Jump to content
Gabriel Montigny

Bucoolique

Recommended Posts

Natacha Felix

Saisissant (je me retrouve à souvent utiliser ce mot sur vos textes !). Du titre au vers final tout est variations en clair obscur. Beau travail sur les images, comme toujours, mais également sur les sonorités. J'aime beaucoup cet automne-ci 🙂

Share this post


Link to post
Share on other sites
Carine

Je rejoins @Natacha Felix ce poème exprime un bien bel automne, un essentiel du renouveau qui passe forcément par cette vie végétale qui s’étiole. C’est très beau. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Charles Boveaud

Superbe poésie @Gabriel Montigny, un cœur ne se saurait suffisant ! Mais...sans vous décevoir...et je suis désolé...vous allez volé mon idée...(😉rien de grave je vous l'assure !)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Diane

Gabriel,

Je ne sais pourquoi,( enfin si..je sais) quelque chose dans ce très beau texte m a immédiatement remis en tête , par ses métaphores tissées dans le monde végétal, un de mes poèmes publié il y a longtemps ici.

A la différence près que ta nature est beaucoup plus jolie que la mienne.

 

Cette distillation d alcool de fleurs est effectuée dans un alambic très poétique qui pour autant ne cherche pas à cacher la mort de la nature donc des êtres et des choses.

 

Plus profond qu il n’y paraît, d’ailleurs je ne parviens pas bien à exprimer mon ressenti...

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Danivan

Je rejoins le commentaire de @Natacha Felix avec une mention particulière pour la richesse des sonorités. Il y a de remarquables allitérations.

 

 

Un mausolée de roseraies
qui oserait la rosée

 

Des racines arasées
arrosées de risées

 

 

Que c'est beau ! Ces vers pourraient figurer dans une chanson du nouvel album d'Alain Souchon. 😉

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Filae77
Il y a 16 heures, Gabriel Montigny a dit :

Et l’épine crucifiée
et dans le tronc, une saignée

 

Bonjour @Gabriel Montigny, je mets un cœur pour ce trés beau texte. Ce cimetière floral  personnel et imaginaire n' est pas celui auquel on s' attendrait

en cette veille de Toussaint (Malgré la présence du mot Mausolée, manquent les Chrysanthèmes, glaïeuls et autres bruyères habituelles) 

Non ,la proximité de la Toussaint inspire chez le narrateur un deuil qui lui est propre et dont la symbolique tient dans le choix des fleurs indépendamment de leur beauté formelle. 

le titre Bucoolique (avec 2 o)-> mix de bucolique et alcoolique  suggère la souillure-> l' alcool de putréfaction

des charniers d’aubépines -> magistral ! l' aubépine( entre' autre,) symbolise la pureté et la protection des innocents - la couronne du Christ faite de ce bois. Cette idée peut suggérer le martyre  ou le mal fait en général aux innocents

Nous y venons -> Et l’épine crucifiée et dans le tronc, une saignée en position quasi centrale dans le texte ,l' allusion est assez claire .....

mais peut indiquer que le narrateur a (ou a eu )une relation conflictuelle avec le monde religieux 

D’ un pourrissement fécond   -> jolie oxymore pleine d 'espoir,  qui peut suggérer que le renouveau créatif  est possible sur les ruines (de son passé ?)    

 

Edited by Filae77

Share this post


Link to post
Share on other sites
ouintenabdel

« D’un pourrissement fécond ». Un très bel oxymore alliant la mort, la destruction : « pourrissement »  à  la naissance et la vie : «  fécond ».  Cette figure de rhétorique donne  tout son sens à votre très beau poème où le thème du trépas :« charniers », « cadavres », « ossuaire », « mausolée », « crucifié », etc. se mêle à celui du monde végétal : « aubépines », « lilas », glycines »,  « roseraies », etc. j’apprécie beaucoup votre écriture.

 Bravo !

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Jeep

Le cimetière des fleurs est leur futur berceau, ode à la vie qui renaît de la mort, du recueillement à la cueillette, voilà ce que me dit votre magnifique poème!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eobb

J'aime cette idée d'un monde végétal qui s'étonne, il devient personne, il pourrait presque marcher pour aller s'endormir et d'attendre l'autre saison pour revenir.

Magnifique

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

Encore un très beau poème ; que l'automne est donc inspiratrice ! Votre conclusion le dit, d'ailleurs ... 

Il y a 14 heures, Gabriel Montigny a dit :

de mourir à l’automne

 

D’un pourrissement fécond

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Jean-Baptiste Fouco

Superbe  vision poétique pour cet instant automnal , chapeau l'artiste 😍

Share this post


Link to post
Share on other sites
Nomal' sland

Qu'il est sublime ce pot pourrit où l'on se plait à s’enivrer de l' esthétisme de ses effluves capiteuses.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Seawulf

Je partage le commentaire de Nomal'sland. Poésie superbe. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny
Le 30/10/2019 à 07:33, Natacha Felix a dit :

Saisissant (je me retrouve à souvent utiliser ce mot sur vos textes !). Du titre au vers final tout est variations en clair obscur. Beau travail sur les images, comme toujours, mais également sur les sonorités. J'aime beaucoup cet automne-ci 🙂

@Natacha FelixJe suis content que vous fassiez grand cas de mon poème. Et comme on dit en peinture, le cas ravage!

Le 30/10/2019 à 08:07, Carine a dit :

Je rejoins @Natacha Felix ce poème exprime un bien bel automne, un essentiel du renouveau qui passe forcément par cette vie végétale qui s’étiole. C’est très beau. 

@CarineJ'aime beaucoup l'idée de cycle. Au fond en poésie je suis un peu cycliste.

Le 30/10/2019 à 08:17, Charles Boveaud a dit :

Superbe poésie @Gabriel Montigny, un cœur ne se saurait suffisant ! Mais...sans vous décevoir...et je suis désolé...vous allez volé mon idée...(😉rien de grave je vous l'assure !)

@Charles Boveaud si je vous ai bien lu, je vous aurais volé une idée que vous n'avez pas encore eue?

Le 30/10/2019 à 08:44, Diane a dit :

Gabriel,

Je ne sais pourquoi,( enfin si..je sais) quelque chose dans ce très beau texte m a immédiatement remis en tête , par ses métaphores tissées dans le monde végétal, un de mes poèmes publié il y a longtemps ici.

A la différence près que ta nature est beaucoup plus jolie que la mienne.

 

Cette distillation d alcool de fleurs est effectuée dans un alambic très poétique qui pour autant ne cherche pas à cacher la mort de la nature donc des êtres et des choses.

 

Plus profond qu il n’y paraît, d’ailleurs je ne parviens pas bien à exprimer mon ressenti...

 

 

@Dianesi j'ai un peu d'ambition et beaucoup de prétention dans mon écriture, c'est de viser un discours universel et j'ose dire polysémique. La dimension de tous les charniers de l'histoire est distillée dans mes vers et donc ton sentiment n'est pas erroné. Par rapport à ton texte "Chairs niées", je rajoute une dimension plus spirituelle et sans doute plus apaisée.

Le 30/10/2019 à 09:53, Danivan a dit :

Je rejoins le commentaire de @Natacha Felix avec une mention particulière pour la richesse des sonorités. Il y a de remarquables allitérations.

 

 

Un mausolée de roseraies
qui oserait la rosée

 

Des racines arasées
arrosées de risées

 

 

Que c'est beau ! Ces vers pourraient figurer dans une chanson du nouvel album d'Alain Souchon. 😉

 

@Danivan La référence à Souchon me plaît assez, son écriture n'est pas sans élégance.

Le 30/10/2019 à 10:00, Filae77 a dit :

Bonjour @Gabriel Montigny, je mets un cœur pour ce très beau texte. Ce cimetière floral  personnel et imaginaire n' est pas celui auquel on s' attendrait

en cette veille de Toussaint (Malgré la présence du mot Mausolée, manquent les Chrysanthèmes, glaïeuls et autres bruyères habituelles) 

Non ,la proximité de la Toussaint inspire chez le narrateur un deuil qui lui est propre et dont la symbolique tient dans le choix des fleurs indépendamment de leur beauté formelle. 

le titre Bucoolique (avec 2 o)-> mix de bucolique et alcoolique  suggère la souillure-> l' alcool de putréfaction

des charniers d’aubépines -> magistral ! l' aubépine( entre' autre,) symbolise la pureté et la protection des innocents - la couronne du Christ faite de ce bois. Cette idée peut suggérer le martyre  ou le mal fait en général aux innocents

Nous y venons -> Et l’épine crucifiée et dans le tronc, une saignée en position quasi centrale dans le texte ,l' allusion est assez claire .....

mais peut indiquer que le narrateur a (ou a eu )une relation conflictuelle avec le monde religieux 

D’ un pourrissement fécond   -> jolie oxymore pleine d 'espoir,  qui peut suggérer que le renouveau créatif  est possible sur les ruines (de son passé ?)    

 

@Filae77 Très beau travail d'analyse avec lequel j'adhère en presque totalité. Mais de relation conflictuelle avec le monde religieux je n'en ai point eu. Tout au plus avec Dieu, dont j'aime à dire en citant Woody Allen: "Si Dieu existe, j'espère qu'il a une bonne excuse."

Le 30/10/2019 à 11:06, ouintenabdel a dit :

« D’un pourrissement fécond ». Un très bel oxymore alliant la mort, la destruction : « pourrissement »  à  la naissance et la vie : «  fécond ».  Cette figure de rhétorique donne  tout son sens à votre très beau poème où le thème du trépas :« charniers », « cadavres », « ossuaire », « mausolée », « crucifié », etc. se mêle à celui du monde végétal : « aubépines », « lilas », glycines »,  « roseraies », etc. j’apprécie beaucoup votre écriture.

 Bravo !

 

@ouintenabdelMerci à vous d'avoir capté l'aspect méditatif du poème et cette tentative de donner un sens spirituel à la mort. Je me permets de citer le cheikh Khaled Bentounès: " Dans le soufisme, la maladie et la mort sont une opportunité spirituelle . Si nous savons faire face à la mort, elle donne naissance à l’être que nous sommes vraiment."

Le 30/10/2019 à 12:07, Jeep a dit :

Le cimetière des fleurs est leur futur berceau, ode à la vie qui renaît de la mort, du recueillement à la cueillette, voilà ce que me dit votre magnifique poème!

@jeep vous avez formulé un commentaire avec l'intelligence et la sensibilité d'un Bernanos.

Le 30/10/2019 à 13:14, Eobb a dit :

J'aime cette idée d'un monde végétal qui s'étonne, il devient personne, il pourrait presque marcher pour aller s'endormir et d'attendre l'autre saison pour revenir.

Magnifique

@Eobb Votre approche animiste jette un éclairage nouveau sur mon texte. Je vous en remercie.

Le 30/10/2019 à 15:01, Joailes a dit :

Encore un très beau poème ; que l'automne est donc inspiratrice ! Votre conclusion le dit, d'ailleurs ... 

 

@JoailesC'est la saison de l'Annonciation, celle du destin hivernal qui nous guette. Cela vaut bien un dernier vers d'alcool!

Le 30/10/2019 à 18:56, Eathanor a dit :

Si tu me permets cet humour, ton été indien vaut bien celui d'un Dassin 😉

Pour être plus sérieux, tu nous offres un nouveau poème aussi réussi qu'inspiré.

@Eathanor Merci pour ton commentaire élégant comme une aquarelle de Marie Laurencin ^^.

Le 30/10/2019 à 19:07, Jean-Baptiste Fouco a dit :

Superbe  vision poétique pour cet instant automnal , chapeau l'artiste 😍

@Jean-Baptiste Fouco Restez couvert, l'automne a ses frimas dont il faut se prémunir! 😉

 

Le 31/10/2019 à 11:20, Nomal' sland a dit :

Qu'il est sublime ce pot pourrit où l'on se plait à s’enivrer de l' esthétisme de ses effluves capiteuses.

 

 

@Nomal' sland Merci de ce commentaire dont le dandysme réveille en moi l'ombre d'Oscar Wilde.

Le 31/10/2019 à 20:35, Seawulf a dit :

Je partage le commentaire de Nomal'sland. Poésie superbe. 

@SeawulfMerci, je rosis sous le compliment.

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Filae77
il y a 7 minutes, Gabriel Montigny a dit :

j'aime à dire en citant Woody Allen: "Si Dieu existe, j'espère qu'il a une bonne excuse."

Merci ,  @Gabriel Montigny  heureusement Woody Allen s' est rattrapé avec  : 'Dieu aime les pauvres , ........mais aide les riches'

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...