Jump to content
Sasha

Aube bohème

Recommended Posts

Sasha

Aube bohème







Telle Ophélie au fil de l’eau, la barque, chat noir à la proue, glisse en aval du bouquet de nos ombres. Elle trouble son reflet aux risées joueuses. 



Dans la brume digitale des rives empoisonnées, le grain mélancolique du jasmin s’évanouit

                                                                               








                                                                 


L’acide camphre le suaire

La mémoire en retisse la trame

À l’endroit à l’envers 



Et ainsi les jours
Et ainsi les mois
Et ainsi les saisons
Et...



               
             
                                       













Le bois nu des forêts cimetière les cavées de l’hiver




Ardoise éclatée 
Quote-part versée




Car les offrandes ne peuvent se reprendre
















La rivière au moulin s’enroule à l’aube
Tandis que penché sur le toit de chaume, le lichen se trempe aux branches noueuses






Alentour, le chaos de roc
Esquisse ton pinceau sanctuaire


















Le ciel brunit



Le chat petit serpent noir se frotte contre la gouttière
À l’angle de la rue du Moustoir
                                                                               







Lorient


                       vingt-trois heures


                                                             et le cahot goudron
                                             



Les blocs reconstruits en épaves cubiques dentellent les artères mécaniques










                                                                                         Moteur
                                                                                         La mise en scène     s
                                                                                                                             e         
                                                                                                                           

           
                                                                                                                            d
                                                                                                                                 é

                                                                                                                                l

                                                                                                                                   i
                                             
 
                                                                                                                                  t
                                             


                                                                                                                                   e









Lorient


                       vingt-trois heures






                                                                                                                   
et brûle le suaire
















Brest   en    Quartz




Rue de Siam et le soleil sautille sur le chapelet des immeubles

Au bout, l’eau berçe les coquilles de noix








Entre-deux, quarte diminuée






Rambarde de granit

Plus haut, autour des fontaines-vases, les enfants jouent à chat


                                                                                                                 


                                                                                                                                             


   







                                                                   La barque glisse en amont du bouquet de nos ombres







                                                                                           Le suaire n’est plus

                                                                                            L'ardoise perdue





                                                                                                                                                  Le chat dort






                     

                                                             




                                                                                                Le pinceau se pose


                                                   

























                                                                                                            Soledad



 

  • Aimé 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor

Un poème tout en finesse avec  une mise en forme qui vient accentuer une originalité qui rend cette lecture d'autant plus plaisante.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Charles Boveaud
Il y a 20 heures, Sasha a dit :

Dans la brume digitale des rives empoisonnées, le grain mélancolique du jasmin s’évanouit

Je trouve ce vers lourd de métaphores...

Néanmoins, ce poème est une réussite par sa forme originale et son thème !

Edited by Gabriel Montigny
orthographe

Share this post


Link to post
Share on other sites
Natacha Felix

Joli vagabondage original, forme et fond confondus. Merci pour vos trois poèmes et bienvenue sur le site 🙂

Share this post


Link to post
Share on other sites
Filae77
Le 03/09/2019 à 19:00, Sasha a dit :

La rivière au moulin s’enroule à l’aube
Tandis que penché sur le toit de chaume, le lichen se trempe aux branches noueuses

Bonsoir vous @Sasha, je vous mets un cœur pour ce très beau poème , de belles images , le rythme et la mise en forme originales ;

où chaque vers doit être perçu et comme respiré. 

Et puis un amoureux de la Bretagne comme je le suis ne pouvait pas rester insensible à ce texte.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mohè

J'ai adoré ce voyage en Bretagne, à Lorient avec vous @Sasha

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sasha

Merci beaucoup à vous tous pour vos retours chaleureux.

 

 

@Charles Boveaud

Citation


Dans la brume digitale des rives empoisonnées, le grain mélancolique du jasmin s’évanouit

Citation

Je trouve ce vers lourd de métaphores...

Oui, vous avez raison, ici ça pourrait s'alléger, ce ne serait pas un mal. Ce poème était un exercice, il s'agissait d'écrire un poème tous les jours, au bout d'une semaine voilà ce qui en a résulté, je me demande d'ailleurs s'il ne faudrait pas le retravailler pour une meilleure unité dans le ton.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gilliatt

Bonjour @Sasha, Lorient, Brest, que de souvenirs dans ces rues à vingt trois heures et plus tard et plus loin...Bravo ❤️ !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Nomal' sland

@Sasha

Poème en dentelle et point de croix qui   transforme ses interstices béant en horizon dansant.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny

J'ai aimé ce petit chef d'oeuvre de calligraphie, dont l'intensité fait économie de mots, et le charme le plaisir tantôt vertical, tantôt horizontal.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sasha

Merci beaucoup à vous pour vos retours encourageants ! :classic_smile:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...