Cassiope

Voyage au Bhoutan

Messages recommandés

Cassiope

825017841_Photo119.thumb.jpg.be13f3a8a191f817037798e50f2ee3fe.jpg

 

Il y a très longtemps, j'ai fait un beau voyage
Dans un joli royaume loin des routes tracées
Posé tel un écrin sur les monts escarpés
Du grand Himalaya aux vierges paysages.

 

L'avion s'est envolé au-dessus des sommets
Qui atteignent le ciel immaculé de neige
Pour se poser au sol du tarmac bhoutanais
Accueillant l'étranger happé par ce doux piège.
Le sourire aux lèvres, les habitants rieurs
Vivent dans ce joyau aux maisons en bardeaux.
Ils pendent aux volets des fleurs et des drapeaux
Son nom est le Bhoutan, le pays du bonheur.
La « Terre du Dragon » aux coutumes antiques
S'introduit doucement dans la modernité
Exploitant savamment sa culture authentique
Le pays sait garder sa personnalité.
L'harmonie des temples suspendus aux rochers
Confère au visiteur le sacré de Bouddha
Les Dzongs majestueux offrent tout leur éclat
En accrochant le rêve aux sommets enneigés.
Le songe se précise lorsqu'on va de l'avant
Sur les chemins pierreux en des lieux verdoyants  
La nature admirable inonde de splendeur
Les yeux écarquillés de chaque voyageur.
La sente traverse des terres cultivées
Pour grimper au-dessus des arbres clairsemés.
Des chèvres et des yacks pâturent dans les combes
Près des maisons en bois que la piste surplombe.
On monte lentement à l'assaut de la pente
Devenant désertique et sans végétation
La côte se raidit et devient fatigante
Mais révèle un monde sans civilisation.
Moraines et séracs annoncent le glacier
Qui s'étend sur les flancs d'un surplomb féérique.
On peut apercevoir au détour du sentier
Le mont Chomolari, sa beauté fantastique.
Le froid et l'altitude est gommé face au charme
Des innocents attraits de ce titan de glace
Qui accroche son dôme au plafond de l'espace
Et sa pure blancheur attendrit jusqu'aux larmes.    
La trace monte encore vers le grand belvédère
Couronné de magie en ces pics monstrueux.
Avec le souffle court, le feu dans les artères
L'étape s'établit dans ce lieu merveilleux.  
Le lendemain matin, le silence réveille
Les corps emmitouflés dans le doux des duvets
La neige recouvre de son charmant ballet
Le campement frileux que la montagne veille.
Difficile défi de reprendre la marche
Quand le vent glacial accompagne les pas
La bourrasque endigue la chétive démarche
Des pieds foulant le sol allant cahin-caha.
Plusieurs jours ont passé dans l'univers glacé
De ces lieux imposants, aux paisibles contours
Yalila et son col tellement haut perché
Redonne de l'audace et de l'humilité.
Le Chörten accueille les drapeaux de prières
Flottant au vent glacé d'un univers hostile
Où les âmes perdues, essences volatiles
Flânent sur les sommets aux mémoires d'hier.
Il n'y a plus de mots décrivant la beauté
De ses sommets blanchis par l'infini sacré
C'est la nature reine et son immensité
Qui suspend dans les nues toute l'éternité.

 

Il y a très longtemps, j'ai fait un beau voyage
Dans un joli royaume loin des routes tracées,
Posé tel un écrin sur les monts escarpés
Du grand Himalaya aux pitons d'un autre âge.

 

Poème écrit en janvier 2014

619156770_Photo157.thumb.jpg.a567aa91335040bc701e23d4a8079ea4.jpg


Modifié par Cassiope
  • Aimé 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Cassiope

Ce long poème raconte mon périple au Bhoutan, petit pays perché sur les contreforts de l'Himalaya. Ce trekking était très éprouvant pour l'organisme et dans ces vers, j'ai voulu retranscrire l'ambiance de la très haute montagne, montagne où l'on se dépasse forcément. Nous étions une quinzaine à faire ce voyage et il y a eu des passages et des cols à franchir au-dessus de 4000m d'altitude.

Itinéraire du voyage :

Découverte de la ville de Paro et de ses alentours avec la visite de l’exceptionnel monastère de Taksang, la "Tanière du tigre". Quelques jours d'acclimatation à l'altitude, dont les journées sont consacrées à s'imprégner de l'ambiance locale, puis départ pour une marche de sept jours en franchissant plusieurs cols de plus de 4000 mètres, dont celui de Nyilé (4830 m), belvédère qui s'ouvre sur les montagnes sacrées du Chomolari et du Jitchu Drake. Sur un sentier ardu, passage du dernier col du trek, le Yalila (4980 m).     
Retour à Paro, journée de repos, puis départ vers Timphu, la capitale du Bhoutan, promenade dans la ville et dans ses rues aux maisons en bois sculpté, flânerie devant les étals de son marché coloré et très animé.
Mes coups de cœur :

La montée lente et époustouflante de beauté des paysages bhoutanais, le regard toujours tourné sur le mont Chomolari (7314 m) qui surplombe le chemin pris durant ces sept jours, les maisons en bois décorées de sculptures et de fleurs en suspensions exubérantes, les villages et les villes traversées avec leur ambiance proprette, les habitants et leur philosophie du bonheur.
Voyage au Bhoutan entrepris en novembre 2005

Vous trouverez sur Google des photos des lieux visités et traversés. Merci pour être arrivé jusqu'ici !

 

Modifié par Cassiope

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Eathanor

Vous avez choisi de raconter votre voyage en vers mais en vous lisant, cette construction m'a ici un peu perturbé. J'avais une tendance à le lire comme je peux lire un texte en prose.

 

Étant un adepte de la philosophie churchillienne en matière de sport, vous avez toute mon admiration @Cassiope pour ce trekking qui devait être aussi splendide qu'éprouvant pour l'organisme. J'imagine que les souvenirs ramenés de là-bas bonifient avec le temps et sont inoubliables.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pierre Lamy

Très rares sont vos compatriotes qui ont effectué un trek au Bouthan

Chapeau

La philosophie de ce petit royaume est transgressive dans le sens où elle tourne le dos à la modernité.

Est-ce la même qui vous a incité à écrire votre compte-rendu de voyage en alexandrins ?

Je suis très agréablement surpris par ce choix très atypique qui vous fait tutoyer Lamartine, Vigny et surtout Victor Hugo.

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
joailes

Mais où donc s'envolent les petits cœurs si ce n'est pas sur des textes comme celui-ci ? Je me doutais bien que tu avais dû écrire, (on en parlait hier) on ne peut revenir indemne de ce genre de lieu   ... Je suis sûre que la plume y court toute seule ! C'est superbe, vraiment, merci pour ce beau partage, Cassiope. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Cassiope

Pour vous répondre, j'ai choisi de décrire ce voyage avec des alexandrins afin de bien faire comprendre combien j'ai été marquée par ce trekking. L'altitude demande de la rigueur dans sa préparation, sportive certes mais aussi lors du voyage car il ne faut pas faire n'importe quoi sur de telles altitudes. Presque 5000m à  gravir.

L'alexandrin demande la même rigueur et je me sentais plus à l'aise pour décrire ces titans de glace qui nous ont accompagnés pendant les 7 jours de trek. Il n'y a pas seulement la nature qui est magnifique, il y a les gens qui se mettent en 4 pour l'intendance et pour nous aider dans les passages très difficiles. Le Bhoutan refuse la modernité mais le pays est bien géré par le gouvernement et il y a des taxes à payer qui sont très onéreuses. C'est une gestion du tourisme très intelligente car il n'y a pas de tourisme de masse comme au Népal. La montagne était une de mes passions et mes économies partaient uniquement pour ce genre de voyages. Durant 20 ans, j'ai voyagé un peu partout dans le monde et bien sûr dans les pays où il y a des sommets enneigées. C'est une passion qui m'a obligé de me dépasser mais j'y ai laissé des plumes (prothèse du genou ).

Plus de grands voyages pour moi, je me ballade dans mon intime et cela me suffit.

Merci pour votre regard !❤❤❤

 

 

Modifié par Cassiope

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Myrtille

Un voyage bien partagé invitant le lecteur à se plonger dans l'atmosphère de ce trek. En cet été de canicule le froid est bienvenu rafraichissant notre cerveau endormi. Bravo pour ce voyage qui demande effort, humilité face à l'immensité et la dureté des lieux. Quittez son confort pour se confronter à la nature quelquefois plus que difficile, chapeau @Cassiope, mais quels souvenirs si bien exprimés

  • Merci 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites