Jump to content
Gilliatt

Vamp du large

Recommended Posts

Gilliatt
Posted (edited)

Prologue.

Montrant mes œuvres escartées,

Des vernissages aux vers mous lus,

Je vis une belle essartée,

Prête aux hissages en mer voulus.

 

Vamp du large

 

Je vous avais bien avisée,

Vos regards m'avaient aperçu,

Vous sentiez, par moi espérée,

Revivre un appétit déçu.

 

Je vous choyais en mes pensées,

Ignorant vos chants retenus,

Et vous fondiez, l'âme pansée,

De bientôt goûter l'inconnu.

 

Toujours là en fin de soirée,

Feignant de ne m'avoir pas vu,

Chaque pose m'était dédiée,

Je polissais nos imprévus.

 

Sur mon bateau, seule invitée,

Vous descendez l'échelle en bois,

La marche, vous l'avez ratée,

Je vous reçois tout contre moi.

 

Cheville d'ange déchaussée,

Se console entre mes gros doigts,

Plus qu'aux genoux s'est rehaussée,

Une caresse à double emploi.

 

Vous soupirez, abandonnée,

M'ouvrant le havre de vos bras,

Nos lèvres se sont adonnées,

Mes paumes ont fait rouler vos bas.

 

Sur la couchette bleue salée,

Bercés par un roulis courtois,

La houle à moi vous a jetée,

Le vent, pleine lune, est grivois.

 

Taillant une route étoilée,

Mon bateau pilote sans moi,

Tandis que monte la marée,

De nos interlopes émois.

 

Ne faisant qu'un, l'âme inspirée,

Par l'océan complice et roi,

Appareillons pour l' Empyrée,

Oubliant tout en cet arroi.

 

Par votre nature indomptée,

Clamez un bonheur florissant,

Usant de moi en éhontée,

Je m'y emporte en hennissant.

 

Sur la couchette bleue salée,

Nous sommes déjà loin du port,

Vous goûtez l'épaule hâlée,

Et sur elle un ange s'endort.

 

Je vous retiens, belle enjôlée,

Contre mon cœur, brûlant trésor,

Un rêve exquis vous a frôlée,

Serrant de faim les dents, très fort,

 

J'admire vos lèvres empourprées,

Vous contemplez ma plaie, repue,

Vous m'avez mordu, enfiévrée,

Au sang, profond bonheur ce fut.

 

Un baiser barbare nous achève,

Vous léchez les deux trous pointus,

Un sein à ma poitrine enlève,

Toute douleur, dis, m'aimes-tu ?

 

Vamp du large .jpg

Edited by Gilliatt
  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

J'ai beaucoup aimé ce vent du large ! (la photo est superbe) j'ai presque senti le goût du sel ... (et du sang ?) dans ma bouche. 

Bravo @Gilliatt ❤️ 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Diane

C est un vent coquin.

bel exercice !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Jeep

Avec vos vers mous le plaisir dure.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gilliatt

Bonsoir @Joailes, merci pour cette lecture et ce commentaire plein d'humour mais néanmoins flatteur, ce bateau, un ketch de 13 mètres, est un de mes plus agréables souvenirs, j'y ai mêlé quelque ambiance de vernissage, et une petite histoire de vampire, ces histoires me font toujours rire. ❤️

Bonsoir @Diane, Oui, un vent grivois à la pleine lune ...   Merci du compliment !🙂

Merci @Jeep, les vers mous lus sont allés au bout de leur dur destin ! 😀

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno

Au large de ses épaules cap sur ses seins...j'ai aimé cette luxure marine... Bravo!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny

Elle préfère l'amour en mer...

 

Je comprends enfin pourquoi.

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor

Et après, certains osent dire que la pleine lune n'a aucune influence sur nos états 😉 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...