Aller au contenu
Natacha Felix

Dans une mer de gris

Messages recommandés

Natacha Felix

Dans une mer de gris
peuplée de parallèles
nous nous sommes assis
abandonnés et frêles,
ne sachant plus que faire
du poids sur nos épaules.
Fatigués de le taire,
fatigués des rigoles
qui ravinaient nos nuits
et ravageaient nos rêves,
nous cherchions dans l’ennui
un dictame, une trêve.

 

Quelques lueurs brillaient
au-dessus de nos têtes
et la lune oscillait
sur la plus haute arête
des sombres bâtiments
qui cachaient l’horizon.
Teintant le firmament,
nuançant nos prisons,
cette touche dorée
là comme par hasard
paraissait décorer
le morne banlieusard.

 

Je ne me souviens plus
de ce que l’on s’est dit,
de ce que l’on a vu,
de ce qui a permis
au tranchant de la vie
de s’émousser un peu
en angles arrondis
en bordure des cieux.
Seule reste, piégée,
la sensation fugace
d’un moment partagé,
un bref instant de grâce.

 

  • Aimé 5

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Nomal' sland

j'ai déjà évoqué le style de Sempé dans un de mes commentaires précédents. Ce poème tout en finesse renforce le trait. Un univers encombré trop grands pour les corps fatigués qui le peuplent sauvés par une touche subtile de tendresse sans mièvrerie.

image.png.e26541ef6e2df0624106c3721852bf35.png

Modifié par Nomal' sland
  • Aimé 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Gilliatt

Bonjour @Natacha Felix, Un instant de grâce partagé, en lisant ce poème où la mémoire du gris et des immeubles écrasants me revient, ainsi que celle de quelques moments de grâce vécus là bas, merci pour ce délicat voyage de l'âme. 😉 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marc Hiver

@Natacha Felix,

 

Un poème qui allie romantisme et modernité, que demander de plus à la vie ? Je vais de ce pas sur Photoshop réviser ma palette de gris et me méfier des couleurs tapageuses. Et hop ! Un coeur pour ces vers tout en finesse.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
ouintenabdel

Tristement beau. Quand des lambeaux de nature résistent encore face au poids envahissant de la pierre qui enferme les gens d’aujourd’hui dans cette espèce de prison qu’est devenue la ville. Les mots « trêve », « banlieusard » et « grâce » clôturant chacun des trois douzains composant votre très beau poème se font écho et soulignent ce sentiment d’anxiété qui gîte dans le cœur des banlieusards. Très belle réussite.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

J'ai beaucoup aimé votre poème, le lire fut un moment de grâce tant il est agréable à la lecture, fluide, tout y est évident. Merci.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Thya

J'ai été portée du début à la fin...

L'ambiance malgré sa tonalité plutôt grise (le premier vers annonce la couleur! ) recèle de petites lueurs ça et là qui illuminent l'ensemble tout en permettant au gris d'être bien présent. Quant à la "grâce" finale, les instants de grâce dans ce monde sont des trésors à chérir (et à écrire!).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Joailes

du gris, du sombre, et puis de petites lueurs qui viennent illuminer l'ensemble. J'aime beaucoup ce poème tout en nuances. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Une mer de gris pour nous sortir d'une merde noire...

 

C'est le pouvoir et l'empire des mots qui font que ce monde vaut la peine d'être... lu.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Mohand

Agréable lecture avec ces vers cours et fluides. 

 

Malgré le gris de l'urbain la poésie est toujours là.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Natacha Felix

Merci beaucoup pour ce commentaire @Nomal' sland, jolie compliment que de faire penser à Sempé. 🙂

 

@Gilliatt, merci, ravie de pouvoir provoquer un "délicat voyage de l'âme". 🙂

 

@Marc Hiver, merci, les couleurs tapageuses c'est bien aussi (orange est ma couleur préférée 😁), nul besoin de modifier les palettes dans Photoshop, les filtres font très bien l'affaire... 😉

 

Merci @ouintenabdel, oui, la ville prison parfois, mais pas toujours, tout dépend bien sûr de la ville (et sa taille), du quartier, des moyens... 🙂

 

Merci @Muriell, celui-ci fut évident à écrire, il est venu tout seul, d'un trait. Si le résultat est fluide, j'en suis bien heureuse. Merci ! 🙂

 

@Thya, merci, oui, il faut chérir ces instants. Les écrire est une bonne façon de tenter de les capturer. 🙂

 

@Eathanor, la poésie se cache dans les endroits les plus inattendus, cités ou buissons compris. 😉

 

@Thierry Demercastel, merci beaucoup pour votre lecture et appréciation.

 

Merci @Joailes pour les nuances, ce qui a de bien avec les lueurs, c'est qu'une fois qu'on les voit on ne remarque plus qu'elles et elles continuent de teinter le gris même une fois disparues. 🙂

 

@Gabriel Montigny, merci pour votre appréciation et... pour ce résumé ! 😄

 

@Mohand, urbain et poésie font parfois bon ménage, merci pour votre passage et appréciation 🙂

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Frédéric Cogno

Mélancolie nonchalante et des larmes sans glousser au fond de la gorge, c'est une poésie qui s'impose hors des tristesses annoncées.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Le 09/11/2019 à 13:26, Natacha Felix a dit :

Seule reste, piégée,
la sensation fugace
d’un moment partagé,
un bref instant de grâce.

Moment de grâce pour moi oui ce matin dès l aube a 5h 3o 

quand ont commencé à tinter les notifications de ma tablette 

et que  @Natacha Felixs'est mise à son établi pour répondre ....😁😁😁

me rappelant sans doute que je n’avais pas commenté ici !

 

 

va falloir que je les désactive ! 

( vous ne dormez donc pas la nuit ? )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Natacha Felix

Ça aurait pu être un instant de grâce à 4h, 5h30 c'est tard pour moi 😁 Si, si, je dors la nuit, mais je dors si bien que je n'ai besoin que peu de sommeil 🙂Désolée Diane, c'est toujours une bonne idée de désactiver les notifications la nuit (ou de garder son téléphone sur silencieux en permanence, comme je le fais 😉)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Créer...