Jump to content
Frédéric Cogno

Puisqu'ils ne viendront plus

Recommended Posts

Frédéric Cogno

Mais où sont passées mes lunettes?...

Je ne puis lire mon journal,

Depuis hier je perds la tête,

Et ce dos qui me fait du mal.

 

Ma télé est tombée en panne,

J'ai des problèmes avec le store,

L'ennui, la douleur et ma canne

Me gardent là un jour encore,

Puisqu'ils ne viendront plus...

 

Le soleil monte à ma fenêtre

Comme un espion de solitude,

Qu'il entre donc! ah, mais le traître!

Il est plus chaud que d'habitude...

 

Me mettre à l'ombre ou dans le noir,

Trouver le frais sans voir là-bas,

Plutôt le jour que l'isoloir,

Plutôt l'été donnant le bras,

Puisqu'ils ne viendront plus...

 

A rester là sur mon fauteuil,

Le beau cadeau, pauvre de moi,

Ces accoudoirs ont pris le bois,

Le bois vernis de mon cercueil,

Puisqu'ils ne viendront plus...

 

 

Pas un voisin pour bavarder,

Pas un dimanche avec croissants,

Pas une brise au cœur léger

En épousée du rideau blanc.

 

Plus de baiser, plus de copain,

Finit le chant de la rivière,

Plus une nuit main dans la main,

Que le silence et la poussière,

Puisqu'ils ne viendront plus...

 

Je fredonne des souvenirs

A la barrette de ma femme,

Mon oreillette a beau faiblir,

J'entends la mort qui fait des gammes.

 

Et son doigt glacé sur mes lèvres

M'offre un dernier pot des fontaines,

Avant de chuter sur mes Sèvres

Sans déranger pour des semaines,

Puisqu'ils ne viendront plus...

 

Le chacun pour soi ouvre l’œil,

Les délaissés n'ont plus le choix,

On crève encore de chaud, de froid,

Et on oublie même les deuils...

 

Puisqu'ils ne viendront plus...

  • Aimé 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Jeep

Alors là Frédéric, il faut réagir! Prenez votre téléphone. Appelez le réparateur de store et de télévision et surtout appelez les copains pour qu’ils passent vous voir. Allez, ça va aller mieux!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gilliatt

Bonjour @Frédéric Cogno, un beau poème mélancolique sur le temps qui passe et les êtres qui trépassent, tout cela est vrai mais il y a un indicible espoir derrière cet horizon, bravo  🙂

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

C'est d'une grande tristesse, je pense aux personnes âgées qu'on oublie parfois, souvent, et qui n'ont plus que leurs souvenirs pour seule consolation.

Tu as très bien su rendre ces sentiments d'abandon et cela démontre ton empathie et ta formidable gentillesse. Un cœur pour tout cela. 

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny

Mon dieu! Je me crois à mon travail tant la description est juste et vivace.

@Joailes

Rassurez vous, il existe d'obscures petites silhouettes dont le métier admirable est le réconfort, payées une misère et qui inlassablement font ce qu'elles peuvent pour combler le sillon que le vide d'amour creuse chaque jour.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Diane
Il y a 11 heures, Frédéric Cogno a dit :

Finit le chant de la rivière,

Fini, je pense Frédéric ?

 

Texte glaçant de réalisme et de tristesse....

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

@Gabriel Montigny vous me rassurez en effet ! Je connais même des bénévoles. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Tristamourir

Bravo pour ce poème qui décrit bien une triste réalité universelle. De plus en plus, le nombre  de personnes âgées vivant seules ne cesse  de grandir. 

 

 

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor

Aussi bien écrit que profondément déprimant...

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno
Il y a 21 heures, Diane a dit :

Fini, je pense Frédéric ?

 

Texte glaçant de réalisme et de tristesse....

oups oui fini! MERCI DIANE

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno
Le 26/07/2019 à 15:48, Joailes a dit :

C'est d'une grande tristesse, je pense aux personnes âgées qu'on oublie parfois, souvent, et qui n'ont plus que leurs souvenirs pour seule consolation.

Tu as très bien su rendre ces sentiments d'abandon et cela démontre ton empathie et ta formidable gentillesse. Un cœur pour tout cela. 

Merci infiniment joailes. Ce texte date de la canicule de 2003....

  • Partagé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Yguemart

@Frédéric Cogno Une belle chanson que voilà (j'ai bon ?). Si je pouvais, je te donnerais 2 cœurs.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno
Il y a 10 heures, Yguemart a dit :

@Frédéric Cogno Une belle chanson que voilà (j'ai bon ?). Si je pouvais, je te donnerais 2 cœurs.

oui c'est une chanson. Parfois je mentionne, parfois j'oublie. Bien vu Yguemart, content de vous revoir. Merci Du fond du cœur.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Nomal' sland

La beauté de l'écriture rééquilibre le texte  et le sauve d'une neurasthénie glaçante. W

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...