Jump to content
Evan

Cargo dans la tempête.

Recommended Posts

Evan

    L’ombre noire emplit le ciel, les nuages gris

    S’amassent sur l’onde qui gonfle et s'obscurcit.

    L’orage approche et le vieux cargo déjà geint

    En écho des chuintements et sifflets du grain.

 

    D’un coup la mer déchaînée s’ouvre et rejaillit

    Contre les flancs du pauvre navire alourdi,

    Lance dans un galop redoutable et dément

    Ses buffles endiablés, ses étalons d’argent.

 

    Dans d’énormes tertres d’eaux sinistres, glacés

    Le rafiot trépidant roule, tangue, bondit.

    S’éparpillant en milliers de gouttes brassées,

    La bourrasque tord les structures décaties.

 

    La coque craquette et crisse aux chocs de l'acier.

    Frissons de métal, ferrailles suppliciées.

    Les nuées torturées de mouvantes lacunes

    Rempliraient d’épouvante marins de lagune.

 

    La barre folle qu’il tient d'une main de fer,

    Les yeux luisants, le capitaine voit l’enfer.

    Soudain rassuré son visage s’illumine

    Au ronflement sourd de ses puissantes machines.

  • Aimé 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gilliatt

Bonsoir @Evan, belle évocation du combat d'un navire contre les éléments, jadis, les voiles partaient en lambeaux et il fallait se mettre en fuite, vent arrière, les machines permettent au bateau de faire face et de présenter le tranchant de son étrave aux murs liquides qui se jettent en avant, la navigation par gros temps est un art sinueux.  

Merci pour ce poème qui réveille de vieux souvenirs. 🙂 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Filae77
il y a 31 minutes, Evan a dit :

    Le rafiot trépidant roule, tangue, bondit.

    S’éparpillant en milliers de gouttes brassées,

    La bourrasque tord les structures décaties.

Bonjour @Evan,  un cœur pour ce texte très fort, le Cargo se pose en véritable personnage,la progression narrative est néanmoins dictée par la tempête.,

l' élément humain, le Capitaine n' apparaissant qu' en fin de texte et de façon presque subalterne

 

le Navire est d' abord malmené :                                   le vieux cargo déjà geint /  du pauvre navire alourdi...

mais réagit vaillamment          :                                  Le rafiot trépidant roule, tangue, bondit./ S’éparpillant en milliers de gouttes brassées...

il souffre                                       :                                    La coque craquette et crisse aux chocs de l'acier......

mais triomphe ,rassurant son capitaine :               Soudain rassuré son visage s’illumine   Au ronflement sourd de ses puissantes machines.

 

 

 

 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Marc Hiver

@Evan,

 

C'est officiel : Accents poétiques a trouvé le digne successeur de Victor Hugo en son souffle épique ! Bravo, un coeur.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Filae77

je rejoins @Marc Hiver,  tempêtes remarquablement décrites dans les travailleurs de la mer  mais également au début de l Homme qui rit.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Evan

Ouh là , comme vous y allez ! Merci beaucoup pour vos appréciations mais...vous allez me faire rougir...ou me donner la grosse tête.😊

J'ai déjà publié il y a quelques années ces poèmes sur un autre site sans ce succès inattendu !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny

On songe que toutes les tempêtes sont belles, et si celles de Turner confinent à l'abstraction la vôtre s'apparente davantage à Conrad ou à London!

Votre style fait de personnification rend vos images plus visuelles que littéraire.

Cependant à trop décrire la langue finit par ne plus innover ni surprendre.

Je suis pour ma part resté un peu sur ma faim d'espaces hallucinés, de maelstrom où rodent des Léviathan formidables.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

Votre poème m'a donné une certaine nostalgie de celle que j'ai vécue, il n'y a pas si longtemps. La tempête est cruelle, mais ô combien riche pour donner envie d'écrire ! 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor

Le sujet évoqué m'est cher. Aussi, mon appréciation de ce poème est biaisée dès le départ. J'ai apprécié vos images, très visuelles. Cependant, nous attendons de décoller réellement. Ici, nous avons plus l'impression de lire la description d'une photo d'un navire aux prises avec une tempête. Mais il y a comme une absence de pointe de folie. J'ai pour habitude de commenter avant de lire les commentaires laissés par d'autres pour éviter de me faire influencer dans mon approche. Je constate donc a posteriori que mon  ressenti est très proche de celui de @Gabriel Montigny

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...