasse.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Camine
il y a 57 minutes, Axswell a dit :

Dans les bas-fonds sombres du despotisme enivrant,

Dans les ouragans gelés des plaisirs douloureux,

Il aperçoit en souffrant l’extase de grands flamants

Au rose fondu par le feu d’un poison ténébreux.

Poète, retire ton pinceau de ces palettes de pâleurs.

 

Puissante, cette strophe entre autres!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Diane

La métamorphose de la laideur en beauté grâce au poète,

qu'il en soit effectivement remercié par la postérité ...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Marc Hiver

@Axswell,

 

Il y a 21 heures, Axswell a dit :

Poète, ton oeuvre passera les degrés de nos heures.

Je ne sais pas si c'est vrai, mais ça mérite un coeur !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Seawulf
Le 23/05/2020 à 09:57, Axswell a dit :

Poète, ne rentre jamais dans une valse sans erreurs.

Poète, retire ton pinceau de ces palettes de pâleurs.

Poète, sauve-nous de ces marécages sans couleurs.

Poète, ton oeuvre passera les degrés de nos heures.

Une belle poésie, comme une ode aux poètes et à la vie!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mohand

Dans chacune des strophes, J'ai aimé le dernier vers  réservé au poète.

Un très beau texte.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Aubussinne

Un texte puissant au ton très dix-neuvième, une ode à la création poétique et à tous ses dangers.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Yan

Quatre quintils puissants et magnifiques!

Je rejoins Gabriel, j'y ai ressenti le fantôme du Comte de Lautréamont...(c'est pour moi un compliment...)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Kanth

La forme du quintil et les longs vers, ainsi que les rimes aux alternances travaillées, composent un poème d'une grande force, sans lourdeur. Mais la forme ne serait rien sans la beauté des mots et des expressions d'une grande richesse poétique. Merci pour ce beau texte intense. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...