Jump to content
Pierre Brandao

À contre-sang

Recommended Posts

Pierre Brandao

À CONTRE‑SANG 

 

Je griffe à contre‑courant l'eau des sentiments, 

Ignore le présage au seuil du firmament 

Qui scintille au ciel ... 

Je trouble sur le fil l'instant calme et dément 

Et cherche comme page un des Tritons charmants 

Qui scintille espiègle ...

 

Il a le pouvoir de tuer !

Il a le pouvoir de naître !

Il ne sait pas qui tu es 

Mais te fais disparaître !

 

Je circule à contre‑cœur le sang de mes peines, 

Ignore le cancer qui me ronge les veines, 

Vaisseaux étoilés ... 

Je perturbe le fil d'un jongleur qui s'entraîne 

Dont la raison vacille au miroir de la haine,

Vaisseau malaisé ...

 

Il a le pouvoir de rire !

Il a le pouvoir de tuer !

Il sait te faire souffrir 

Sans savoir ce que tu es !

 

Je rabats à contre‑lit la housse de peau 

Préposé solitaire au funeste dépôt 

Plafond de comètes 

Je ne sais plus le froid encore moins le chaud 

Que tout autour de moi s'inspire le cachot 

Plafond sans tête !

 

Il a le pouvoir de tuer !

Il a le pouvoir de naître !

Qu'importe ce que tu es 

Il te fera disparaître !

 

J'ose à contre‑rancoeur frapper le bois d'ébène 

Dont l'on me couvre. Alors, je sens une phalène

Devenir atome ! 

Je ne vis plus en moi qu'une terrible haleine,

Je ne vis plus en moi que l'ombre de ma peine, 

Néant d'être un homme !

 

Il a le pouvoir de rire ! 

Comme de faire souffrir ! 

Mais qu'importe qui tu es 

S'il a le pouvoir de tuer !

 

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Diane

heureusement la poésie est là 

et elle n’est pas contre -indication !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor

J'ai vraiment apprécié les différentes strophes qui contiennent de belles images. En revanche, j'ai trouvé le refrain (puisqu'il revient tout du long) en décalage par rapport aux strophes avec un style plus direct et moins dans la poésie.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pierre Brandao

Merci @Diane pour ce retour d'impression 🙂 

@Eathanor, ce refrain intervient comme une intrusion par une tierce entité... Normal donc qu'il ne soit pas de même essence que les quatrains... J'ai voulu jouer d'une certaine dualité, dans laquelle un certain désespoir est moqué par une forme d'ironie, voire un sarcasme intemporel et invisible... Merci pour ton appréciation cher ami 🙂 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...