Jump to content
Sign in to follow this  
Greenfairy

Attendre d'espérer

Recommended Posts

Greenfairy

Creuser. S'enfoncer. Entendre en arrière-plan qu'il faudrait, remonter ; mais avec sa conscience de plus en plus loin il se laisse aller dans une curiosité endormie -devenue la sienne-. Arrêter d'attendre ; que le geste d'après ne sera plus celui-là. Il sera autre chose, tout autre encore que ce qui a déjà été fait.

Le temps suspendu, dont il ne soupçonne plus qu'il eût menacé, qu'il eût été suspect, est une attente du temps.

Nos rails de pensées et de mouvements sont condamnés à rejoindre l'éternité des Dieux et des choses. Ce n'est plus creuser sa propre tombe, c'est tisser son berceau. Berceau de déjà-vus, déjà faits, déjà éprouvés si loin... A la tiédeur du vide, nous avançons sur un tapis roulant, sans avoir plus l'illusion de se prendre un mur ou d'aller quelque part.
C'est finalement assez troublant de voir l'être humain ne pas voir le voile qu'il tient lui-même devant ses yeux. Oublié. A moins qu'il ne l'ai jamais reconnu. Nous naissons peut-être avec ce nécessaire télescope qui floute ce que nous touchons et fait entrevoie la paix d'un autre temps, pour nous éviter de se dire que peut-être, l'inéluctable aurait pu être autrement inéluctable, ou ne plus l'être.

 

L'immuable change ! Changera, changerait, aura finalement changé...

 

Nous nous mouvons dans l'espace pétrifié de nos devoirs, de nos désirs, de nos pensées qui rebouclent sur un cycle de manques et de trop selon ce que nous aurons oublié et ce dont nous nous serons souvenus. On aura parcouru du temps entre deux à-coups de semi-réveil. Comme Anne et Gilles dans Les visiteurs du soir nous nous approchons dangereusement de la pétrification totale, sans avoir l'assurance qu'un cœur « bat » toujours.

La persistance nous enfonce. Croire à la direction d'aller quelque part rend terrifiant l'immobile, et nous pensons lui échapper en obéissant à des impulsions publicitaires et somnambuliques.

 

Kateudein, par la gloire de notre inertie.

 

Finalement c'est un relief presque parfait.

 

presque

Il y a toujours eu quelque chose, une inexactitude qui à défaut de réveiller soubresaute l'excroissance nécessaire de ces mécaniques. Un petit monstre qui hiberne et que nous raterons toujours, sauf quand parfois il nous appelle. Nous le ratons comme le temps, comme l'espace. Toujours à côté et en même temps parfait, sa vue serait insoutenable et ferait crier à la folie. Le cri casserait les Dieux, peut-être.

 

De l'autre côté, d'un autre côté impossible mais pourtant là, le monstre lui voit, il observe il détaille avec une attention ouverte le champs des possibles et celui des actes. Il y a tellement de choses que le monstre ne sait pas s'il existe. Il peut percevoir, il peut recevoir, il ne peut rien dire.

 

Comme c'est étrange ; é-traange ce mot même !

Il y a ----

Il n'y a pas-----------

C'est comme si et pourtant ce n'est pas

 

ça.

 

Il elle ils vous nous on tu … je

 

On reçois quelque chose qui est terriblement vivante dans ce chaud cimetière endormi

Je connais le vivant!Je ne m'en souviens pas mais je le connais. Je revois les choses sans m'en souvenir. Je l'ai saisi, nous nous sommes échangés

Je l'ai compris

 

 

Le monstre part dans une inertie orbitale en espérant que l'ineffable le dévie et l'arrête. Les autres ont peur de s'arrêter, lui angoisse de continuer sans se voir.

Le monstre, c'est un « je » sans reflet, un « cho » qui attend de recevoir pour être « chose ». Avant de gonfler à un tel point qu'il en finirait par imploser, cette singularité pronominale personnelle voudrait te voir.

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...