Jump to content
Julien Ertveld

Triste carnaval

Recommended Posts

Julien Ertveld

Pauvre Pierrot que Colombine a délaissé

Tu erres et pleures ton cœur blessé,

De ton amour la mutine s’est lassé

Et tu dois le ranger parmi les choses du passé


 

Ton carnaval s’est fini et tes pleurs,

Se mêlant aux éclats des rieurs,

Détonent. Tu traînes ton malheur

Au milieu d’une foule en bonheur


 

Cette foule, indifférente à ton chagrin,

Te bousculant et t’entraînant sur son chemin,

Ne te voie pas. Une marquise, venue prendre ta main

Te fit danser, tourbillonner, mais en vain


 

Tu espères Colombine et tu lui cries « Reviens

Loin de ton cœur, mon pauvre cœur n’est plus rien

Il ne vivait, ne subsistait que près du tien

Il ne croyait qu’en ton amour et qu’en le sien. »


 

Et sur les planches noircies du canal

Dont l’eau noire et triste noie et avale

Les rêves bleus et éphémères du carnaval

Pierrot voit en un croissant ovale


 

La Lune blême qui reflète les palais de Venise

Dans la lagune et lui jette comme une promise

Ouvrant de ses doigts fins et légers sa chemise

Une œillade et l’appelle pour une tendre bise

 

Et pour se percher sur le croissant

Pierrot dans l’eau sombre descend

Alors la Lune très tendrement, tout doucement,

L’emporte dans son firmament

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gilliatt

Bonjour @Julien Ertveld, à Venise, la mélancolique déambulation d'un Pierrot en larmes, privé de sa colombine envolée, belle évocation de cet état d'âme.., puis la lune en son reflet l'attire et lui offre le grand voyage, onirique, bien sûr !  🙂

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny

J'ai pour ma part irrésistiblement songé à la fameuse scène  des "Enfants du Paradis" de Carné-Prévert où Debureau perd Garance dans une scène de carnaval effrénée.

Nos Pierrot et nos Colombine ont mille visages, le nôtre.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

J'ai toujours pensé que les Carnavals étaient tristes ... bien qu'il essaient de nous faire croire le contraire. J'aime beaucoup le vôtre, mélancolique à souhait. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Marc Hiver

@Julien Ertveld,

 

Il y a 3 heures, Julien Ertveld a dit :

Tu espères Colombine et tu lui cries « Reviens

Loin de ton cœur, mon pauvre cœur n’est plus rien

Il ne vivait, ne subsistait que près du tien

Il ne croyait qu’en ton amour et qu’en le sien. »

Un coeur pour Pierrot et Julien !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor

Un carnaval aussi beau que mélancolique. D'ailleurs, un carnaval peut-il être réussi sans cette pincée de mélancolie ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Julien Ertveld

Et mon Pierrot ne se sent plus si seul....

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...