Jump to content
Mohè

Je m'envole

Recommended Posts

Mohè

Alanguie ici bas sur la morne étendue de beige et de cendres
C'est ta main qui vient jouer à m'écrire un souvenir, un soupir ou le vent 
Je te tends la joue et je m'envole avec pour seul ami le sable 
Je me mets devant toi, nue, comme une page vierge où tu peux dessiner ;
La silhouette d'un enfant échevelé ou le récit fantasque d'un bateau de pirate
Je laisse ta peau devenir mon radeau, mon mouroir ou mon île 
Et je m'envole encore, entre ailleurs et toujours,

Je ne suis qu'un poème de travers et qui n'a jamais, jamais de fin.

 

 

 

 

Edited by Mohè
Corr.orth.
  • Aimé 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor
il y a 55 minutes, Mohè a dit :

Et je m'envole encore, entre ailleurs et toujours, je ne suis qu'un poème de travers et qui n'a jamais, jamais de fin.

Je pense deviner que la longueur de cette dernière ligne est volontaire, sans doute pour illustrer ce poème "de travers et qui n'a jamais de fin". Mais je trouve qu'il aurait encore gagné en force en renvoyant à la ligne la seconde partie (que j'ai mise en gras dan la citation)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mohè

Merci @Eathanor pour cette remarque, j'ai modifié, vous avez raison 🙂 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

Bien qu'ayant préféré tes deux précédents, il est des mots qui font mouche c'est certain. 

il y a une heure, Mohè a dit :

sur la morne étendue de beige et de cendres

 

il y a une heure, Mohè a dit :

avec pour seul ami le sable 

 

il y a une heure, Mohè a dit :

e récit fantasque d'un bateau de pirate

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno
il y a une heure, Mohè a dit :

Je me mets devant toi, à nue

J'aurais préféré nue simplement. Cependant "à nue" donne une version plus psychologique. J'aime bien aussi.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Diane
il y a 13 minutes, Frédéric Cogno a dit :

J'aurais préféré nue simplement. Cependant "à nue" donne une version plus psychologique. J'aime bien aussi.

Ah...j'ai procédé à la correction de cette expression sans avoir lu ici;

Donc modifié " à nu" comme " se mettre à nu".

 

Si toutefois Mohè voulait l'écrire autrement de façon volontaire, qu'elle me le dise et je rectifie .

 

Sinon joli texte .

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eobb
Il y a 22 heures, Mohè a dit :

Je ne suis qu'un poème de travers et qui n'a jamais, jamais de fin.

J'aime cette incertitude qui pointe dès que le crayon, (fut-ce -t-il de touches sur un clavier), se montre. Il n'est jamais l'heure lorsqu'il n'y a jamais de fin.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Myrtille

la peau est un merveilleux écritoire. J'aime beaucoup.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
Citation

 

sur la morne étendue de beige et de cendres

 

C'est ta main qui vient jouer à m'écrire 

 

Je laisse ta peau devenir mon radeau, mon mouroir ou mon île 

 

Je ne suis qu'un poème de travers et qui n'a jamais, jamais de fin.

 

très beaux vers, merci pour la lecture de ce poème ! 🙂

Share this post


Link to post
Share on other sites
Aubussinne

J'aime, un point très banal, c'est tout. Je dois être un commentaire "de travers ".

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny

Ce sont les poèmes de travers qui sont souvent les plus sincères.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...