Aller au contenu
Outrehorizon

Malaise

Messages recommandés

Outrehorizon

                   Malaise

 

 

La nuit pleure sur le pavé
où la fontaine, éteinte, ne chante plus
depuis des lustres

 

Sous le balcon,
le joueur de guitare a mis son chapeau.
Il se protège des coups de lune,
se cache le visage où transpire son cœur.
Ses doigts s’enfoncent dans les cordes musiciennes
et perfide, la lune
descend,
déshabille la blonde espagnole,
porte des rumeurs,
des ondes
et l’essence de fleurs violées par le vent.
La lune court sur les murs,
lave le pavé de la place,
passe sous le chapeau
et s’insinue dans les idées...
Phœbé  la verte
qui joue avec les marées,
pose des pas de loup
sur le ventre des femmes.


 

  • Aimé 7

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Joailes

Vous lire m'a transportée et je n'ai ressenti aucun malaise, bien au contraire ! 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marc Hiver

@Outrehorizon,

 

Un poème à la fois limpide, mais qui garde pourtant une part de mystère, ce caractère énigmatique qu'on apprécie dans un poème. Et hop ! Un coeur.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Filae77
Il y a 1 heure, Outrehorizon a dit :

Phœbé  la verte
qui joue avec les marées,
pose des pas de loup
sur le ventre des femmes.

Bonsoir @Outrehorizon, un cœur pour ce très beau texte , où comme à votre habitude la violence se lit en contrepoint du charnel et de la volupté:

-> Il se protège des coups ,Ses doigts s’enfoncent  

une Lune personnifiée et malfaisante , dont un certain nombre de traits  sont communs à la carte du tarot éponyme.

Encore un texte stupéfiant et à la beauté inouïe !!!!

(Quant au passage cité, nous savons que la lune influence le ventre des femmes et ce depuis toujours .....)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Carine

Énigmatique et magnifique ❤️

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pierre Brandao

C'est toute une atmosphère, une pénombre poétique qui entre par les yeux et qui nourrit l'âme du lecteur...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Le 17/07/2019 à 17:31, Outrehorizon a dit :

La lune court sur les murs,
lave le pavé de la place,
passe sous le chapeau
et s’insinue dans les idées...
Phœbé  la verte
qui joue avec les marées,
pose des pas de loup
sur le ventre des femmes.

 

Lune perfide

piégeuse et morbide

qui règle la vie 

 

le malaise est palpable...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Bravo Claude! 

 

Un poème au délicat symbolisme qui fait des images de sombres oiseaux à dessiner de leurs ailes le chemin des énigmes dont le plaisir vient quand on les déchiffre avec la sincérité du cœur.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Outrehorizon

Encore le temps qui me file entre les doigts.....

 

Merci à vous tous pour vos lectures et commentaires élogieux.

 

Merci à Joailes qui se trouve à l'aise dans mon malaise poétique.

 

Marc Hiver qui me donne un cœur comme un soleil d'été.

 

Filae 77 se promène avec beaucoup d'attention dans mon univers poétique.

 

Merci à Carine qui me donne un cœur rouge qui m'émeut.

 

Eathanor sensible à mon poème, j'en suis flatté et le remercie de sa lecture.

 

Je suis heureux que Pierre aime ainsi mon poème, merci de sa visite.

 

Toujours Diane qui marche toujours plus loin et ouvre les portes de mon jardin

 

Quant à toi mon ami Gabriel, merci de parler de symbolisme....

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Seawulf
Le 17/07/2019 à 17:31, Outrehorizon a dit :

La lune court sur les murs,
lave le pavé de la place,
passe sous le chapeau
et s’insinue dans les idées...

Superbe

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Outrehorizon

Merci, ami Seawulf, d'apprécier ainsi mon poème.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Aubussinne

J'aime cet univers où l'on découvre une terre inconnue, aux eaux mouvantes,aux ports sombres et incolores, lointains dans leurs sons et leurs couleurs…. qui nous ouvrent un monde, jamais le nôtre….. à la Gérard MANSET.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Outrehorizon

Ce monde interne, ce monde onirique, peut-être, est-il l'unique monde où nous existons vraiment.

Merci, Aubussime de votre visite, de votre évocation.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Créer...