Jump to content
Nomal' sland

L'oubli

Recommended Posts

Frédéric Cogno

J'ai été comme happé par ces quatrains. Pertinente construction dont la partie en italique qui contribue à l'affolement et au désarroi  du poète. J'aime beaucoup. Bravo

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Julien Ertveld

Il est des oublis qui peuvent être pardonnés

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

Frédéric a dit : "j'ai été happé par ces quatrains" et c'est exactement ce que j'ai ressenti en les lisant. Bravo ! 

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Diane

Originalité dans la construction, les quatrains qui se répondent comme autant de petits mots laissés

en un dialogue muet, une souffrance palpable, un espoir qui s'espère...

C'est bien fichu W! 

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gilliatt

Bonjour @Nomal' sland, je trouve ce poème extraordinaire, par sa forme d'abord, et surtout par sa puissance d'évocation. Bravo! ❤️

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Christian Bello

est-ce aimer que d'essaimer en SMS? L'Amour est dans le Prévert...💟

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Natacha Felix

Déclinaison photographique de regrets. Comme un moment qui s'imprime sur une pellicule qui refuse d'avancer. L'objectif est stable, la lumière passe, l'exposition se fait, mais la photo n'est pas ce que l'on voulait. J'adore la forme, qui est loin d'être cliché.

 

22 hours ago, Nomal' sland said:

est-ce aimer ?

Ce n’était rien et c’était tout

C’est comme ça que ça s’éteint 

Une mise au point bien cruelle...

  • Aimé 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny

Le jongleur ici fait place au metteur en scène du texte lui même dans un petit théâtre cruel. Réussi!

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mercoyrol

un poème à ne pas oublier, ne serais-ce que par sa puissance d'évocation ! On admirera également la fluidité de l'octosyllabe, parfaitement adapté à cet "oubli"...

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
ouintenabdel

La disposition éparse  des vers, inhabituelle pour ce genre  de texte, la nette séparation entre les pronoms et les possessifs de  la 1re et  ceux de la 2e  personne, tout traduit le désarroi de celui qui parle, sa sottise. Seul l’adjectif « notre » semble  maintenir les liens unissant les deux êtres. Ces deux êtres,  qui sont-ils ? Quels rapports entretiennent-ils ?  On s’empêtre dans la confusion et l’ambiguïté. Votre texte est déconcertant mais non  moins beau. Bravo! Éclairez ma lanterne. 

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Nomal' sland

Bonjour @ouintenabdel

 

Très étonnant pour moi que l'on puisse percevoir une ambiguïté dans cette indélicatesse  amoureuse ressentie et des l’effet qui en résulte. D'autant que je la pratique bien volontiers (l’ambiguïté, j'entends) . Peut être ne me quitte-t-elle jamais.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Charles Boveaud

Oublier d'embrasser...J'espère que ce n'est pas vrai !😉

En tout cas, ce petit chef-d’œuvre est à ne pas manquer...Quelle merveille ! Un cœur !

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...