Jump to content
Natacha Felix

Point cardinal

Recommended Posts

Natacha Felix

Toi et moi, au bord de la rivière. Les cigales accompagnent le bruit de l’eau et rythment le temps qui passe, sereinement, ralenti par la chaleur estivale. Nous sommes bien, seuls au monde, pour un instant qui prend des allures d’éternité. Au fur et à mesure que le soleil descend, nous nous rapprochons l’un de l’autre, lentement, presque avec cérémonie. Bientôt le ciel se teinte d’orange et nous nous touchons presque. Pas un mot n’est prononcé lorsque nos mains s’entremêlent pour la première fois.

 

Nous sommes entourés de nos amis, qui plaisantent et dévorent du saucisson et des pelardons emprisonnés dans des baguettes de pain dorées. Nous chantons ensemble de vieux airs, que nous choisissons à tour de rôle, démocratiquement. Les mêmes chansons reviennent à chaque fois que nous nous retrouvons tous. Les rires fusent au moment du départ, lorsque l’on s’aperçoit que les semelles en crêpe de mes bottines violettes ressemblent à du chewing-gum. Étourdie, je les ai oubliées au soleil toute la journée sur les énormes rochers où nous nous sommes installés et elles ont fondu. Tu me regardes en souriant et me lances « Ça te fera un souvenir ! » puis tu me prends dans tes bras pour la première fois.

 

Cette fois nous ne sommes pas à la rivière, mais près de la forêt. Il y fait bon, nous y sommes protégés de la chaleur par l’ombre des grands châtaigniers. Nous assemblons leurs feuilles en coupelles et leur ajoutons des anses, à l’aide des aiguilles que nous fournissent les pins plantés ici à l’époque des mines de charbons, puis nous cueillons les mûres qui foisonnent le long des sentiers. Nos paniers de fortune se vident aussi vite que nous les remplissons et nos lèvres sont colorées d’un jus sucré lorsque nous nous embrassons pour la première fois.

 

Ce n’est plus l’été. Nous sommes à nouveau dans la forêt mais ce sont des cèpes que nous sommes venus y chercher. Nous marchons en silence et poussons délicatement du bout de nos bâtons les feuilles mortes qui s’amoncellent aux pieds des arbres. Chaque découverte nous procure un plaisir intense, et nous poursuivons pendant des heures notre chasse au trésor. Une fois rentrés, nous essuyons notre butin et préparons avec un peu d’ail et de persil ces cadeaux de l’automne. Puis, dans la chambre embaumée par l’odeur des pommes que l’on y garde au frais dans des cagettes, nous nous couchons dans le grand lit, sous l’édredon de plume, ensemble, pour la première fois.

 

Nos premières fois. Je ne les vois plus. Je ne les sais plus. J’essaie de raviver ma mémoire pour ne pas t’oublier. Pour ne pas m’oublier. Pour que nous existions, à nouveau, juste un petit peu. Mais il ne reste plus rien que mon imagination et des mots vides d’images. Je ne peux que m’inventer des souvenirs. Une dernière fois.

  • Aimé 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno

Les souvenirs sont pour ceux qui ont perdu la mémoire.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Natacha Felix

@Frédéric Cogno,merci pour votre passage. Oui, tant que la mémoire des émotions et sensations reste, peu importent les images 🙂

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Natacha Felix

Ah, toi aussi tu avais des bottines violettes ! 😉😁 Merci pour ton passage @Joailes 🙂

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Seawulf

Il y a dans ce texte toute la maladresse et l'envie des premières fois. La mémoire y a fixé moults détails. Puis la fin. Brutale, sans illusion, sèche, amère. Finalement, un bout de vie. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Natacha Felix

Merci @Seawulf pour ce commentaire, et pour être venu faire un tour dans ce coin du site 🙂

Share this post


Link to post
Share on other sites
Nomal' sland

Le rapprochement est si timide et si innocent que j'y perçois, peut être à tort, le souvenir du  premier amour  qui se cherchait, se frôlait avant de s'accomplir,  sous le regard amusé du cercle intime. Premier amour défunt  qui laisse déboussolé, devrais je préciser.

Edited by Nomal' sland

Share this post


Link to post
Share on other sites
Natacha Felix

@Nomal' sland, le cercle intime fut parfois amusé, mais plus souvent perplexe devant les agissements de cette narratrice 😁 Merci d'avoir fait le rapprochement avec le titre, déboussolé est un bon adjectif dans ce cas 🙂

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...