Jump to content
Moïse

La vieille Charrue

Recommended Posts

Moïse

 

Une vieille charrue occultée par les herbes,
que seul le temps manie et use par l’ennui,
attire le regard, jouant de sa superbe,
penchée dans un sillon, corrodée par la pluie.

En aval un vieux puits, une chaîne et un seau,
ont pour ami le vent, délaissés par la soif.
Plus loin, une forge, une enclume, et un marteau
s’habillent d’une toile, que la tisseuse coiffe.

Les arts régnaient ici. J’entends encore leur chant,
lorsque la bigorne martelée résonnait.
Des roues en bois cerclées d’un acier de ruban,
cognaient sur le chemin recouvert de pavés.

Ne restent sous les chaumes que des âtres éteints,
des vieux clous dans les murs que le regard accroche.
Partout de la poussière que le temps assassin,
jours après semaines recouvre de son approche.

Des rosiers sauvages aux épines pointues
occupent l’espace qui leur fut interdit.
Et le lierre escalade les murs qui étaient nus.
Le village désormais est logé par l’oubli.

Seuls le vent et la pluie sont restés à demeure.
Des volets animés par des mains invisibles
jouent sur leurs gonds rouillés qui grincent et se meurent.
Un peu plus chaque jour, le temps ronge sa cible.

Moïse
6 Novembre 2015

 

  • Aimé 8

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor

Bienvenue sur Accents poétiques @Moïse, une communauté dont vous êtes maintenant un membre à part entière. J'espère que vous trouverez rapidement vos aises ici. L'ensemble du comité de rédaction se tient à votre disposition si nécessaire. Nous vous invitons à vous présenter plus en avant sur le sujet suivant :

 

 

Une dernière recommandation avant de vous laisser parcourir le site : afin que le partage au sein de notre communauté soit une réalité, veillez  à répondre aux commentaires qui vous seront donnés et, tout aussi important, à réagir aux poèmes déposés par les autres membres.

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Moïse

Merci à Eathanor ainsi qu'à Filae77 pour le petit coup de cœur ! 🙂

Share this post


Link to post
Share on other sites
Lina

Le temps fait son oeuvre irrémédiablement mais vous avez su redonner vie et lustre à ces objets et à ces lieux : ils nous parlent d'un temps où les choses étaient simples et vraies, et votre  plume les sort si joliment de l'oubli !

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno

Poésie atemporelle qui garde dans son panier d'osier des vers enrubannés de parfums rustiques.

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gilliatt

Bonsoir et bienvenue @Moïse, j'ai vu l'étang, les nymphéas, les amoureux et j'y étais, puis l'hiver aux dents de nacre m'a rappelé les batailles de boules de neiges de mon enfance, alors la vieille charrue m'a parlé de mon ancien atelier et de sa forge dont j'ai conservé l'enclume et tous les marteaux, j'ai aimé ces trois beaux poèmes et je me réjouis de bientôt en lire d'autres, merci. 🙂 

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Moïse
Posted (edited)

Un grand merci à Lina, c'est vrai l'accent est mis sur ce retour dans un passé plein de nostalgie,

les objets restés sur place ont une histoire à conter.

 

Merci infiniment à Frédéric votre commentaire est proportionnel à l'ambiance que j'ai voulu rendre ici, merci.

 

Merci beaucoup à Gilliat pour m'avoir lu et commenté  avec ce regard si compréhensif et expérimenté, 

ravi que mes trois premiers poèmes déposés vous plaisent. 

Edited by Moïse

Share this post


Link to post
Share on other sites
Filae77

Bonjour @Moïse, j'ai mis un cœur pour ce texte superbe, tout-à-fait d'accord avec les commentaires précédents ,et. Je ne m'attarderai

pas sur les  belles images qui servent une poésie trés atmosphérique.   

Les arts régnaient ici. J’entends encore leur chant -> le narrateur intervient à la première personne se faisant le médiateur entre ce qu'il décrit

et l'histoire qui y est associée. (la strophe y est déclinée à l'imparfait) ,et démontrant le rôle 'véhiculaire ' de la poésie

la nostalgie et la mélancolie se rapportent à des choses en proie à un temps (coupable) ->  des âtres éteints,le temps assassin, logé par l’oubli,se meurent..

occupent l’espace qui leur fut interdit.Et le lierre escalade les murs qui étaient nus. -> 2 trés beaux vers pouvant suggérer que la nature recouvre

un espace de liberté , et que l'oeuvre du temps est après tout dans l'ordre naturel des choses, il faut l'accepter.

Très belle composition qui peut évoquer en filigrane et métaphoriquement le rôle et le pouvoir évocateur de l'écriture pour reconnaître  une certaine

beauté aux choses 'passées' 

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Camine

Tres beau passage, merci pour ce moment d’évasion, un cœur pour vous!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Moïse
Posted (edited)

Bonjour Filae77

 

Très touché. il faut être sensible pour parvenir à un tel dénouement. D'ailleurs,

j'ai lu quelques uns de vos commentaires sur divers textes publiés en ces lieux, ils sont profonds. 

Quand j'ai écrit ce poème, je me suis projeté  dans ce village oublié, j'ai pu du coup 

décrire ce que j'y voyais et entendais, c'est un exercice intéressant. 

Edited by Moïse

Share this post


Link to post
Share on other sites
Moïse
il y a 2 minutes, Camine a dit :

Tres beau passage, merci pour ce moment d’évasion, un cœur pour vous!

Merci Camine, c'est gentil ! belle après midi en ce jour !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Moïse

Merci à Christian bello 

Et Isabelle 64 pour votre petit cœur déposé !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Banniange

une belle poésie bucolique qui nous renvoie à ces temps éculés...Mélancolie quand tu nous tiens...

 

Seuls le vent et la pluie sont restés à demeure.
Des volets animés par des mains invisibles
jouent sur leurs gonds rouillés qui grincent et se meurent.
Un peu plus chaque jour, le temps ronge sa cible.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Moïse
il y a 55 minutes, Banniange a dit :

une belle poésie bucolique qui nous renvoie à ces temps éculés...Mélancolie quand tu nous tiens...

 

Seuls le vent et la pluie sont restés à demeure.
Des volets animés par des mains invisibles
jouent sur leurs gonds rouillés qui grincent et se meurent.
Un peu plus chaque jour, le temps ronge sa cible.

Une fenêtre ouverte sur un monde ancien, cela dit, il est des contrées où cette vie est restée telle quelle !

Merci pour la lecture commentée Banniange !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Moïse
Posted (edited)

Voici cette vieille charrue occultée par les herbes

 

charrue.png.214a35f8df8e8ce431e725d80da54fc7.png

 

 

Edited by Moïse
Il manquait les 25 caractères

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...