Jump to content
Gabriel Montigny

Conte Grivois

Recommended Posts

Gabriel Montigny

Il était une fois,
un loup et une louve
cheminant de guingois,
leurs regards qui s’approuvent
dans une foret d’ombres,
allant pleins d’appétits
unis dans la pénombre
étranges et assortis


Petit chaperon rouge
devisait tendrement
dans le pré où ne bouge
pas un souffle vraiment
mais le loup s’approcha
beau parleur à peine hâbleur
habile, l’embobina
les babines en chaleur

 

Du moins le loup le crût
mais la drôlesse aimait
aussi la viande crue
osant sa louve aimée
un steak sur patte décrire
provoquant chez le loup
plus que rage, oui de l’ire
pour dire, du courroux

 

Lors, la louve et le loup
sur le ptit chaperon
font mille tourments doux
dansent sur tous les tons
herbes, parmi les touffes
se perlent de rosée
on se lappe, on se bouffe
en joyeuse mêlée

 

Et devant la chaumine
Mère-grand n’est pas en reste
elle voit les broute-mines
se sent à nouveau leste
ne reste pas un ange
se trouve fort marrie
d’êtr’hors de la vendange
et veut qu’on la marie

 

La folle farandole
emporte tout, partout
la galette s’envole
pot de beurre, sein doux
le Grand loup se panouille
trois petites cochonnes
tendrement se farfouillent
Le chasseur vient, ronchonne

 

Son fusil à la main
et puis quelques cartouches
travaill’comme un romain
prend, tire, envoi et touche
se mêle à la mêlée
des cris de ceux qui râlent,
mignardent, très zélés
tableau de cinq chairs pâles


aux mouvements ailés…

 

 

Puis Perrault se réveille
tout en sueur et droit
et songe à ces merveilles
ni un’, ni deux, ni trois
prend sa plume et la taille
et puis l’encre jaillit
naît de cette bataille
un conte moins hardi…

  • Aimé 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mohè

Très joli. 

Un conte grivois / moins hardi

 

 

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Julien Ertveld
Posted (edited)

Un chaperon, rouge de désirs et plaisirs assouvis je suppose, digne des contes coquins de La Fontaine

Edited by Julien Ertveld
  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

Oh, @Gabriel Montigny comme vous avez une longue plume ! 🙂 Ce serait donc ce bon Charles qui s'en serait inspiré ? 🙂 Bravo pour cette grivoiserie pleine d'humour !

  • Aimé 1
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gilliatt

Bonjour @Gabriel Montigny, les esprits de Charles Perrault et de François Rabelais ont dû s'associer pour vous inspirer un tel conte, où chacun et chacune semblent avoir eu leur compte.., bravo ! 🙂 

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fleur de poème

un texte original dans la manière de représenter les contes de Perrault qui avaient un double sens, celui destiné aux enfants et l'autre qui dénonçait tous les fantasmes des adultes, leurs désirs secrets;

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Diane
il y a une heure, Fleur de poème a dit :

un texte original dans la manière de représenter les contes de Perrault qui avaient un double sens, celui destiné aux enfants et l'autre qui dénonçait tous les fantasmes des adultes, leurs désirs secrets;

En effet.

Et j'aurais tendance à penser que Gabriel a lu Perrault quand il était adulte....😇🤣

( pardon Gabriel ^^)

  • Aimé 1
  • Haha 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Yguemart

@Gabriel Montigny Que pourrais-je ajouter ? C'est succulent comme une jolie motte... de beurre.

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Marcelin

Superbe et drôle. Il paraîtrait que Cendrillon a beaucoup regretté de ne pas être conviée. Fake news ?

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Nomal' sland
Le 16/08/2019 à 00:33, Gabriel Montigny a dit :

Et devant la chaumine
Mère-grand n’est pas en reste
elle voit les broute-mines
se sent à nouveau leste
ne reste pas un ange
se trouve fort marrie
d’êtr’hors de la vendange
et veut qu’on la marie

 

La folle farandole
emporte tout, partout

Bonjour @Gabriel Montigny

Cette partie m'a fait irrésistiblement revenir à la chanson de Trenet

 

On ne peut trouver plus merveilleux monde rempli de Loup.

 

La  musique en elle même s'harmoniserait avec le texte. W

 

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny
Le 16/08/2019 à 07:19, Mohè a dit :

Très joli. 

Un conte grivois / moins hardi

 

 

@Mohè

Merci d'en avoir apprécié l'effort esthétique.

Le 16/08/2019 à 11:38, Julien Ertveld a dit :

Un chaperon, rouge de désirs et plaisirs assouvis je suppose, digne des contes coquins de La Fontaine

@Julien Ertveld

Je vois que j'ai affaire à un connaisseur. Connaissez vous les poèmes fripons de Jules Verne ? 😉

Le 16/08/2019 à 12:18, Joailes a dit :

Oh, @Gabriel Montigny comme vous avez une longue plume ! 🙂 Ce serait donc ce bon Charles qui s'en serait inspiré ? 🙂 Bravo pour cette grivoiserie pleine d'humour !

@Joailes

La longueur de la plume ne fait rien à l'affaire c'est le seul talent de s'en servir qui procure du plaisir! 😄

Le 16/08/2019 à 14:46, Gilliatt a dit :

Bonjour @Gabriel Montigny, les esprits de Charles Perrault et de François Rabelais ont dû s'associer pour vous inspirer un tel conte, où chacun et chacune semblent avoir eu leur compte.., bravo ! 🙂 

@Gilliatt

J'avoue que Rabelais fait davantage mon enchantement que le pauvre Charles Perrault ou les Frères Grimm. ^^.

Le 16/08/2019 à 16:53, Fleur de poème a dit :

un texte original dans la manière de représenter les contes de Perrault qui avaient un double sens, celui destiné aux enfants et l'autre qui dénonçait tous les fantasmes des adultes, leurs désirs secrets;

@Fleur de poème

Commentaire judicieux et qui permet de comprendre la dimension complexe de ces contes.

Le 16/08/2019 à 18:08, Diane a dit :

En effet.

Et j'aurais tendance à penser que Gabriel a lu Perrault quand il était adulte....😇🤣

( pardon Gabriel ^^)

@Diane

Vous ne croyez pas si bien dire. J'ai lu d'abord "Psychanalyse des contes de fées" de Bruno Bettelheim.  Inutile de vous dire que ma lecture des contes en fut à tout jamais changée. 🙂

Le 17/08/2019 à 00:05, Yguemart a dit :

@Gabriel Montigny Que pourrais-je ajouter ? C'est succulent comme une jolie motte... de beurre.

@Yguemart

Beurre demi-sel il va de soit!

Le 17/08/2019 à 09:25, Marcelin a dit :

Superbe et drôle. Il paraîtrait que Cendrillon a beaucoup regretté de ne pas être conviée. Fake news ?

@Marcelin

Je reviendrais un jour sur cette souillon de Cendrillon qui cache bien son jeu, croyez moi!

Il y a 7 heures, Nomal' sland a dit :

Bonjour @Gabriel Montigny

Cette partie m'a fait irrésistiblement revenir à la chanson de Trenet

 

On ne peut trouver plus merveilleux monde rempli de Loup.

 

La  musique en elle même s'harmoniserait avec le texte. W

 

@Nomal' sland

La référence à Trenet me touche beaucoup. C'est exactement cet esprit de musicalité que je cherche dans ce genre de poème là.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor
Le 16/08/2019 à 16:53, Fleur de poème a dit :

un texte original dans la manière de représenter les contes de Perrault qui avaient un double sens, celui destiné aux enfants et l'autre qui dénonçait tous les fantasmes des adultes, leurs désirs secrets

Je me suis fait la même réflexion.

 

Pour ceux intéressés par ce sujet passionnant :

 

Le petit chaperon rouge de Perrault

(La tentation sexuelle)

 

La plus jolie fille du village est envoyée par sa mère chez sa mère-grand. En traversant la forêt, elle rencontre le loup. Arrivée chez son aïeule, entre-temps mangée par l’animal, le Petit Chaperon rejoint celui-ci dans le lit. Ce conte est connu sous une trentaine de versions en France. Celle de Perrault, qui date de 1697, se termine par : « Et en disant ces mots, ce méchant loup se jeta sur le Petit Chaperon rouge et la mangea. » Parmi les contes, le célébrissime Chaperon rouge est le plus sexuellement explicite. La couleur rouge symbolise les émotions violentes liées à la sexualité. Il est évident que le loup n’est pas un animal carnassier, mais une métaphore criante du mâle : quand la jeune fille se déshabille et le rejoint dans le lit, et que la bête lui dit que ses grands bras sont faits pour mieux l’embrasser, peu de place est laissée à l’imagination. Le loup et le chasseur sont deux figures masculines antagonistes que la jeune fille doit apprendre à reconnaître : le premier est séducteur et meurtrier, le second est bienveillant et sauveur.

Ce conte est une mise en garde très claire, dont la morale a même été ajoutée en quelques lignes par Perrault : « Les jeunes filles, belles, bien faites et gentilles, font très mal d’écouter toutes sortes de gens. »

 

(Source Ce que les contes nous racontent)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno

Exercice difficile mais vous vous en sortez tout de même très bien. Sympa à lire à haute voix.

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny
Le 24/08/2019 à 18:02, Frédéric Cogno a dit :

Exercice difficile mais vous vous en sortez tout de même très bien. Sympa à lire à haute voix.

@Frédéric Cogno Merci de l'avoir fait.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...