Jump to content
Outrehorizon

Sans titre

Recommended Posts

Ladouce

     Je me suis glissée dans votre poème, il me va comme un gant et droit au coeur. Terriblement touchant, poignant et dérangeant, tant la vérité semble proche. Même le titre est parfaitement  choisi.

    Un coeur déposé aura t’il encore un sens ? Je l’espère. Merci @Tristamourir.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Seawulf
Il y a 7 heures, Outrehorizon a dit :

Il y a cette écume des relents sociaux, ces liens gordiens
Qui brisent aux poteaux du vent creux.
Le vent des hommes ne parle plus,
C’est le vent des idées, le vent du rien, l’ombre vide, les cris
Qui vont au silence de mort.
La mémoire se perd au silence des poussières,
Dans l’hiver du marbre, sous les larmes des pluies.

 

Un texte poétique d'une grande profondeur, aux mots choisis, qui parle de choses sérieuses avec distance. Ce poème adulte-enfant- conte, est un bijou littéraire. Il a une force magnétique et réflexive de premier plan. Philosophie et sentiments les plus nobles s'y promènent avec allégresse et fracas ! Sa lecture nous poursuit, longtemps après. "Sans titre" , ne peut laisser indifférent. 

Edited by Seawulf

Share this post


Link to post
Share on other sites
Aubussinne

Un texte émouvant de profondeur dans chacun des mots.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Diane

On ne peut que partager avec vous Claude, et par la même l’enfant, cette idée de vide et de néant.

Les "relents sociaux " portent bien leur nom.

 

Et à ce "Sans titre" aurait pu se substituer votre

"Rien n’existe en dehors de l’instant."
tellement cela y correspond bien !

 

Texte très fort.

 

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Margueritte C.

Poème qui touche par sa justesse. merci de ce beau vers  : " Je pèse l’ennui de la terre humaine, ".

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mohand

"La mémoire se perd au silence des poussières,
Dans l’hiver du marbre, sous les larmes des pluies."

 

La sensibilité de l'enfant cherche cette pureté qu'il n'arrive pas à voir.

Merci pour ce joli texte d'une belle  profondeur.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Myrtille

Justesse en effet, j’ai remonté ce qui me pèse et que je retrouve dans ce texte si justement, et malheureusement

Share this post


Link to post
Share on other sites
Lastcap

Poésie mystique, qui pique et rappelle và l'essentiel.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny

Le poète est un phare qui éclaire le monde disait le père Hugo. Il y a dans ton poème cette force hugolienne, celle du Condamné ou des Misérables, ce regard d'un gavroche qui comprend mieux les hommes que les philosophes, parce qu'il ressent.

 

Merci pour ta légende du siècle.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Outrehorizon

Merci Ladouce  de vous glisser en mon poème. Je vous sens palpiter au cœur de ma poésie.

 

Seawulf, je vous rends grâce de votre visite. Je suis touché de vos compliments.

 

Aubussinne, merci de votre visite. Heureux que mon poème vous touche.

 

Je n'ai jamais oublié, Chère Diane, l'enfant que je fus. Tellement meilleur que l'homme latent qui refuse de naitre.

 

Merci, Marc, pour votre cœur.

 

Merci, également à vous, Marguerite,  pour votre visite et ce par quoi j'ai pu vous toucher.

 

De perdons pas de vue, Mohand, l'enfant qui sait tant de choses.

 

Mon poème Myrtille, puisse -t-il vous donner  ce dont vous désirez retrouver.

 

Merci Lastcap de votre visite et percevoir un peu de mystique dans mon poème... Il n'y a peut-être que cela.

 

Ah, Gabriel, Merci pour ces compliments qui dépassent ma modeste poésie.

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

Votre poésie est très profonde, @Outrehorizon et recèle beaucoup de petits trésors cachés entre les mots. J'ai presque envie de répondre "sans commentaire " à votre superbe "sans titre". 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Outrehorizon

Merci Joailes de vos compliments. Votre sans commentaires me va droit au cœur. Le silence est encore de la poésie.

 

Moi qui admire beaucoup votre poésie, cher Eathanor, je me sens très touché de vos compliments.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...