Jump to content
Joailes

Beau de l'air

Recommended Posts

Jeep

Votre poème me tirait vers l’aine bien que j’ai le rein beau.

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mercoyrol

J'ai beaucoup aimé ce poème, tiré à 4 épingles, très bien écrit, son vocabulaire chiadé et ses mots triés sur le volet. Un très joli style ! Sans oublier un compliment pour la dernière strophe.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Marc Hiver

@Joailes,

 

Avec ce poème, tu joues sur le velours de nos coeurs : et hop...

 

 

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Nomal' sland

Bonjour @Joailes

 

Votre ironie coutumière est moins diffuse  dans ce poème, qui ne dépare pour autant  d'une touche de légèreté  voilée .Cela donne un sfumato  poétique d'un parfait équilibre. W

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Natacha Felix

Grâce à la poésie la saison des mûres rejoint la saison des arbouses, miam, comment ne pas aimer ! 🙂
Bel hommage, truffé de références et très élégamment écrit.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Carine
Le 22/08/2019 à 23:11, Joailes a dit :

alors soudain, dans le frisson, surgit Baudelaire

en silence, dans les ténèbres et l'horreur

les fleurs du mal sont tombées par terre

un sortilège s'élève entre les saules en pleurs.

Une atmosphère magique comme à l’accoutumée ❤️

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny

Finalement vous êtes une fille de la campagne. On pourrait croire ma remarque méprisante, mais il y a chez les gens de la campagne un rapport à la nature qui échappe au citadin.

Il en tire, et c'est mon  cas, une sorte de jalousie à pouvoir courir les bois quand moi je m'égare.

Rares sont ceux qui comme vous savent les sortilèges.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Diane
Le 22/08/2019 à 23:11, Joailes a dit :

Des amoureux austères et des savants fervents, altiers,

aiment également, à la saison des mûres,

vaguer le long des haies où sanguinolent les arbousiers

cherchant probablement quelque aventure

 

Ce passage m'a rappelé de doux moments de mes vacances en Provence, lorsque gamine, ni austère ni savante, et encore pas amoureuse , j'allais cueillir les mûres

dans ces buissons griffant mains et mollets, et rapportais fièrement de pleins paniers pour en faire des confitures.... ça sentait bon dans la cuisine !

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno

Retour sur le site et déjà le frisson m"envahit. J'aime cette poésie bucolique à l'heure des fruits folâtres et bien mûrs. La référence au grand poète est subtile et surtout sans emphase. Alors une fois de plus me voilà conquis. Sublime Jo!

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

Vois combien je suis égoïste : contente que tes vacances soient finies, @Frédéric Cogno toi dont les commentaires me poussent toujours en avant. Merci infiniment. La virgule, pour une fois, ne m'a pas manqué : Sublime, Jo ou sublime Jo 😉 ? Le compliment me fait ronronner, de toutes façons ! 

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor

Une énième fois, je tombe dans tes vers de Jo sans pouvoir me relever tant l'atmosphère que tu instaures sait nous saisir et nous poursuivre.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...