Aller au contenu
Natacha Felix

Un regard particulier

Messages recommandés

Natacha Felix
Posté(e) (modifié)

Un moment particulier, une lumière inhabituelle, une note déplacée dans une mélodie jusque là rengaine. Il est des regards qui changent tout.
Cette rencontre-là s’était passée pour elle de façon fortuite.

 

En sortant du travail, un soir, en fin d’été, elle avait emprunté un chemin différent. Lasse du bruit des rames, de la promiscuité, elle avait décidé de rentrer en marchant. Le jour était fini depuis déjà longtemps et les rues de Paris se vidaient. C’était l’heure qui appartient à ceux qui n’ont pas de chez eux. Ceux qui vont dans le monde, touaregs enroulés d’un lé tissé serré protégeant leur peau fine d’un soleil acéré. Les nomades de la vie, dont elle était.
C’était également l’heure à laquelle d’autres s’affairent, ceux qui veillent sur l’huilage des rouages de la ville.

 

Elle avait emprunté rue Servan depuis l’avenue de la République et venait de tourner dans la rue du Chemin Vert pour rejoindre son studio. Celui-ci n’était plus qu’à quelques dizaines de mètres, lorsqu’elle fut arrêtée par un homme au gilet réfléchissant, sémaphore d’un camion de travaux publics qui effectuait une manœuvre délicate. Forcée d’attendre là pour ne pas avoir à rebrousser ses pas en une boucle qui lui semblait d’une longueur déraisonnable, elle se prit à observer le ballet fluorescent qui se déroulait devant ses yeux.

 

Des traces du violent orage estival qui avait pris place peu de temps auparavant étaient encore visibles. Le bitume brillait sous la puissante lumière des projecteurs de chantier et l’air était chargé d’une odeur de soulagement, cette odeur particulière qui n’apparaît que lorsqu’un dénouement souhaité par tant se précipite sans crier gare et surprend l’atmosphère, figeant en les libérant tous les effluves jusque là battus au sol par la couche nuageuse.


Ses narines emplies par ces parfums variés, ses yeux éblouis par la clarté franche des lampes, elle se tenait debout sur le trottoir, bras ballants. Puis l’éclat commença à provoquer une gêne et elle baissa son regard vers ses pieds.
C’est alors qu’elle vit dans la flaque une femme qui la fixait. Elle ne la reconnut pas et reçut, désarçonnée, la révélation fulgurante comme un coup de poing : il fallait vraiment qu’elle aille chez le coiffeur.

Modifié par Natacha Felix
  • Aimé 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
hersen

Aaahhh, ça c'est de la chute !

Bravo pour m'avoir menée par des chemins d'interrogation, de poétique,  et par avoir fini par une évidence : moi aussi, je me disais bien qu'il commence à être temps qu'elle y aille !

  • Aimé 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Joailes

Bravo @Natacha Felix pour ce texte échevelé qui décoiffe ! 😉 

  • Aimé 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Natacha Felix

Merci @hersen et @Joailes pour votre passage ! Je me suis bien amusée en écrivant celui-ci, si en plus je vous ai amusées, je suis comblée ! 😁

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jeep

Une histoire courte qui aurait pu être le début d’une nouvelle ou même d’un roman, qui commençait à nous entraîner, mais qui en se terminant brusquement d’une façon tirée par les cheveux devient une saynète humoristique.

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Créer...