Jump to content
Joailes

Blues du dimanche soir

Recommended Posts

Joailes

 

 

J'attendais par 30° à l'ombre de je ne sais plus quels arbres chialeurs l'autobus orange qui devait me ramener à mon point de départ, c'est à dire nulle part, après une belle après-midi au soleil au square où les pigeons roucoulent et coulent à qui mieux-mieux.

J'avais écrit quelques calembours sur mon carnet, des trucs sans importance, dessiné des statues impassibles ; je ne voyais personne et nul ne me voyait.

C'est dimanche, le compte à rebours a commencé.

L'autobus a pointé son nez je suis montée j'avais un ticket avec le chauffeur, mais il était tellement laid que j'ai eu peur, je suis allée m'asseoir au fond, tout au fond et j'ai fait semblant de m'absorber dans la lecture d'un buvard où quelques hiéroglyphes subsistaient après un renversement d'encrier.

Je croisais par moments son regard lubrique dans le rétroviseur, aussi quand un passager aux allures bcbg, comprenant sans doute mon désarroi, me prit par le coude, je ne résistais pas nous descendîmes à l'arrêt suivant il faisait encore jour il m'a offert un café place du monument aux morts et nous avons parlé, il était représentant en confitures je n'ai pas résisté « vous avez de la mûre ? » il a souri. C'est là que j'ai vu ses crocs de vampire alors je suis allée aux toilettes et suis sortie par une porte dérobée comme une voleuse j'ai pris ma vitesse de pointe et suis rentrée chez moi bien fatiguée je hais le dimanche il y avait une inondation quelque part ou c'était mes larmes qui coulaient en tous cas j'étais trempée jusqu'aux os comme on dit dans les cimetières les jours d'orage. Ce ne fut pas une bonne journée, j'avais perdu mon carnet quelque part entre le square et nulle part.

Je hais le dimanche. 

Le vent s'est levé, soufflant comme un fou, il n'était pas content c'est évident et je revoyais les dents du chauffeur de l'autobus orange, jaunes et celles du représentant, rouges ; je suis allée brosser les miennes, j'ai donné quelques croquettes à mon tigre qui faisait ses griffes sur la tapisserie en toile de Jouy et me suis endormie. Demain, c'est lundi.

Je hais le lundi. 

(J.E. Petites histoires ordinaires – août 2019)

  • Aimé 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
hersen

Ah ah ah, j'adore ton histoire et ton flip du dimanche, et du lundi et du... ?

 

c'est un bien gros spleen que tu nous contes là, et à défaut de transports amoureux, te voilà avec les crocs dans un transport commun.

 

Ton texte m'a beaucoup amusée, il a de l'absurde comme j'aime bien bien conduit par une plume alerte !

 

merci pour cette petite lecture sympathique !

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor

Un bon vieux gros blues sous la plume de Jo devient heureusement une histoire que la fantaisie rend plus joyeuse.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Nomal' sland

Je me permets d’intervenir en tant que vampirologue occasionnel de l'école Van Hesling.

Les suceurs de sang sont  atteints de Xeroderma Pigmentosum qui les laissent assez  souvent rêveurs et dans la lune. Il leur  est impossible de se mouvoir avant la tombée du soleil. 

je crains ma chère   @Joailes que vous aillez eut affaire à un copycat  Megadermatidae. dont les manières courtoises n'ont d'égales   que  la  dangerosité de l'amateur non reconnu.

Un indice pour les démasquer Peut-être avez-vous remarqué, lorsque vous étiez attablés à la terrasse du café, que  ces obsessionnels de  la bière enquillent les Kro.  W

 

 

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

Je suis extrêmement flattée qu'un vampirologue occasionnel se soit arrêté sur ce texte en particulier. 

Figurez-vous que je suis tombée, apparemment, sur une autre sorte de famille encore méconnue, assez loin du diphylla ecodata ; ils boivent plutôt des bloody-mary ... J. 

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Natacha Felix

J'adore la dérision dans ce texte pourtant non dérisoire. C'est truffé de super trouvailles. Vive l'imagination @Joailes !

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...