Jump to content

Plume nomade


Ahmed Ben Mahmoud

Recommended Posts

Filae77
il y a 24 minutes, Ahmed Ben Mahmoud a dit :

qui clignent à mes yeux

comme une poignée de grains de sable

Bonjour @Ahmed Ben Mahmoud, et merci  pour ce texte contemplatif et atmosphérique mais volontairement dépouillé au niveau du style.

la splendeur du contexte incite au recueillement ->méditante , peut-être la chaleur provoque des effets d'optique ->aubes tremblantes 

et la beauté scintillante du désert à travers les grains de sable sera traduite par les grains (mots) de la littérature.

en tout cas le Poète narrateur au sens propre comme au figuré est l'homme qui, quoique viscéralement et intellectuellement lié à sa terre -> cousu

est une pensée en mouvement -> j'avance, nomade 

  • Aimé 1
Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno

Envoûtant comme la danse du cobra...Votre plume transforme le désert en une somptueuse oasis. Coup de coeur!

  • Aimé 1
Link to post
Share on other sites
Joailes

Bonjour @Ahmed Ben Mahmoud 

il y a 42 minutes, Ahmed Ben Mahmoud a dit :

J’avance

cousu à une terre

ocre

 

méditante

et 

 

il y a 42 minutes, Ahmed Ben Mahmoud a dit :

je suis né

sous un voile de silence

d’un point en sang

sur la robe du désert.

sont les deux passages que j'ai préféré ;  magnifiques, vraiment. 

  • Aimé 1
Link to post
Share on other sites
Aubussinne

J'apprécie beaucoup votre texte qui accroche à l'essentiel de notre vie, vous me placez sur l'épure d'une dune, le sable dans mon âme. Un moment magnifique.

 

  • Aimé 1
Link to post
Share on other sites
Seawulf
il y a une heure, Ahmed Ben Mahmoud a dit :

tous ces éclats soudain

dans un livre

que j’écris d’une plume nomade 

 

je suis né

sous un voile de silence

d’un point en sang

sur la robe du désert.

Très belle poésie aux couleurs de l'Orient. 

  • Aimé 1
Link to post
Share on other sites
Eau de brume

De la pure poésie. En peu de mots,mais si bien choisis,l'essentiel est dit. J'ai hâte de lire vos prochains poèmes.

  • Aimé 1
Link to post
Share on other sites
Ahmed Ben Mahmoud

@Mohè; @Filae77 (la vôtre est une belle analyse, que je partage. J'ajouterais, au-delà de l'idée du mouvement, celle, exigeante et urgente,  de l'ouverture. L'écriture en soi, le livre, de surcroît écrit d'une plume nomade, les perspectives, l'étendue du désert, le silence...sont des éléments métaphoriques de cette idée d'ouverture. Le repli sur soi, l'enfermement, sont ici fustigés);  @Frédéric Cogno ; @Joailes; @Aubussinne; @Seawulf; @Jeep; @Diane; @Eau de brume ; @LKazan: à toutes et à tous mes remerciements pour votre amitié, la douceur de vos commentaires et vos encouragements. 

 

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Eobb

"Cousu" les racines dont il semble parfois impossible de se défaire (je n'ai pas cette sensation et c'est comme si aujourd'hui je les découvrais ailleurs), j'aime votre panier et votre robe, je ne peux qu'imaginer ma présence en ce lieu et votre poème a sa couleur.

  • Aimé 1
Link to post
Share on other sites
Ahmed Ben Mahmoud

@Eobb ( les racines, un ancrage en terre, pour proposer sa différence à l'autre, être au monde en offrant sa richesse...); @Eathanor@Muriell : merci ! pour votre passage et vos coups de coeur. 

Link to post
Share on other sites

Il y a un champ sémantique et lexical autour de la couture qui fait que la robe que porte ce poème nous conduit de fil en aiguille si j'ose dire à un parcours méditatif, comme seul le désert révèle.

Link to post
Share on other sites
Ahmed Ben Mahmoud

@Gabriel Montigny : votre commentaire est d'autant plus intéressant que je ne m'étais pas aperçu de la proximité lexicale Cousu/Robe. Alors merci doublement. 

Link to post
Share on other sites
×
×
  • Create New...