Jump to content
Gilliatt

Le bateau fort

Recommended Posts

Christian Bello

On a envie de plonger vérifier la survie de ces épaves!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes
Posted (edited)

Tout simplement magnifique ! Je ne vous mène pas en bateau, @Gilliatt j'aime beaucoup vos vers et votre illustration ne gâte rien ! 😉  mais, au fait, puisqu'elle est signée , dites-nous en un peu plus ... 

Edited by Joailes

Share this post


Link to post
Share on other sites
Aubussinne
Citation

 

Un texte fort, puissant, vous nous embarquez dans l'antique, les flots, le gouffre.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eobb

J'aime cet étonnement de l'Océan, ce grand, j'aime ce bâtiment souffrant qui respire le fond marin avec majesté. J'imagine ses habitants qui furent et ceux qui sont dorénavant, une très belle image que je vais transporter avec moi ce soir.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gilliatt

Bonsoir @Christian Bello, Merci pour la lecture et le commentaire, oui, si elles pouvaient parler, les épaves auraient bien des choses à nous dire, la plupart d'entre elles ne sont pas au fond, mais revivent après avoir été découpées et refondues pour faire des voitures ou des fourchettes... 🙂 

 

Bonsoir @Joailes, Merci beaucoup pour ce beau compliment, il est parfois agréable d'être mené en bateau 🙂 , l'illustration est un petit montage numérique autour d'une vieille photo en noir et blanc du cuirassé Richelieu qui était à quai à l'arsenal de Brest, près d'un trois mâts, encore plus ancien, la Duchesse Anne, à bord duquel j'ai passé 15 jours en 1965...

Je fus très impressionné par cet immense navire,  notre gros voisin, je l'ai visité de fond en comble, surtout les machines, 180 000 chevaux.., et les tourelles des canons géants, dignes d'un roman de Jules Vernes, Son sister-ship, le Jean Bart, était basé à Toulon et servait d'école de manœuvriers et autres spécialités. Encore merci  Joailes 😉 !

 

Bonsoir @Aubussinne, Merci pour ce compliment, c'est une émotion qui date de mon adolescence, cette année là, j'ai passé deux semaines à bord d'un antique trois mâts, à côté du Richelieu et nous sortions en mer, la rade de Brest,  à bord du Mutin, un  Dundee, ancien thonier, servant de bateau-école de la Marine Nationale, ainsi que l'Etoile et la Belle-Poule... 🙂 

 

Bonsoir @Eobb, Merci de votre attention et de votre commentaire, les navires semblent avoir une âme, beaucoup de marins le ressentent plus ou moins clairement, le mystère fait partie de ce monde mouvant et incertain... Bonnes rêveries ! 😉 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny

Mille sabords!  C'est donc vrai que les bateaux ont une âme et qu'ils ne veulent pas mourir?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Natacha Felix

Quel spectacle ! C'est très visuel, pourtant j'ai presque entendu le bruit de ce géant des mers se mettant en mouvement. Je ne partage pas votre amour pour la mer, mais j'avoue ne pas être insensible à ce bateau fort qui défie son sort. Belle réussite dans le genre Gilliat !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno

Votre amour de la mer n'en finit pas de m'émouvoir. Le portrait de ce bateau est simplement grandiose. Coup de cœur.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

Merci @Gilliatt j'aime vos histoires de loup de mer. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Marc Hiver

Poème lyrique sur une épave qui m'en rappelle une autre longtemps échouée dans un coin de la rade de Cherbourg. Un très bon moment de lecture. Et hop ! Un coeur.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Nomal' sland
Posted (edited)

Somptueux, on entend vibrer le cœur palpitant des machines  et on se laisse transporter.

Edited by Nomal' sland

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gilliatt

Bonjour @Gabriel Montigny, ''Objets inanimés, avez-vous donc une âme, Qui s'attache à notre âme et la force d'aimer ?...'' - Alphonse de Lamartine.

dans -Milly ou la terre natale- Question poétique s'il en est, les bateau sont vivants, ils savent nous montrer leur souffrance ou leur joie, je le sais,  puis un jour, au bout de leur destin,  ils meurent et comme pour les humains, ils vivent, longtemps après leur disparition, dans le cœur de ceux qui les ont aimés.  Merci de ce commentaire et de cette question  philosophique, 🙂  

 

Bonjour @Natacha Felix, Merci pour ce compliment, oui, ma mémoire est pleine de ce bruit étrange que produisent les turbines à vapeur et des vibrations incroyables d'un escorteur d'escadre lors des essais en mer à pleine puissance, mais le cuirassé Richelieu mesurait 248m de long, alors que le navire à bord duquel j'ai participé à ces essais ne mesurait '' que'' 128m pour un puissance du tiers environ ...

Le refus de disparaître, cette pulsion de vie, illustrée par cette course métaphorique, est sans doute présente en chacun de nous... 😉 

 

Bonjour @Frédéric Cogno, Merci de partager ces émotions, j'en suis très touché, la mer et les bateaux forment un monde un peu à part, mais il est ouvert à tous et depuis peu, à toutes 🙂 , beaucoup de marins viennent de la campagne et je n'oublie pas ma famille champenoise, même au large. 😉  

 

Bonjour @Joailes, Merci beaucoup de ce compliment, l'histoire et le rêve se mêlent toujours dans nos encriers, nos histoires les plus folles sont souvent les plus vraies et les plus brûlantes, la Poésie nous permet ce partage de l'indicible, si présent mais insaisissable sans l'aide de la forme poétique, où vous excellez, encore merci, 😉 

 

Bonjour @Marc Hiver, Merci de ta lecture et de ce commentaire très cordial ( un cœur ! ), j'ai entendu parler d'une épave à Cherbourg nommée le Lucifer, qui servait à l'instruction des marins en matière de lutte contre les incendies et les voies d'eau à bord des bateaux.

Est-ce de cette épave dont tu parles ? Encore merci, 🙂 

 

Bonjour @Nomal' sland, Merci  du compliment ! Oui, les vibrations des machines, c'est la vie du bateau, tantôt calmes et à peine perceptibles, tantôt trépidantes quand la passerelle demande toute la puissance, mais le plus inquiétant pour un marin, c'est quand, en mer, la nuit, tout s'arrête, ce silence réveille tout l'équipage, en quelques minutes, les officiers descendent aux machines pour savoir ce qui se passe, si en plus le temps est mauvais... encore merci ! 🙂 

 

Bonsoir @Eathanor, Votre accueil à ce poème me va droit au cœur, merci beaucoup, la poésie me permet d'exprimer des émotions qui sans cela resteraient enfouies dans mes souvenirs.  Merci beaucoup pour cet élogieux commentaire,  🙂 

 

 

 

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Seawulf

Magnifique éloge pour cette carcasse oubliée. Des mots qui rendent ce navire nécrosé, palpitant encore d'une vie dense, au seuil de la mort. Un dernier sursaut, sans parade. Cette étrave, prend ici, une forme presque humaine. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...