Jump to content
Eathanor

Les grelots des rêves

Recommended Posts

Epicene

Obscure et feutrée, ambiance à laquelle j'adhère, poésie sombre et riche d'images.

Merci Eathanor 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Diane

J'ai eu l'impression, une fois encore, de te voir jouer à un jeu vidéo. 😉

C'est tout à fait le genre de scène qui s'y passe, des personnages d'acide et de métal,

le décor y est le même et le champ sémantique itou  !

 

Il y a 4 heures, Eathanor a dit :

Mon bras usé moissonne des terres stériles,

Tout en mâchonnant des graines rassies.

et là, tu en as marre de faire marcher la manette 

en mâchouillant des cacahuètes 😂

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Outrehorizon

Un poème qui me laisse sans voix... La force et la beauté des images, dans une forme de poésie pure telle que ma vision perçoit les émotions. Là aussi, ce poème rejoint la musique, et je pense à Varèse.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Aubussinne

Des images, des sons, une ambiance, archéologue des états de profondeur.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eobb

Je pense à ces oiseaux inséparables et pourtant ils ne vivent plus en couple. Une peine traverse ce poème.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny

Des images détournées du sens commun, un geste auguste de moissonneur dans un décor d'apocalypse, un poème d'un futur sombre où sombre jusqu'à l'espérance.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Muriell

L'amour est d'autant plus lumineux que l'univers est sombre, de l'archéopoésie contemporaine, merci j'ai fouillé les mots avec précaution, j'ai aimé.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Camine

Je rejoins le commentaire de Gabriel, le même ressenti, c'est très beau!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor
Il y a 21 heures, Epicene a dit :

Obscure et feutrée, ambiance à laquelle j'adhère, poésie sombre et riche d'images.

Merci Eathanor 

 

Merci Epicène. Vous vous rendrez assez vite compte que mon univers est habité de ces ombres en demi-teintes.

Il y a 18 heures, Diane a dit :

J'ai eu l'impression, une fois encore, de te voir jouer à un jeu vidéo. 😉

C'est tout à fait le genre de scène qui s'y passe, des personnages d'acide et de métal,

le décor y est le même et le champ sémantique itou  !

 

et là, tu en as marre de faire marcher la manette 

en mâchouillant des cacahuètes 😂

 

Je dois dire que je m'attendais à tout mais sur ce coup, tu m'as séché. Comme quoi, la variété des ressentis lors de la lecture sont une source de richesse pour l'auteur. J'espère que mon jeu vidéo t'emmènera rapidement au niveau suivant et non pas sur Game over 😉 

Il y a 16 heures, Outrehorizon a dit :

Un poème qui me laisse sans voix... La force et la beauté des images, dans une forme de poésie pure telle que ma vision perçoit les émotions. Là aussi, ce poème rejoint la musique, et je pense à Varèse.

Doublement merci cher Claude. Pour votre éloge flatteur sur mes vers d'une part mais aussi pour cette découverte de Varèse que je ne connaissais point.

Il y a 15 heures, Aubussinne a dit :

Des images, des sons, une ambiance, archéologue des états de profondeur.

L'archéologie des états de profondeur est sans doute l'une des plus passionnantes, bien qu'elle puisse s'avérer dangereuse...

Il y a 13 heures, Eobb a dit :

Je pense à ces oiseaux inséparables et pourtant ils ne vivent plus en couple. Une peine traverse ce poème.

Touché-coulé Eobb...

Il y a 13 heures, Gabriel Montigny a dit :

Des images détournées du sens commun, un geste auguste de moissonneur dans un décor d'apocalypse, un poème d'un futur sombre où sombre jusqu'à l'espérance.

Il reste néanmoins toujours l'espoir de retrouver l'espoir.

Il y a 11 heures, Muriell a dit :

L'amour est d'autant plus lumineux que l'univers est sombre, de l'archéopoésie contemporaine, merci j'ai fouillé les mots avec précaution, j'ai aimé.

Merci Muriell. Archéopoésie est un néologisme qui me plait assez 🙂 

Il y a 2 heures, Camine a dit :

Je rejoins le commentaire de Gabriel, le même ressenti, c'est très beau!

Merci Camine pour votre lecture et le partage de votre ressenti.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Myrtille

Je ne lis pas les commentaires ne voulant pas me laisser influencer, et me voici transportée au pôle nord avec mes chiens de traîneaux, cet homme regarde la vie loin des humains, dans sa contemplation tout y est magnifié, tristesse du froid et bonheur mélangés, tout en sachant que ce spectacle est unique et pour lui seul, orphelin du monde. Non non je n'ai pas fumé la moquette 🙂

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Epicene
Il y a 13 heures, Eathanor a dit :

Merci Epicène. Vous vous rendrez assez vite compte que mon univers est habité de ces ombres en demi-teintes.

C'est déjà fait @Eathanor, je l'ai remarqué 🙂 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mohand

J'ai aimé cette interaction "poétique" avec  ce qui vit et ressenti autour de soi. Une forte inspiration.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Thy Jeanin

Cet onirisme somptueux, un âcre creuset aux étincelles.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor
Le 11/05/2020 à 18:14, Myrtille a dit :

Je ne lis pas les commentaires ne voulant pas me laisser influencer, et me voici transportée au pôle nord avec mes chiens de traîneaux, cet homme regarde la vie loin des humains, dans sa contemplation tout y est magnifié, tristesse du froid et bonheur mélangés, tout en sachant que ce spectacle est unique et pour lui seul, orphelin du monde. Non non je n'ai pas fumé la moquette 🙂

Merci pour cette approche de lecture que tu livres Myrtille. Et sois rassurée, loin de moi l'idée de penser que tu puisses fumer la moquette 🙂 

 

Il y a 7 heures, Mohand a dit :

J'ai aimé cette interaction "poétique" avec  ce qui vit et ressenti autour de soi. Une forte inspiration.

Merci Mohand pour avoir su déceler cette interaction.

 

Il y a 5 heures, Thy Jeanin a dit :

Cet onirisme somptueux, un âcre creuset aux étincelles.

Votre commentaire flatteur me ferait presque rougir. Merci pour votre lecture.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Seawulf
Le 10/05/2020 à 12:43, Eathanor a dit :

Au loin tintent les grelots des rêves.

Ils racontent les arrondis de ton nom,

Révèlent la dépouille de tes lèvres,

Les ossements de tes baisers figés.

 

Juste une dernière fois,  espérer

Me frotter contre le crépuscule des nuits,

Trébucher sur le seuil de ton souffle,

S'égarer dans le velours de nos gorges.

Je partage le commentaire de @Thy Jeanin

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno
Le 10/05/2020 à 12:43, Eathanor a dit :

Ils racontent les arrondis de ton nom,

Que c'est joli. Une poésie presque magnétique. Bravo!

 

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...