Jump to content
Gilliatt

Un soir

Recommended Posts

Filae77
il y a 57 minutes, Gilliatt a dit :

Car cette grande fille, des deuils en appétit,

Je l'avais reconnue, sur les écueils elle danse.

Bonjour @Gilliatt, un cœur pour cet intrigant poème qui peut évoquer la représentation de la mort  ,le narrateur voulant toutefois

en éprouver le  coté charnel,  n' ayant pas au début envisagé sa nature exacte.

le vocabulaire élégant et recherché ne laisse aucun doute sur le décor maritime et même portuaire de l' action.la première strophe

me parait principale car elle contextualise l' action sur le plan pratique mais surtout explique le contexte psychologique qui l' a désigné à la mort.

->  sans joie dépourvu d'espérance, J'avais fui le tripot où régnait le cafard

       

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

J'ai beaucoup aimé ce poème,  @Gilliatt qui traduit bien un soir d'errance, de vide et, comme Filae, j'ai pensé à la mort ... il est bon d'avoir repris ton pas, et d'avoir passé ta "chance" ... 😉 J'aurais mis une virgule après "l'air marin" pour que cette phrase soit mieux comprise ... 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gilliatt

Bonsoir @Filae77, merci pour ce commentaire très pertinent, j'ai écrit ce petit poème en songeant à une escale à Dubrovnik en Yougoslavie à l'époque, 1972 , sous le régime communiste de l'époque, personne ne nous adressait la parole, par peur de la police politique, même dans les bars où se retrouvaient les dockers. Nous y sommes entrés à deux, cinq minutes après, ( une bière: ),  le bar était vide, c'est la plus sinistre de toutes mes escales, tous ces destins gâchés...

En 1991, j'ai vu Dubrovnik sous les bombes à la télévision, je n'ai pas rencontré cette fille, mais c'est sûr, elle était encore là. Merci  🙂

Bonsoir et merci @Joailes, tu as raison, la virgule manquait, c'était un oubli, bien vu !  🙂

Pour cette rencontre métaphorique, oui, je suis rentré à bord, très triste pour les gens de ce pays et de cette ville portuaire magnifique, nous devions appareiller au petit matin et ce soir là, les quais étaient déserts à cause de notre présence ...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

@Gilliatt vous avez beaucoup de choses à dire, et vos poèmes sont toujours purs. En tant que lecteur, on ne peut tout comprendre, tout déchiffrer.

Pas forcément comme ça a été écrit. Mais on sent immédiatement la sincérité. Merci à vous. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gilliatt

Merci Joëlle de cet intérêt, il m'est en effet difficile d'isoler un évènement ou une émotion de son contexte, tout est lié, mais ce poème peut se comprendre comme la rencontre d'une mélancolie profonde avec  ''l' offre de service'' de la mort, certains se laissent séduire, n'importe où dans le monde .

Le contexte de Dubrovnik est particulièrement complexe, c'était la guerre froide, j'étais à bord du ''Rhin'' un bâtiment de soutien logistique en mission diplomatique.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno

"Jeune et mince en grand deuil, douleur majestueuse, une femme passa d'une main fastueuse..." Pour ma part c'est Baudelaire qui me vient. Très jolie plume. J'aime beaucoup.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Jeep

Merci Gilliatt pour ce poème ancien qui dit la fin d’un monde et la mort croisée sans s’être arrêté.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Diane

J'ai bien aimé moi aussi.

En revanche, je n'aurais mis aucune ponctuation 🙂

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny

Poème de bordée, la vraie, celle des rencontres qui ne se font pas.

 

C'est écrit avec la tendresse qu'on a pour de vieux souvenirs perdus.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor

Ce poème est une petite perle et une fois lu vos explications sur sa genèse, c'est encore plus vrai.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Nomal' sland

Bonjour @Gilliatt

il n'est jamais bon de s’enivrer du parfum de la dame en noir. roule ta bosse, si tu n'es pas Rouletabille.W

Share this post


Link to post
Share on other sites
Thierry Demercastel

J'aime beaucoup, très beau texte. 

 

Merci Gilliatt   

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gilliatt

Bonjour @Frédéric Cogno, merci infiniment d'évoquer Charles Baudelaire à propos de cette escale lointaine, et c'est vrai, ''A une passante'' est, de tous,  un de mes poèmes préférés. encore merci.   🙂

Merci @Jeep, si la rencontre est ancienne, le poème, lui, n'a que quatre jours, de toute ma vie, je n'ai écrit que des lettres d'affaires ou des contrats, je suis  ''tombé en écriture''  brusquement, en janvier 2015, depuis j'écris tous les jours.

Vos commentaires me sont de précieux réconforts   🙂

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gilliatt

Bonsoir @Diane Merci de l'appréciation et de la suggestion, je vais voir ce que ça donne sans ponctuation  🙂

Bonsoir @Gabriel Montigny, Merci de ce commentaire, je l'ai souvent rencontrée  sur mon chemin cette drôlesse, parfois de trop près. Comme ma mémoire est fidèle, j'en ferai quelques récits. 🙂 

Bonsoir @Eathanor, Grands mercis pour l'éloge et l'intérêt, on nomme aussi Dubrovnik '' La perle de l'Adriatique', bravo !, cette brève escale fut surréaliste et pleine d'ennui, un homme ivre est venu pour me parler, sur le quai désert, aussitôt deux de ses amis sont venus le chercher sans ménagement, tout en s'excusant, en croate je crois, il risquait de gros ennuis. Encore merci,  🙂

Merci @Nomal' sland, Merci de ce conseil avisé et du jeu de mots qui roule bien, à défaut de tanguer.. 🙂 

Merci @Thierry Demercastel, Brièveté et efficacité du langage maritime, bien reçu et ravi !  🙂

 

 

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Jean-Baptiste Fouco
Le 22/07/2019 à 16:15, Gilliatt a dit :

Un soir de février, sur un quai de hasard,

Dans un pays sans joie dépourvu d'espérance,

J'avais fui le tripot où régnait le cafard,

Respirant l'air marin, ma corne d'abondance.

 

J'errais...

 

Bien que vêtue de noir, elle me faisait de l’œil,

La drôlesse montrait pour moi quelque appétence,

J'ai osé lui sourire nonobstant son grand deuil,

Elle éclata de rire devant ma déférence.

 

Le vent faisait flotter tout autour ses surplis,

Je voulais deviner la courbe de ses hanches,

Ou le pointu d'un sein éloquent et précis,

Ses robes se mouvaient occultant ses éclanches,

 

Je l'ai considérée, puis mon pas j'ai repris,

Même par temps plus chaud j'aurais passé ma chance,

Car cette grande fille, des deuils en appétit,

Je l'avais reconnue, sur les écueils elle danse.

 

22 07 19

 

Bravo, j'ai beaucoup aimé cette rencontre d'un soir avec la faucheuse.

Merci Gilliatt.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gilliatt

Bonsoir @Jean-Baptiste Fouco, brève rencontre heureusement, merci de ce commentaire qui me touche vraiment. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...