Jump to content
Surfeur

La chenille

Recommended Posts

Surfeur

 

La chenille

(sonnet marotique)


La chenille s'avance verte diligence,

Rasant profonds vallons, prés, chemins et hauts cols,

Sait que viendra l'instant des merveilleux envols

En mûrissant de soyeux rêves d'espérance,


Je parsemais donc chaque sentier - à outrance -

Par des louis d'or et d'argent posés aux sols,

Elle grimpa sur giroflées puis tournesols

Riant des écus continua son errance,


Elle voyait déjà translucide son aile,

Voler vaporeuse dans sa fine dentelle,

Et dès l'aube miroiter sous le rai du jour,


Quand surgira la délivrance salutaire

La piéride s'enfuira sous l'astre solaire,

Danser avec le bleuet son tango d'amour.

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Charles Boveaud

Un sonnet original, prophète de la liberté, de l'amour et de la joie sous de magnifiques vers ! Dommage que je ne peut mettre de coeur...

il y a 3 minutes, Surfeur a dit :

Elle voyait déjà translucide son aile,

Voler vaporeuse dans sa fine dentelle,

Et dès l'aube miroiter sous le rai du jour,

 

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor
Il y a 19 heures, Charles Boveaud a dit :

Dommage que je ne peut mettre de coeur...

Sans doute avez-vous dépassé le quota autorisé sur 24 heures.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Nomal' sland

Bonjour @Surfeur

 

Ça  faisait longtemps que je n'avais rencontré de construction italienne aussi pointilleuse.  Très réussi.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny

Classicisme impeccable. Il y a même une discrète morale.

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Surfeur

@ Nomal' sland......Vous connaissez à l'évidence le travail de Clément Marot et le rapprochement fait à l'époque avec le sonnet italien (sans oublier  le lot habituel de contestations....☺). Un grand merci pour ce commentaire élogieux.

 

@ Gabriel Montigny.....Merci pour votre regard, avec le sonnet, on n'est jamais sûr de rien !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Jeep

Très joli sonnet classique et original! Je tique seulement sur le sixième vers (je suis casse-pieds) car précisément je n’en compte que onze. Il suffirait de remplacer posés par déposés pour faire douze pieds, et peut-être aussi peut-on supprimer le pluriel de sols.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Surfeur

Bonjour Jeep,

 

Personne n'est à l'abri d'une confusion entre le découpage en prose et celui en poésie; pour ma part, j'ai découpé ainsi:

 

Par / des / lou/ is / d'or / et / d'ar / gent / po / sés / aux / sols

 

Ce pluriel (sols) est employé à dessein.

 

L'avis technique est toujours intéressant car le sonnet régulier doit effectivement comporter 12 pieds.

 

Merci pour vos encouragements.

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Surfeur

Règle de la diérèse en fait !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Jeep

D’accord, mais j’ai tendance à ne compter qu’une syllabe à l’oreille en fonction de la prononciation moderne par exemple pour jouir, suer,  louis..., à l’instar de nuit, fuir... mais à la réflexion la diérèse est effectivement tout à fait classique. Acceptez  donc mes excuses pour ma remarque inappropriée.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...