Jump to content

de l'Espérance d'Amour


Recommended Posts

Seawulf

De l'Espérance d’Amour

 

Dans la nuit enténébrée d’une blancheur agitée se crochent des idées envahissantes venues d’ailleurs. Elles s’affolent, s’entrechoquent comme des boules de billard. Créent du bruit et de l’intranquillité. Les couleurs tressent un feu d’artifice. Les mots scrabblent les choses d’hier, envisagées, défaites, abandonnées au labyrinthe de la vie d’avant, trop vite, trop peu, trop quelque chose. Il y a toujours une insatisfaction, un manque à combler ! Les mots vacillent, chavirent. Ils s’expriment et pleurent des lettres majuscules, Gros Grain, Houle Venteuse, Souffle Court, Miroir Brisé et Désamour. Un chapelet d’inconfort !

 

J’ai été tant de métiers, d’espoirs chiffonnés, d’attentes inutiles, de sourires âpres, j’ai été tout cela et je n’ai pas rencontré de lightworkers ! Où sont-ils donc ces fameux personnages qui vous prennent par la main du bout de la langue. Ils cautérisent vos maux,  par des mots échappés de votre sphère, bulle perméable aux agitations climatiques humaines, humeurs dessalées au piment rouge. Travailleurs de lumières, chassez-moi toutes ces pasquinades. Éclairez mes nuits noires, allumez une bougie, faites grandir un souffle de vie. Disséquez mes accointances tapageuses, mes reflets sombres enlisés dans les sables mouvants, au cœur des villes empuanties de lumières fades et de pas perdus. Faites-en sorte que mon Moi aime Ma vie. Où sont les cordages, les mâtures, les passerelles, où est la Voie ? Y a-t-il encore une échappatoire, une once d’humanité, ici ? Dites-moi des mots qui chantent des rêves, des possibles infinis. Dites-les-moi, s’il vous plait. Et j’entends, au fond de ma mémoire une voix venue d’un univers lointain, à peine perceptible, sourdre en mon cœur, tout chaviré : « Ton image réside en mes yeux, ton nom n’est pas hors de mes lèvres, ton souvenir est dans les profondeurs de mon âme, a qui donc écrirai-je, puisque tu te promènes en tous ces lieux ? La plume s’est brisée et le papier s’est déchiré » (Livre du Dedans / Rûmî)

 

  • Aimé 7
Link to post
Share on other sites

Vous avez ce talent de maîtriser le poème en prose avec cette maestria qui caractérise le poète tout entier dévoué à l'écriture méditative.

Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, Seawulf a dit :

Les mots scrabblent les choses d’hier, envisagées, défaites, abandonnées au labyrinthe de la vie d’avant, trop vite, trop peu, trop quelque chose. Il y a toujours une insatisfaction, un manque à combler ! Les mots vacillent, chavirent. Ils s’expriment et pleurent des lettres majuscules, Gros Grain, Houle Venteuse, Souffle Court, Miroir Brisé et Désamour. Un chapelet d’inconfort !

Tellement juste, tellement vrai.

Quel texte !

Il y a 4 heures, Seawulf a dit :

Dites-moi des mots qui chantent des rêves, des possibles infinis. Dites-les-moi, s’il vous plait.

C'est tout simplement ce que nous attendons tous.

Bravo Yves.

Link to post
Share on other sites
×
×
  • Create New...