Aller au contenu

Messages recommandés

Jeep

L’indifférence comme une absolue raison 

De rester immobile à l’affût de la suite

La fin d’un sentiment et pour toute oraison

Quelques mots échappés pour mieux prendre la fuite

 

Cet espace restreint où la rage est réduite 

Dans lequel tu pourras livrer la déraison 

Et justifier ainsi cet écart de conduite

Qui t’avait entraînée à quitter la maison

 

Ne te disculpe pas c’est moi qui suis coupable

J’aurais dû t’écouter mieux comprendre ton cœur 

Car vois-tu vivre à deux sans en être capables

 

Était un grand défi pour notre liberté 

Et chacun peut avoir ressenti la rancœur 

De ne pas égaler l’idéal souhaité

 

 

Modifié par Gabriel Montigny
à la demande de l'auteur
  • Aimé 5

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Mohand

Le réalisme profond apaise.

 

Très beau texte.

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Eobb

Cette liberté, sans contour. Une peur de la perdre dans le flou. une jolie façon de le dire en poème.

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Ça c'est quand le mea culpa.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Seawulf
Il y a 13 heures, Jeep a dit :

L’indifférence comme une absolue raison 

De rester immobile à l’affût de la suite

La fin d’un sentiment et pour toute oraison

Quelques mots échappés pour mieux prendre la fuite

Rupture et indifférence font souvent bon ménage ! L'une alimente l'autre, et vice versa. 

  • Aimé 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Évoquer et résumer le problème en quelques vers est une gageure qui réclame une certaine audace.

cela dit, l’indifférence n’est pas autre chose qu une forme de lâcheté 

devant une situation avérée , et peut être vaut il mieux en effet oser se parler .

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marc Hiver

@Jeep,

 

Le poète compatit au malheur du narrateur, mais le barde, lui, dit à l'auteur : une de perdue, dix de retrouvées. Et hop ! un coeur à l'ouvrage.

  • Aimé 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Natacha Felix

La fuite véritable est parfois la meilleure solution pour les deux parties, mais fuir tout en restant ("immobile à l'affût de la suite") est terrible...


Pour la forme, vous avez choisi de pratiquer la dièrèse (je ne vous en veux pas, ce n'est pas contagieux 😁) dans le dernier vers, mais la synérèse dans le vers 7 (justifier), ce qui, si je ne me trompe, est une petite inconsistance. Peut-être remplacer ce "justifier", qui est répété deux vers plus loin, est une possibilité ? 🙂

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jeep

Merci @Natacha Felix , vous avez raison. Il est trop tard pour que je modifie le texte mais je propose de remplacer le premier hémistiche du neuvième vers par « Ne te disculpe pas... ».

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

@Jeep Poème modifié à votre demande ^^.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Créer...