Jump to content
Gabriel Montigny

Mon Pays

Recommended Posts

Eobb

Tout d'abord Mozart, je l'entends souvent et je ne peux m'empêcher de penser à ses os dans une fosse commune

ensuite, je ressens ce monde qui meurt à chacune de nos morts, petites ou dernière

et puis, pour venir sur mon impression générale, j'aime ces pays traversés qui, sans les mots, seraient en manque.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Natacha Felix

Ce poème me touche énormément @Gabriel Montigny, de l'enfance éternelle à la toupie.
Les vers "Mon berceau un tombeau sculpté de pierres jaunes et d'anges aux yeux crevés" sont déchirants.
Les mots sont tout et les mots ne sont rien, ils sont un refuge dans lequel la lumière parfois projette une ombre qui nous révèle à nous-même. Ils sont la poursuite constante d'un sens qui n'existe pas. Mais on ne bâtit pas une vie avec des mots, même s'ils nous ont donné vie lorsque la vie nous donnait des coups. Et si le pays des mots disparaît à la mort du poète, qu'importe, il aura été terre d'asile, et c'est cela qui compte, je pense. ❤️

Share this post


Link to post
Share on other sites
Diane

Abasourdie je suis par ce formidable texte .

 

 "Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d’eux"

a dit René Char.

 

Dans ton cas Gabriel , je crois que la réciproque est vraie et que tu n ignores rien d eux ...

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
ouintenabdel

Superbe !!! Un trésor est caché dedans. L’oxymore « noir de lumière » donne tout son sens à votre magnifique poème  où vous dénoncez, en termes voilés , le repli sur soi et le rejet de l’autre.  J’espère que je n’ai pas trahi votre pensée.

La strophe :

« Mon pays c’est les mots

Les mots de tous les pays

Beaux comme sont belles

Toutes les couleurs de femmes »

fait écho à :

« Mon pays c’est les mots

Qui nous ont fait asile

Qui nous ont fait frontière

Qui nous ont fait amants de droit du sol, de droit du sang »

 

La strophe :

« Mon pays c’est les mots

Il sombrera englouti de silence

Aux jours derniers des solstices

Vaincu par l’oubli… »

 annonce la chute : la fin du poème et la fin du pays du poète.

 

"Quand meurt le poète

Se meurt son pays."

 le poète engagé, s'entend. Vous en êtes un dans doute.

Un coup de cœur !

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Marc Hiver

@Gabriel Montigny,

 

Il y a 14 heures, Gabriel Montigny a dit :

L’écriture mon marteau

Et le beau ma faucille

 

Il y a 14 heures, Gabriel Montigny a dit :

Aussi vivants que les huîtres

Au nouvel an

 

Il y a 14 heures, Gabriel Montigny a dit :

Beaux comme sont belles

Toutes les couleurs de femmes

 

Il y a 14 heures, Gabriel Montigny a dit :

Son armée des couteaux

De soleils levants

Comment être plus clair, avec cet humour qui n'appartient qu'à toi et que nous aimons tant ?

Edited by Marc Hiver

Share this post


Link to post
Share on other sites
Nomal' sland

C'est une patrie en laquelle je me fonds totalement qui me tient à corps  et pour laquelle je me fais un sang d'encre m'épanouissant.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

J'ai pensé à ce chanteur canadien Gilles Vigneault :"Mon pays, ce n’est pas un pays, c’est l’hiver
Mon jardin, ce n’est pas un jardin, c’est la plaine
Mon chemin, ce n’est pas un chemin, c’est la neige
Mon pays, ce n’est pas un pays, c’est l’hiver"

mais votre poème va bien au-delà des mots. C'est un délice que de vous lire, @Gabriel Montigny

Le 08/11/2019 à 22:42, Gabriel Montigny a dit :

Mon pays c’est les mots

Bistouris de jouvence

Scalpels des étés de jambes nues

Cicatrices des amours perdues

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Seawulf
Le 08/11/2019 à 22:42, Gabriel Montigny a dit :

Mon pays c’est les mots

Il sombrera englouti de silence

Aux jours derniers des solstices

Vaincu par l’oubli…

Oups ! On espère pas. Vive les mots vivants. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny
Le 08/11/2019 à 22:51, Eobb a dit :

Tout d'abord Mozart, je l'entends souvent et je ne peux m'empêcher de penser à ses os dans une fosse commune

ensuite, je ressens ce monde qui meurt à chacune de nos morts, petites ou dernière

et puis, pour venir sur mon impression générale, j'aime ces pays traversés qui, sans les mots, seraient en manque.

@Eobb Merci pour votre perception personnelle de mon texte.

Le 09/11/2019 à 06:45, Natacha Felix a dit :

Ce poème me touche énormément @Gabriel Montigny, de l'enfance éternelle à la toupie.
Les vers "Mon berceau un tombeau sculpté de pierres jaunes et d'anges aux yeux crevés" sont déchirants.
Les mots sont tout et les mots ne sont rien, ils sont un refuge dans lequel la lumière parfois projette une ombre qui nous révèle à nous-même. Ils sont la poursuite constante d'un sens qui n'existe pas. Mais on ne bâtit pas une vie avec des mots, même s'ils nous ont donné vie lorsque la vie nous donnait des coups. Et si le pays des mots disparaît à la mort du poète, qu'importe, il aura été terre d'asile, et c'est cela qui compte, je pense. ❤️

@Natacha Felix Merci de votre ressenti, si juste sur mon texte et avec des mots de consolation.

Le 09/11/2019 à 08:15, Diane a dit :

Abasourdie je suis par ce formidable texte .

 

 "Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d’eux"

a dit René Char.

 

Dans ton cas Gabriel , je crois que la réciproque est vraie et que tu n ignores rien d eux ...

@Diane Merci de ta réaction enthousiaste. La citation de Char je la prends à mon compte, totalement. La réciproque n'est vrai qu'après coup, toujours.

Le 09/11/2019 à 12:13, ouintenabdel a dit :

Superbe !!! Un trésor est caché dedans. L’oxymore « noir de lumière » donne tout son sens à votre magnifique poème  où vous dénoncez, en termes voilés , le repli sur soi et le rejet de l’autre.  J’espère que je n’ai pas trahi votre pensée.

La strophe :

« Mon pays c’est les mots

Les mots de tous les pays

Beaux comme sont belles

Toutes les couleurs de femmes »

fait écho à :

« Mon pays c’est les mots

Qui nous ont fait asile

Qui nous ont fait frontière

Qui nous ont fait amants de droit du sol, de droit du sang »

 

La strophe :

« Mon pays c’est les mots

Il sombrera englouti de silence

Aux jours derniers des solstices

Vaincu par l’oubli… »

 annonce la chute : la fin du poème et la fin du pays du poète.

 

"Quand meurt le poète

Se meurt son pays."

 le poète engagé, s'entend. Vous en êtes un dans doute.

Un coup de cœur !

 

@ouintenabdel  Votre ressenti intuitif est absolument juste. Vous ne trahissez pas ma pensée vous l'exprimez avec toute la fidélité fraternelle de ceux qui partagent le même pays, celui des mots.

Le 09/11/2019 à 13:09, Marc Hiver a dit :

@Gabriel Montigny,

 

 

 

 

Comment être plus clair, avec cet humour qui n'appartient qu'à toi et que nous aimons tant ?

@Marc Hiver "L'humour est la politesse du désespoir".

Le 09/11/2019 à 13:32, Nomal' sland a dit :

C'est une patrie en laquelle je me fonds totalement qui me tient à corps  et pour laquelle je me fais un sang d'encre m'épanouissant.

@Nomal' sland je t'en fais même citoyen d'honneur ! 😉 

Il y a 9 heures, Joailes a dit :

J'ai pensé à ce chanteur canadien Gilles Vigneault :"Mon pays, ce n’est pas un pays, c’est l’hiver
Mon jardin, ce n’est pas un jardin, c’est la plaine
Mon chemin, ce n’est pas un chemin, c’est la neige
Mon pays, ce n’est pas un pays, c’est l’hiver"

mais votre poème va bien au-delà des mots. C'est un délice que de vous lire, @Gabriel Montigny

 

@Joailes Vous ne pouvez tomber plus juste. C'est en hommage à cette chanson que ce poème à été composé. Le Canada est la terre où repose une tombe qui m'est chère.

Il y a 8 heures, Seawulf a dit :

Oups ! On espère pas. Vive les mots vivants. 

@Seawulf Ils ne sont vivants que tant qu'il y a quelqu'un pour les lire...

Il y a 5 heures, Eathanor a dit :

Absolument magnifique...

@Eathanor Tu te doutes que j'y ai mis tout mon coeur....

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...