Jump to content
Marc Hiver

Tremblements dans l'hyperespace, final de la saison 1, épisode 8

Recommended Posts

Marc Hiver
Posted (edited)

Le Dieu de La Bible — traduite et présentée, bien sûr, par André Chouraqui aux Éditions Desclée de Brouwer, 1989 — créa les ciels et la terre qui était « tohu-et-Bolu ». Le pluriel à « ciel » indique combien Elohîm se présentait en précurseur de ce que nos ancêtres appelaient science-fiction avec son cortège de planètes, de mondes et de galaxie. Et IHVH, autre nom du créateur biblique, après que son souffle a plané sur les faces des eaux, dit au futur de l'indicatif : « Une lumière sera. ». puis au présent de narration : « Et c'est une lumière. » [Pour les lascars qui utilisent une traduction profane : « Que la lumière soit et la lumière fut » NDE].

 

Or, après cet introït pédantesque et je m'en excuse, tous les luminaires célestes s'éteignirent, et un noir d'encre entoura notre Astrolus. Mamie, mon ordinatrice de bord, et Papi, mon androïde personnel de service, nous aidaient à piloter aux instruments. Et puis, tout d'un coup, dans une régurgitation formidable, le trou noir recracha d'un feu de Dieu des pestilences d'un vert de bronze. Des pets extraordinaires empuantissaient le déluge de cette couleur délavée. Je pris ma copilote dans les bras, car nous n'en menions pas large.

 

Nous serrions les fesses et je nous proposai de délaisser La Genèse, qu'André Chouraqui nomme Entête, traduction exacte de l'hébreu Beréshit, pour nous projeter sur le « Découvrement de Iohanân » que d'aucuns continuent de traduire par « Apocalypse selon Saint Jean ».  Eh bien ! Ce découvrement de toute vérité menaçait nos vieilles croyances et certitudes et s'accompagnait de facto des signes d'un Armagueddon immarcescible.

 

Comment les tremblements qui avaient préludé au chiasme miasmatique de l'hyperespace avaient-ils pu engendrer un tel dérèglement fantasmatique de tous les freins poétiques qui jusqu'ici nous avaient protégés de la charge virale des space fake news qui survivaient ici et maintenant ?

 

Toi, lecteur qui me lira peut-être s'il subsiste quelque chose de nous, toi l'entendeur des misérables paroles témoignant de la fin de l'Étant, de l'Était et du Venant, sache que ma modeste voix n'emprunte plus celle d'un Shophar au risque d'y perdre le peu du pitoyable souffle qui lui reste. Moi, je suis le premier et le dernier. Ma copilote est tombée à mes pieds, comme morte. Et le clone de ma femme défunte ne répond plus d'au-delà les nuées.

 

FIN DE LA PREMIÈRE SAISON

 

Citation

Nous attendons les résultats de l'audimat — en accord avec le comité de rédaction d'Accents poétiques — avant d'entamer l'écriture d'une éventuelle seconde saison. Haut les cœurs et les commentaires d'encouragement !

 

 

Edited by Marc Hiver

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

Il est difficile sur cette section de tirer des conclusions sur les écrits : le nombre de lectures n'est pas très concluant, les commentaires encore moins puisqu'ils sont très rares. Je ne peux que t'encourager, pour ma part, de continuer ... je persévère à poster des textes ici, c'est un peu frustrant, mais le nombre de lectures anonymes est quand même encourageant, quelque part 🙂 Ma plume errante a cessé les histoires à suite depuis longtemps ... 😞 T'es peut-être le premier, mais pas le dernier ! Il reste le Venant, celui-là il est du futur ... Courage, Marc ! 🙂 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...