Jump to content
Thierry Demercastel

Emilie

Recommended Posts

Thierry Demercastel

Emilie

 

 

 

Ah ! que me disiez vous Emilie hier près du verger

Dans ce mois de mai scrutant tous vos désirs,

Nous avions à nos trousses la langueur des amants,

Ces quelques fièvres que seuls les baisers apaisent.

 

Ah ! que me disiez vous, chère Emilie, hier près du verger,

Mes lassitudes avaient déserté comme par enchantement,

Tout autour de nous semblait se pencher sur vous,

Et vos lèvres si fines me disaient qu’elles n’avaient point sommeil.

 

Ah ! que me disiez vous Emilie hier près du verger,

A la douceur du jour qui, sur vos prunelles, flânait,

Vous m’attendiez fébrile avec un soupçon de rêve

Et moi j’avais le cœur qui battait, qui battait.

 

Ah ! que me disiez vous, chère Emilie, hier près du verger,

Les yeux baissés, dans ce mois de mai finissant,

Que disiez vous à mon cœur qui venait à pleurer,

A cet amour qui à votre cœur venait naissant.

 

Ah ! que me disiez vous Emilie hier près du verger,

Que pour un autre votre cœur battait,

Que le mien vous ne l’entendiez guère, 

Qu’il reviendra bientôt de ce pays maudit.

 

Ah ! que me disiez vous, chère Emilie, hier près du verger,

Que votre amour est unique, que lui seul vous aimez,

Que depuis longtemps il vous attend près d’ici

Où les larmes se posent quand fleurissent les roses.

 

Ah ! que me disiez vous Emilie hier près du verger.


 

  • Aimé 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor

Je pense que @Féludorée se doit de lire votre poème Thierry 😉 

  • Merci 1
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Thierry Demercastel

Je l'espère mon cher Guillaume😉

Share this post


Link to post
Share on other sites
Féludorée

Je crois bien que c'est le premier poème que je lis où apparaît mon vrai prénom. Quelle étrange sensation !

 

Très beau poème contant une bien triste histoire d'amour. À la lecture, j'ai éprouvé une sincère compassion à l'égard de l'amoureux transi. Mais j'en ai également eu pour Émilie qui semble ne pas se permettre d'être heureuse en amour. Si elle vibre pour le poète, elle est retenue par l'absent. Cet autre homme qui lui a volé son cœur m'intrigue. J'imagine un soldat tombé au combat :

 

Il y a 8 heures, Thierry Demercastel a dit :

Qu’il reviendra bientôt de ce pays maudit.

 

Il y a 8 heures, Thierry Demercastel a dit :

Que depuis longtemps il vous attend près d’ici

Où les larmes se posent quand fleurissent les roses.

 

J'apprécie particulièrement les contradictions des propos de la Belle : 

- bientôt / depuis longtemps

- revenir / attendre

- pays maudit (loin) / près d'ici

Je les interprète comme le conflit intérieur d'Émilie qui ne parvient pas à se faire à l'idée que celui à qui elle a promis son cœur ne reviendra pas. Ce "pays maudit" n'est autre que la mort, l'injuste mort qui fauche les jeunes pousses de la vie. Les roses, fleurs symboliques de l'amour, se métamorphosent en fleurs de deuil, les larmes de joie en larmes d'affliction.

 

J'ai bien de la peine à présent... 

 

 

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Thierry Demercastel
Posted (edited)

Je suis impressionné vous avez tout compris de ce texte. Merci infiniment Emilie!

Edited by Thierry Demercastel
  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Yguemart

@Thierry Demercastel Vous savez toujours magnifier l'amour par vos textes, merci !

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

Et zut ! Encore un bon ! 🙂 Votre muse a toujours cet accent secret et unique,  je ne puis que déposer un cœur. 

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Tristamourir
Posted (edited)

Un merveilleux poème d'amour adorablement bien formulé. J'aime bien forme et fond  ainsi que les envolées de grand lyrisme, malheureusement devenues obsolètes de nos jours.

 

Edited by Tristamourir
  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gilliatt

Bonsoir @Thierry Demercastel, je viens de lire un poème digne de Pierre de Ronsard, il en a la musique et les images, bravo,  j'y ai vu le cœur d'un homme soupirant devant la belle dont le sien n'est pas libre, ce n'est pas rare, mais c'est douloureux de n' être que l'ami de celle qu'on désire.

J'aime beaucoup ce très beau poème dont l'argument est rare, un cœur, ❤️ ! 

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Nomal' sland

Rien de bien étonnant que dans les vergers amoureux,  vous tombiez sur quelque pépins vous interdisant de croquer la pomme.😁W

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny

On se croit chez Marivaux, un peu chez Sedaine, dans tous les cas il se dégage de ce poème un art d'aimer qui sent son dix huitième!

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...