Jump to content
Carine

Idéal

Recommended Posts

Charles Boveaud

Magnifique poème !!! Un cœur ne se saurait assez grand ! 

il y a 4 minutes, Carine a dit :

Je n’ai pas réussi à hurler ma détresse

 

Alors je t’ai tué, toi qui dans mes pensées

 

Devait sauver de l’ombre ma chétive tendresse

 

Au moins l’amour qui meurt je ne veux l’oublier

Incroyablement réussi...

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mercoyrol

J'ai été touché par la force d'évocation de ce poème. Votre détresse est exprimée avec beaucoup de puissance et d'authenticité. J'ose espérer que l'écrire vous a soulagée. Un cœur amplement mérité !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

@Carine j'ai trouvé dans vos mots, sans chercher à les analyser, ce que j'aime dans un poème : l'envie délicieuse de le lire jusqu'au bout ! 🙂 Et cette strophe, en particulier, m'a laissée admirative :

 

"Ecrire me fait si mal, je n’ai jamais su peindre

 

Même le triste clown ne trouve aucune beauté

 

A chialer comme je chiale et à m’entendre geindre

 

Coincée dans mon chagrin j’échoue à oublier"

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno

Ce poème à fleur de peau respire la poésie, sonne juste, caresse l'âme du lecteur. Certains passages sont troublants de vérité et sont livrés avec des mots venus des tréfonds du coeur.

Il y a 5 heures, Carine a dit :

Debout les bras ballants, à contempler, hagarde

 

Dans le jardin d’en face une gouttière rouillée

 

Le chat gourmand contemple les mésanges qui bavardent

 

Elles disent que je mérite d’échouer à oublier

 

Ce quatrain me touche au plus profond. Fine poésie . Bravo Carine!

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Rosa Canina

C'est très beau, les émotions ici sonnent juste. J'aime particulièrement les changements " d'états mentaux" que séquencent les strophes: l'incompréhension ou le côté mécanique de la première strophe, puis ensuite les regrets, la douleur, la sidération...

 Le "Je" ne blâme pas l'autre, il cherche en lui...

 

Il émane de votre poème une grande délicatesse.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Natacha Felix

Les trépidations de l'âme de celui qui essaie d'engourdir son cœur pour qu'il puisse cicatriser sont très bien rendues ici. Tout sonne juste. J'ai relevé le même passage que Frédéric, que je trouve superbe de justesse. Un grand merci pour ce poème, dans lequel beaucoup pourront se retrouver.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Carine

@Charles Boveaud merci infiniment pour votre commentaire enthousiaste!

@Mercoyrol merci pour le commentaire, oh oui quoi de mieux qu’un petit meurtre poétique? J’ai aimé l’écrire et ça, ça fait du bien. 

@Joailes je ne suis pas étonnée, figurez qu’en songeant à cette strophe et plus particulièrement au clown j’ai pensé à vos poèmes, si si!..

@Frédéric Cogno j’aime quand ça sonne juste chez d’autres que moi, merci. 

@Rosa Canina la délicatesse, c’est un mot qui me touche beaucoup, merci. 

@Natacha Felix c’est sans doute en écrivant sur l’intime qu’on approche au plus les autres, merci beaucoup!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor

L'intensité de votre poème, ce qu'il exprime et la façon de le faire, rend évident un coup de cœur.

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest

Emouvant, particulièrement réussi, le choc des mots et le poids des phonèmes....

Merci

Share this post


Link to post
Share on other sites
Diane

Je suis admirative car je ne sais pas décrire la détresse comme vous le faites ici.

c'est très fort.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Carine
Posted (edited)

@Surfeur merci à vous pour ce joli commentaire!

@Diane merci infiniment ❤️

@Eathanor l’intensité oui.. merci!

Edited by Carine

Share this post


Link to post
Share on other sites
Nomal' sland
Le 27/08/2019 à 15:19, Carine a dit :

Ecrire me fait si mal, je n’ai jamais su peindre

 

Même le triste clown ne trouve aucune beauté

 

A chialer comme je chiale et à m’entendre geindre

 

Coincée dans mon chagrin j’échoue à oublier

Bonjour @Carine

lui savait peindre , et ça fait  mal aussi

1229251801_LecrideMunch.png.ab754ea6c1bf4d5632cfce8109f86013.png

 

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Carine
Il y a 2 heures, Nomal' sland a dit :

Bonjour @Carine

lui savait peindre , et ça fait  mal aussi

1229251801_LecrideMunch.png.ab754ea6c1bf4d5632cfce8109f86013.png

 

Pas faux, que j’aime ce tableau...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny

Montrer l'intime peut s'apparenter parfois à une forme malsaine d'exhibitionnisme. Ce qui sauve  de ce genre de naufrage se compose de deux qualités. La première c'est l'authentique sincérité d'une émotion. La seconde c'est de rendre le texte accessible à nos propres tourments pour qu'on y reconnaisse une sorte de fraternité universelle.

 

C'est ici accompli.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Aubussinne

Un beau texte sur l'amour et l'oubli, l'amour qui s'oublie jusqu'au refus de l'amour de l'oubli. Une délicate reprise en litanie.

Le 27/08/2019 à 15:19, Carine a dit :

j’échoue à oublier

 

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...