Jump to content
ouintenabdel

Autrefois la vie était plus belle

Recommended Posts

ouintenabdel

C’était, il y a déjà pas mal d’années, je crois.

C’était donc à l’époque où l’on prenait son temps.

Sur notre table basse un gracieux plat de bois,

Rempli d’un blanc couscous ô combien succulent.

 

Le soir, à la maison, nous écoutions grand-mère,

Devant l’âtre  si noir, raconter des histoires.

Sur les braises carmin chantait la théière

Où mijotait ce thé que nous allions boire.

 

À l’école, on lisait des vers de grands auteurs,

Je n’avais d’yeux que pour la jolie maîtresse.

À la récréation, nous jouions sans  heurts.

Partout, le maître mot, c’était la politesse.

 

Dans les ateliers, le front perlé de sueur,

De besogneuses gens trimaient sans rechigner.

Et, à la nuit tombante, à la pâle lueur

Des réverbères verts, on les voyait rentrer

 

Dans leur vieux galetas. Très heureux d’être utiles,

De servir le pays, de gagner quelques sous.

On ne rêvait jamais de ces lointaines îles

Ni des palais des tsars, ni de l’or du Pérou.

 

Il m’arrive parfois de songer à ces bons

Moments et mes deux yeux de se remplir de larmes.

Maintenant, dans un ciel noir planent des faucons.

La vie d’aujourd’hui a donc beaucoup moins de charme.

 

 

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno
Il y a 7 heures, ouintenabdel a dit :

Partout, le maître mot, c’était la politesse.

Et oui....Aujourd'hui un être poli passe pour un demeuré. Qu'il se rassure, un demeuré fera un bon poète.

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

Des fois on aimerait retenir le temps dans ce qu'il nous offre de plus beau ... heureusement on a les souvenirs et puis voilà, la vie continue, tout change, et on n'arrive plus à suivre ... Votre poème est d'une infinie mélancolie et vos larmes sont belles ... 

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ladouce

Votre poème fait revivre avec nostalgie une époque pas si lointaine où effectivement la politesse existait, le plaisir, la fierté du travail bien fait aussi. Merci @ouintenabdelde nous le rappeler si joliment.

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Natacha Felix

Jolie évocation nostalgique d'un temps révolu, ou les valeurs et principes guidaient la vie quotidienne.

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Nomal' sland

@ouintenabdel

Derrière l'évocation nostalgique pointent  les regrets de l'enfance évanouie et  des possibles que nous avons ratés.

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Julien Ertveld

Chaque époque devient l'autrefois de quelqu'un et son "c'était mieux avant". La nôtre le deviendra dans quelques décennies pour les gamins d'aujourd'hui. Les adultes actuels peuvent regretter le temps ou ils échangeaient avec les autres en direct et non agglutinés à leurs smartphones comme leurs gamins. Les temps changent, la nostalgie n'y change rien. Nostalgie, Robert Hossein en avait fait un très beau livre de mémoires. C'était la sienne qui n'était pas la même que celles de ses contemporains . Pas forcément la même. "Nostalg'" disait-il. Aujourd'hui est le demain d'hier et l'hier de demain, avançons avec lui, avec quelques regrets peut-être, mais sans nostalgie.

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny

Évoquer l'âge d'or d'un moment révolu est périlleux. Woody Allen avec Midnight in Paris a fait la démonstration de l'absurdité de la nostalgie. Les valeurs ont toujours eu l'hypocrisie comme ombre, la politesse la domination de classe. Oui vot'bon maître,  comme le chantait Brel qui ajustait déjà en son temps les dames patronnesse. Le respect des maîtres cachait bien souvent un arbitraire qui confinait à un abus muré de silences. J'ai près de soixante ans et aucune époque n'a été d'âge d'or dans mon souvenir. Il n'y a pas une décennie qui vaille l'envie d'un retour, fut-il éternel.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
ouintenabdel

Merci Cogno pour votre commentaire. Il me va droit au cœur ! Modernité et civilité ne font toujours bon ménage par les temps qui courent. Manquer de politesse, c’est frapper à la porte de la barbarie.

 

Merci Joailes pour votre précieux commentaire. Il est bien parfois  utile de jeter un coup d’œil, fût-il furtif, dans le rétroviseur pour revivre, fût-ce en imagination,  ces moments révolus à jamais mais qui continuent à habiter notre être. Un homme qui verse des pleurs ! J’ai un peu honte ! « C’est tellement mystérieux le pays des larmes », disait Saint-Exupéry dans  Le Petit Prince.

 

Merci Ladouce, votre visite me fait honneur. Je signe des deux mains. On vit une autre époque où tout part à vau-l’eau. L’amour du travail bien fait, ce n’est plus qu’un vain mot. On dit chez nous :" débarrasse-t’en et donne au non-voyant." 

 

Merci Natacha Félix pour votre gentil commentaire.  Faisons en sorte que ces valeurs ne soient pas reléguées aux calendes grecques, qu’elles fassent toujours partie du quotidien de nos enfants qui ne sont pas moins intelligents que nous qui ne sommes plus jeunes. Je parle des gens de  ma génération, les sexagénaires.  Je n’y peux rien. J’ai la nostalgie des années 60.

L’école où l’on forme les citoyens de demain a un grand rôle à jouer là-dessus.

 

 

Merci Nomal'sland. Oui, ce que vous dites est bien vrai. Qui ne regrette pas son enfance ? De quelque manière qu’elle se soit déroulée, on en garde de bons souvenirs. Ces temps d’insouciance sont révolus à jamais. Ils sont morts, prions pour eux.

 

Merci Julien Ertveld. Voilà des propos on ne peut plus sages. On n’y peut rien. La nostalgie colle à la peau. Il est difficile de s’en départir. Ce que les gens de ma génération regrettent, c’est  cette vie simple où l’on était moins sollicité par ces marchands de rêve d’aujourd’hui qui prétendent rendre la vie plus heureuse avec tous ces gadgets qui feront des gens s’ils n’y prennent pas garde des psychopathes. À bon entendeur salut.

 

Merci Gabriel Montigny, votre visite me fait honneur.

Vos propos ont le mérite d’être joliment bien formulés. Quel art de la rhétorique.  Voilà pour la forme. Le fond aux colorations gauchisantes pour ne pas dire marxisantes, j’y adhère un peu moins. Les idées soixante-huitardes ont mené droit dans le mur les sociétés trop permissives. Le refus de toute forme d’autorité a eu pour corollaire l’inversion du rapport d’autorité. La politesse n’est plus qu’un vain mot. Les incivilités sont légion. Enseigner aujourd’hui, quelle galère ! Pour se faire respecter par ses propres enfants, il faut se lever de bonne heure. Si des professeurs  se font tabasser par leurs  élèves, si on hausse le ton devant ses parents, si on profère des insultes à l’encontre de son Papa ou de sa Maman, c’est parce qu’on a foulé au pied ces valeurs sur lesquelles repose toute société civilisée. Comme vous le savez, politesse a pour synonyme civilité qui a la même racine que civilisation. Tordre le cou à la politesse, c’est frapper à la  porte de la barbarie, pour paraphraser le grand Camus.

Je ne suis guère passéiste, ni réactionnaire.  Je suis un peu comme vous. J’occupe un simple  strapontin. Je ne suis pas un privilégié. Je ne défends aucunement le pouvoir spoliateur, je ne fais pas le jeu des détenteurs des moyens de production, ni de celui de la haute finance. Dans la vie active, j’étais un marchand d’alphabet. Ma maison, je l’ai construite avec mes propres mains. Et elle n’est pas encore finie. Je ne suis pas riche du tout. Le bonheur ne se mesure pas à l’aune de ce qu’on possède. On peut posséder tout l’or du monde et être mal dans sa peau. Pardonnez mon audace. Poétiquement vôtre.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...