Jump to content
ouintenabdel

Ode pastorale

Recommended Posts

Jeep

Un ravissant sonnet pastoral orné de deux enjambements qui ajoutent au charme!

Edited by Jeep
  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mohand

Merci pour ce cadeau! Impeccable.

Texte d'un réalisme attachant.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

@ouintenabdel je suis sous le charme de ton écriture qui fait naître sans effort de belles images. Coup de cœur pour ce très beau poème ! 

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny

Poème qui lorgne vers le tableau avec sa peinture délicate d'une bergère et son troupeau, ornée de précieux ornements taillés dans une langue classique et maîtrisée.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Seawulf

Une ode pastorale immersive pour notre plus grand plaisir. 

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Natacha Felix

Vous avez un talent pour peindre les scènes, ce n'est pas la première fois qu'un de vos poèmes me transporte en d'autres lieux à la lecture, pour mon plus grand plaisir.
Au delà du charmant tableau qui se dessine, la structure est maîtrisée et tout semble naturellement à sa place, fond et forme.
Seul minuscule bémol, qui n'est bien sûr qu'un ressenti personnel, le "bon" du vers 3 m'a paru un tout petit peu forcé pour respecter la métrique. J'aurais mis "la lavande, le thym et le vert tamarin" même si cela crée une rime à la césure avec la rime finale qui n'est pas désirable.

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
ouintenabdel
Le 13/01/2020 à 17:31, Jeep a dit :

Un ravissant sonnet pastoral orné de deux enjambements qui ajoutent au charme!

Merci Jeep, pour votre lecture si attentive. La preuve en est que les deux enjambements (deux rejets vers 6 et 10) dont j’ai usé à escient n’ont pas échappé à votre attention.

 

Le 13/01/2020 à 17:34, Mohand a dit :

Merci pour ce cadeau! Impeccable.

Texte d'un réalisme attachant.

Merci Mohand, cadeau,  mon poème en est un pour toutes mes lectrices et tous mes lecteurs. Merci d’en être un.  Ce poème, Je vous l’offre de bon  cœur.

 

Le 13/01/2020 à 18:25, Joailes a dit :

@ouintenabdel je suis sous le charme de ton écriture qui fait naître sans effort de belles images. Coup de cœur pour ce très beau poème ! 

Merci infiniment Joailes, tes appréciations me vont droit au cœur. Je ne peux aucunement y demeurer insensible. En toute franchise, je ne peux prétendre écrire toujours sans efforts. Il m’arrive parfois de chercher un mot  rimant qui n’arrive  pas toujours spontanément sous ma plume. C’est cela l’écriture. Elle est on ne peut plus capricieuse. Il faut savoir lui faire les yeux doux, et cela, je ne sais pas toujours le faire. Il arrive que ma Muse me boude. Je préfère alors ranger ma plume en attendant l’inspiration  plutôt que de pondre des énormités et te décevoir. Merci derechef.

Share this post


Link to post
Share on other sites
ouintenabdel
Le 13/01/2020 à 23:01, Gabriel Montigny a dit :

Poème qui lorgne vers le tableau avec sa peinture délicate d'une bergère et son troupeau, ornée de précieux ornements taillés dans une langue classique et maîtrisée.

Merci Gabriel Montigny. Votre commentaire on ne peut plus précis m’honore  et me ravit à plus d’un titre. Il émane d’un poète dont la virtuosité n’est plus à démontrer.

Le 14/01/2020 à 00:45, Eathanor a dit :

Une charmante poésie pastorale qui se dessine telle une toile aux détails soignés.

Un grand merci Eathanor, vos commentaires, fussent-ils laconiques, font toujours mouche. Ils produisent l’effet escompté. Merci derechef de flatter mon ego

Le 14/01/2020 à 13:08, Seawulf a dit :

Une ode pastorale immersive pour notre plus grand plaisir. 

Merci Seawulf, autant mon poème suscite votre plaisir, autant votre commentaire percutant me ravit. Merci derechef.

Le 15/01/2020 à 06:21, Natacha Felix a dit :

Vous avez un talent pour peindre les scènes, ce n'est pas la première fois qu'un de vos poèmes me transporte en d'autres lieux à la lecture, pour mon plus grand plaisir.
Au delà du charmant tableau qui se dessine, la structure est maîtrisée et tout semble naturellement à sa place, fond et forme.
Seul minuscule bémol, qui n'est bien sûr qu'un ressenti personnel, le "bon" du vers 3 m'a paru un tout petit peu forcé pour respecter la métrique. J'aurais mis "la lavande, le thym et le vert tamarin" même si cela crée une rime à la césure avec la rime finale qui n'est pas désirable.

Merci Natacha Felix pour votre  commentaire, ô combien  généreux.  Excellente remarque que  celle  que vous m’avez faite sur l’ordre des mots dans le vers 3. J’y souscris e entièrement d’autant plus que cette autre disposition  reproduit avec plus d’harmonie le son  [in] imitant le bêlement des chevreaux. Merci derechef.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Filae77
Le 13/01/2020 à 15:39, ouintenabdel a dit :

Ô si douce bergère, ô ravissante étoile !

Bonjour @ouintenabdel, je mets un cœur pour ce trés beau texte. Tout le monde l' a vu  mais je souligne quand même l' astucieuse superposition thématique. 

bergère + étoile =  étoile du berger  (À deux doigts du ciel, là-haut, près des nues),  la traîne de l' étoile (tes longs cheveux de jais

le pendentif de la bergère rappelle l'étoile sinon par sa forme au moins par son scintillement.

les chèvres elles aussi ont droit à leur pendentif (leur clochette)

Le 13/01/2020 à 15:39, ouintenabdel a dit :

Comme pour annoncer le moment de rentrer.
Ta main aux doigts si fins, dirigée vers le val,

Indique aux animaux le chemin pastoral.

Cette strophe est ma préférée, empreinte de délicatesse ,la bergère semble comme éthérée. S'agissant du propos caché '(s'il existe) on pourra y trouver

une métaphore à connotation religieuse: le 'troupeau' est le grand peuple de Dieu ,la bergère est son guide spirituel, elle même guidée par un objet céleste 'l' étoile du berger'  

(çà n'engage que moi)

 

Edited by Filae77
  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
ouintenabdel

Merci infiniment Filae77. Excellente analyse. Preuves irréfutables à l’appui. Je vous tire mon chapeau. Je signe des deux mains. Mes textes sont très souvent empreints de religiosité. Sous ma plume,  et parfois inconsciemment, s’échappent des vocables relatifs à la religion. Oui, le berger ou le pâtre  d’où le terme pasteur chez les protestants, le chemin pastoral ou de Damas, tout parle de religion. Vous avez vu parfaitement juste. Laïcité oblige, je ne vous le cache pas, j’ai modifié à escient les deux dernières strophes où le thème de la religion est très explicite. J’avais peur que ce ne soit mal accepté. Je vous les donne à lire :

Et font alors tinter leur clochette aux cieux,

Comme pour annoncer le rendez-vous de Dieu.
Tes mains jointes au ciel, tu fais une prière
Avec tant de ferveur. Et cap sur ta chaumière.


Le grand critique littéraire Roland Barthes doit se retourner dans sa tombe. Un grand bravo !

 

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...