Jump to content
Gabriel Montigny

Sonnet Cybernétique

Recommended Posts

Evenos

Adepte du chiffre 13 et conservant le féminin d'un côté et le masculin de l'autre le cyborg est méthodique et superstitieux... Ou juste talentueux.

J'aime beaucoup la modernité dans un corps sonné 

Merci

Evenos 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eobb

J'aperçois la porte des étoiles, le couloir de ver aux parois lisses, une douceur mélodieuse pour que des merveilles nous émerveillent. Ton poème me disperse dans d'infinies directions sans que je sache exactement lesquelles.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
Posted (edited)

Votre poème cyber-organique a du sang qui coule dans les tuyaux, mes antennes en grinçent d'émotions, j'ai l'impression d'êtres incrustés dans le métal, tout cela construit de manière limpide pas un boulon qui depasse pas un écrou qui se desserre. 

Un coeur de fer pour ce poème de chair... Et vice et versa. Merci.

Edited by Guest

Share this post


Link to post
Share on other sites
Marc Hiver

@Gabriel Montigny,

 

Je pense que la meilleure poésie est écrite par des robots pour des robots. Nous n'en sommes que les misérables agents scripturaires dans les forums.

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Jeep

Une incursion au pays du sonnet qui ne peut que me ravir et je ne vois dans les libertés prises avec la métrique qu’un désir de modernité. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest

Votre sonnet me fait penser à la locomotive de la Bête humaine...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Seawulf
Il y a 13 heures, Gabriel Montigny a dit :

La cybernétique se déchire en un cantique,

les os rêvent l’appel lubrifiant du portique
inoxydables tourments s’ouvrant sur les merveilles.

Ouf ! On souffle. Quelque chose de sympa au final. L'espoir renaît. 

 

Il y a 13 heures, Gabriel Montigny a dit :

Le soir tend ses ailes noires sur l'inassouvi
l’espoir se noie dans le moiré du velours vibrant,
l’étouffoir des moiteurs endiablées nous ravit,
au regard, bimoteur, des nymphes de tons luisants,

 

II vient le temps inné des besoins de douceur
fortifiés des âmes alanguies au giron,
ces mélodies de satin d'un vil parfum berceur
des pulsations méthodiques du cyclotron

Très beaux passages. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mercoyrol

Un cyber -sonnet supersonique ! Original en tous points, avec une métrique à 13 pieds qui le rend particulièrement fluide et agréable à la lecture...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Camine

Cela  nous permettrait de retrouver une forme de communion avec la nature!  

Share this post


Link to post
Share on other sites
Diane

J'ai senti dans ce poème un combat,

ce combat entre l'humain qui rêve de douceur et la machine dont le système va lui permettre de se substituer à la réalité dont il rêve et qu'il ne trouve pas...

 

 

Le 29/03/2020 à 23:00, Gabriel Montigny a dit :

II vient le temps inné des besoins de douceur
fortifiés des âmes alanguies au giron,
ces mélodies de satin d'un vil parfum berceur
des pulsations méthodiques du cyclotron

 

C'est extrêmement bien ficelé Gabriel.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Epicene

Un sonnet cybernétique esthétique et une fois de plus, j'ai aimé m'arrêter chez vous.

Merci pour ce beau partage Gabriel

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny
Le 29/03/2020 à 23:14, Evenos a dit :

Adepte du chiffre 13 et conservant le féminin d'un côté et le masculin de l'autre le cyborg est méthodique et superstitieux... Ou juste talentueux.

J'aime beaucoup la modernité dans un corps sonné 

Merci

Evenos 

@Evenos Votre perspicacité n'a d'égale que votre connaissance du "métier"... Bravo pour la pertinence.

Le 29/03/2020 à 23:58, Eobb a dit :

J'aperçois la porte des étoiles, le couloir de ver aux parois lisses, une douceur mélodieuse pour que des merveilles nous émerveillent. Ton poème me disperse dans d'infinies directions sans que je sache exactement lesquelles.

@Eobb Je t'en laisse le choix.

Le 30/03/2020 à 02:27, Muriell a dit :

Votre poème cyber-organique a du sang qui coule dans les tuyaux, mes antennes en grinçent d'émotions, j'ai l'impression d'êtres incrustés dans le métal, tout cela construit de manière limpide pas un boulon qui depasse pas un écrou qui se desserre. 

Un coeur de fer pour ce poème de chair... Et vice et versa. Merci.

@Muriell C'est bien l'idée... avec son érotisme dérangeant et fascinant.

Le 30/03/2020 à 08:12, Marc Hiver a dit :

@Gabriel Montigny,

 

Je pense que la meilleure poésie est écrite par des robots pour des robots. Nous n'en sommes que les misérables agents scripturaires dans les forums.

@Marc Hiver C'est la poésie de demain et pour y trouver place il faudra être plus que pistonné....

Le 30/03/2020 à 08:43, Jeep a dit :

Une incursion au pays du sonnet qui ne peut que me ravir et je ne vois dans les libertés prises avec la métrique qu’un désir de modernité. 

@Jeep Il est vrai que les vers à 13 pieds sont peu usités, mais déjà Verlaine s'en plaignait.

Le 30/03/2020 à 09:09, Evan a dit :

Votre sonnet me fait penser à la locomotive de la Bête humaine...

@Evan Magnifique analogie, ce film de Renoir est un pur chef d'oeuvre!

Le 30/03/2020 à 12:23, Eathanor a dit :

Ce poème est approuvé par la commission robotique.

arnold schwarzenegger middle finger GIF by Cheezburger

@Eathanor

arnold schwarzenegger terminator GIF

🙂

 

Le 30/03/2020 à 12:34, Seawulf a dit :

Ouf ! On souffle. Quelque chose de sympa au final. L'espoir renaît. 

 

Très beaux passages. 

@Seawulf J'admire votre optimisme! ^^

Le 30/03/2020 à 18:14, Mercoyrol a dit :

Un cyber -sonnet supersonique ! Original en tous points, avec une métrique à 13 pieds qui le rend particulièrement fluide et agréable à la lecture...

@Mercoyrol Une forme classique pour un sujet moderne. C'est dans les vieux pots.... ^^

Le 31/03/2020 à 11:19, Camine a dit :

Cela  nous permettrait de retrouver une forme de communion avec la nature!  

@Camine Je n'ai pas votre optimisme concernant la nature de l'homme...

Le 31/03/2020 à 11:31, Diane a dit :

J'ai senti dans ce poème un combat,

ce combat entre l'humain qui rêve de douceur et la machine dont le système va lui permettre de se substituer à la réalité dont il rêve et qu'il ne trouve pas...

 

 

C'est extrêmement bien ficelé Gabriel.

@Diane tu viens de définir l'essence même du film Matrix. Ce poème n'est pas loin de s'en inspirer aussi.

Le 01/04/2020 à 21:12, Epicene a dit :

Un sonnet cybernétique esthétique et une fois de plus, j'ai aimé m'arrêter chez vous.

Merci pour ce beau partage Gabriel

@Epicene Même les machines doivent être belles.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...