Jump to content
Christian Bello

Des routes en dérive des rives en déroute

Recommended Posts

Christian Bello

Départ en thèse intemporelle distillation d'arômes qui flottent dans l'air enivrant de bonne heure des corps des rues aux ailes de ruelles aux airs dessinés de cinéma de bandes dessinées les yeux dans les vagues à l'écume dans sa bouche l'alarme salée des embruns du vent du nord américain son charme pas ses tics de vieille endormie indolente insolente insolite belle dame éthique sans étiquette commerciale esthétique pas tes tics occidentaux étiquettables ses tables simplement mises accompagnées de mets musicaux à la sauce salsa épicée chaude musique unique patrie de moines danseurs de l'humanité reconnus de l'un de l'une écho aux halos de vos lunes écho graffitis de l'unanimité de l'amitié l'amour de la joie unie vers celles et ceux festoyant fêtent succès défaites de colonels généreux généraux qu'aux longs nidificateurs colonnades d'un passé glorifié peu glorieux où marchaient les esclaves enrichissant la bourgeoisie pas de petit profit l'Homme est un Marché ses classes pas si classe pacifié je lis les ratures acte manqué je relie tes ratures aux miennes mon bric-à-brac ubiquités un Palace sur la route et Beyrouth en déroute un palais décharné une plaie soignée saignée pas de veines la chance ne sourit qu'aux rats un cri d'effroi le coq déchante l'horreur aux aurores de bonne heure La Havane se pavane n'est pas vannée au bord de la route son chemin le double sens le contre sens lire onirique le sourire aux lèvres ici a du sens la seule unique voix porte-parole les fines particules des belles américaines anoblies écho antinomique écologique l'économie du solaire de l'éolien à venir planifié un deux une deux au rythme du pas lent parfois du trop plein de ce manque une deux le noble trot chevalin l'appât du gain c'est clair l'éclair à Santa Clara la foudre éclairée du Che déifié dans son défi de gagner regagner le coeur des américains déçus du sud de toutes les parties sans parti épris de liberté révolutionnaire voyages dans les temps VACILANDO ESTE MATERIAL QUE PARECE A UNA SIRENA l'illusion de la vie ses propriétés du coeur un dos tres no stress cuatro en la casa del paraiso courbures de courant courbatures électrisantes hors du temps la trinité ne perd pas son temps sans carburant s'étend près de ses plages nocturnes assis rotant la pensée pleine de lunes étoilées et nous beaux à écouter regarder les groupes de non touristes locaux motivés à jouer dans la pénombre du Jigüe de la Canchanchara ou la Casa de la Trova éclairée de rythmes la basse court après le groupe électrique acoustique seuls les canards ne jouent pas JUGAR DE LA GUITARRA ES MI SUENO PERO FALTA DE TIEMPO ES MI DUENO les pas de danse aussi précis que les pas imprécis dans les rues défoncées de pierres Trinidad qué edad? L'île crocodile tes rues tes routes vers VINALES vallée aux longs dragons drainés tels Halong terrestre tu dérives tu déroutes et retrouves ton chemin après tant d'égarements profonds l'émail de leurs sourires communicatifs sans e-mail tu gagnes en communiquant leur langue universelle Angél te donne un cigare ses soixante dix sept ans de gentillesse en offrande le meilleur vendeur de cigares a commencé à six ans à goûter les fruits des feuilles de sa terre mère qu'il cultive encore en donnant le chemin de la grotte de la vache dans un de ces mogotes je goûte alors à la saveur éternelle du pouls de l'amer de la Terre cette terre nourricière à ciel ouvert un véritable musée avec ses belles Américaines intemporelles elles pas comme les musées péages à touristes les propriétés privées de barbelés et clôtures mais non de péages étatiques lourds à considérer envers cette gentillesse et ce sourire exotiques le paysan et l'ouvrier n'ont pas le gain pour appât ne pourront gagner que leur éternité et celle de leur symbolique ceiba multicentenaire leur liberté de ne rien connaître dans leurs cultures de maïs de tabac de manguiers du sacro-saint malsain Monsanto mon Dieu de la biodiversité du multiculturalisme vous êtes encore là au pied de la ceiba avec cet oratoire peuplé de divinités de pièces de monnaies Notre Père qui êtes aux Dieux nous qui ne croyons plus qu'en l'Homme pur comme le cigare sans adjuvant sans adjudant faites que le glyphosate ne soit investi sans retours et détours par le sacro Saint malsain Monsanto ou autre Notre Père qui êtes odieux que ton nom soit sans pitié que ton règne tienne jusqu'à la fin de tes jours fidèle sans fiel ou FIEL SIN FIDEL le Cuba Libre n'aura plus le même goût avec un Coca d'origine contrôlée breveté l'Etat désuni son autorité bafouée son prélèvement automatique péages incontrôlables d'usines à gaz à effets qui te desservent des routes en dérive Beyrouth exotique Caraïbes aux rives en déroute pas que beaux ces cubains ces culs bénis oui oui obligés d'aquiescer boules quies ne rien entendre ne rien comprendre qui est-ce? Pour qui? Ici je suis venu pas Hemingway Aupa Euzkadi con el Michel en el bar Bilbao l'attraction terrestre des boeufs des paysans sur les routes célestes de Kerouac ses couacs ses déboires boire ou fumer le cigare choisir le droit de vivre ses rêves sa chance vaut de l'or l'argent circule mieux que les gens le veau d'or le mirage de Saint-Ex. Son Petit Prince pose les bonnes questions sur son monde propre l'univers sale le bon le méchant le vers qui sonne vrai le sonnet creux l'universalité la vérité de la science la délivrance de la connaissance la vocation avec des ailes d'avion l'Homme son fantôme ses palais de glace « JARABE DE PALO » mots désunis à l'envers état désuni en pièces attachées à son vieux moteur bricolé vache-à-lait de la propagande photogénique en carte postale touristique côté effacé ou épilé sans rien qui nous dépasse l'ombre de lui-même el hombre qui réfléchit dans les profondeurs de l'abîme son ombre qui flotte qui danse et tourbillonne splendides danses de graffitis biodégradables splendeurs et danseurs ces cas qui dansent une sauce salsa rumba tango cha-cha mélanges sanguins loin d'être cons ces chanchulleros apolitiquement neutres en carbone avec ses biosphères rachetant les échappements encrassés et les volutes de cigares aromatisés de rhum de cannelle miel et mille autres douceurs neutre alizé parfois cyclonique le temps emporte l'avant et l'après pendant ce temps mémorable d'orages en des espoirs de ciel bleu outremer mon diktat tueur ma dictée raturée de bons sentiments de naïves lueurs...

  • Partagé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

Où la ponctuation ne guide pas, le lecteur ne peut que se débrouiller avec tous les mots. Quand même ! impression d'avoir reçu une avalanche sans pouvoir trouver un sens (du moins, ce soir ! 🙂 ) 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor

L'absence de mise en forme du texte, son contenu, tout concourt à me laisser dans une totale incompréhension après mon effort de lecture. Sans doute s'agit-il d'écriture automatique (?) mais à titre personnel, ces lignes ne soulèvent aucun intérêt en moi. Et ce n'est pas faute d'avoir essayé.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...