Jump to content
Maxence J.

La Mécanique de la Vie

Recommended Posts

Maxence J.

Je plains les Hommes
Quand ils bouffent la terre,
Qu'ils se noient
Et qu'on se dise
Que ça fera,
"Sûrement",
Un bon thé.

Je plains les Hommes
Quand je les vois tourner
Comme des écrous
Dans leurs vices
En s'enfonçant
Dans le trou
De leur vis.

Je plains les Hommes
Quand leurs extrémités
Nous rappellent des rouages
Et qu'ils tournent
Dans un engrenage
Où ils s'oxydent
Au point d'en être occis

Oh oui, je plains ces Hommes
Quand ils fondent
Sous la pression
De l'atmosphère
Et que la fusion
De leur peau de fer
Ne serve que leur patron

Mais bon, ainsi va
La Mécanique de la Vie.

  • Aimé 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
Marc Hiver

@Maxence J.,

 

Un poème rebelle, c'est rare et ça mérite un coeur à déguster fermement, et cependant très tendrement !

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny

Il faut bien être un peu "voyant" quand on a votre âge. Et lancer au monde des hommes les anathèmes bien sentis d'un regard juvénile qui prendrait les promesses que font les vieux aux enfants avec le sérieux du prophète et le regret de l'ermite.

 

On pardonne tout à celui qui, comme vous, écrit avec la verve des Cassandre et le souffle d'Homère.

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor

Je fais mien le commentaire plein de justesse de @Gabriel Montigny

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

Bonsoir @Maxence J. de votre poème tout en nuances jaillit une sorte de lassitude ... 

Je plains les Hommes
Quand je les vois tourner
Comme des écrous
Dans leurs vices
En s'enfonçant
Dans le trou
De leur vis."

je plains, comme vous, ces robots. 

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Filae77
Posted (edited)
Le 08/07/2019 à 03:58, Maxence J. a dit :

Je plains les Hommes
Quand

Bonjour @Maxence J.,  un cœur pour ce très beau texte structuré autour de l' anaphore citée  (renforcée par un 'oh oui'  astucieux ,dernière strophe.)

l' homme y devient 'élément '  broyé dans un système ( dont il est à l' origine  et qu' il n' a pas maîtrisé, préférant répondre à la question ' Comment '

à la question  'pourquoi'  ? Science sans conscience....)  La plupart des verbes employés dans votre texte relève plutôt du champ lexical de la mécanique

ou de la physique, mais 'Quand ils fondent Sous la pression' est très intéressant : 'être sous pression'  ou  'avoir la pression' sont des expressions du

langage courant (quoique relativement modernes), qui dépouillant l' humain de sa nature originelle , le réduit  à une pièce soumise aux contraintes

mécaniques et physiques d'une vulgaire pièce  d' usinage.  l' industrie niant à l' être humain sa nature profonde , l' assimile tel un élément

d' assemblage

Ne serve que leur patron- > parti pris assumé 

Edited by Filae77
  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...