~ Les commentaires sur les sujets sont uniquement visibles des membres de notre communauté ~
Aller au contenu

Fil de soie


Carine
 Partager

Messages recommandés

La pluie ne s’arrêtait, singeant la lune blafarde

Réfugiée dans un coin poussiéreux du grenier 

Je songeais en souriant qu’en la peau d’une vieillarde

Je pourrais me glisser juste pour la beauté 

 

Je pense à celle des mots, la majesté du verbe 

Le talent quand en fleur se transforme une gerbe 

La joliesse d’un baiser qui soulage du malheur 
La promesse d’un poème pour conjurer la peur 

 

Dans ma vieille malle en bois j’ai déniché des sons 

Qui comme un baume devait calmer ma déraison 

C’était des mots-oiseaux qui chuchotent le beau 

La tristesse ou l’effroi quand on le prononce, haut 

 

Tirant sur une bretelle coincée sous la dentelle 

De robes en chiffon coincées sous le veston

D’un fantôme disant ces syllabes dociles 

Rappelant à mon âme des écrits bien fragiles 

 

Une charmante araignée aux pattes délicates 

Tissant en acrobate de larges fils de soie

A combattu mes maux en m’offrant une cravate 
Durant un déjeuner entièrement champenois 

 

À ma grande surprise j’ai furieusement aimé 

Cette cocasse bête résidant dans le bois 

D’une malle trop vieille, d’un temps déjà passé 

J’ai observé sans crainte son beau petit minois 

 

Après ce doux moment d’une infinie tendresse 

La dame arachnéenne a guéri mes phobies 

En m’habillant de mots d’une grande délicatesse 

L’implacable détresse a déserté ma vie 

 

Modifié par Carine
orth.
  • Top 6
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

 Partager

×
×
  • Créer...