Jump to content
Eathanor

Chroniques apocryphes

Recommended Posts

Frédéric Cogno

Je vois des gares mais dans un décor western couleur sépia. Du blues oui mais avec un son très laid back pour accompagner ce poème. J'aime beaucoup.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gilliatt

Chroniques apocryphes, le vertige du néant où tout se désagrège, bien plus qu'un spleen, un calme désespoir devant l'impermanence des êtres et des choses, un alcool fort pour amateur de mélancolie absolue, finalement ce poème est le négatif d'une belle photo du bonheur, j'ai toujours été fasciné par ces morceaux de pellicule joints à nos photos de vacances au soleil, tout y était méconnaissable, pourtant...

Je pense au poème de Baudelaire, ''Une charogne'', presque insoutenable et pourtant un vrai chant d'amour, nous sommes bien en poésie, bravo ! ❤️ 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Myrtille
Posted (edited)
il y a 7 minutes, Gilliatt a dit :

finalement ce poème est le négatif d'une belle photo du bonheur,

J'aime cette formulation, cela me fait penser à des trains de traverse que j'ai utilisés. De magnifique paysages sous les yeux alors que le cerveau est occupé à noircir son intérieur. Oui Bravo pour l'équilibre de ce poème où les contrastes s'entremêlent.

 

Je me méfie toujours des belles photos avec de magnifiques sourires, plus tard on apprend que c'était pour la photo et que tout était faux

Edited by Myrtille

Share this post


Link to post
Share on other sites
Carine

Quand à moi cela me fait penser aux rails de train de « la vie est un miracle » de Kusturika, voie en construction, interrompue par la Guerre, mais tout autour des paysages magnifiques et des gens lumineux... je suis sans doute complètement à côté mais ce sont les images qui me sont venues... en tous les cas j’aime beaucoup ce poème. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Marc Hiver
Posted (edited)

@Eathanor,

 

Tu es démasqué, Jim Jones ! Tu proposes à la communauté des poètes de se suicider collectivement, mais en beauté et poésie ! Des mots pour mourir... Un coeur pour saluer cette proposition !

Edited by Marc Hiver

Share this post


Link to post
Share on other sites
Diane
Il y a 16 heures, Eathanor a dit :

 

À chaque nouveau passage de ces trains,

Une plume plonge dans l’encre formolée.

Dans la sève évaporée des mots oubliés,

Elle achève ses chroniques apocryphes.

Et cela donne souvent d'excellents poèmes...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Filae77
Il y a 16 heures, Eathanor a dit :

À chaque nouveau passage de ces trains,

Une plume plonge dans l’encre formolée.

Dans la sève évaporée des mots oubliés,

Elle achève ses chroniques apocryphes.

Bonjour @Eathanor, encore un poème à la beauté bien douloureuse   au vu du vocabulaire ( avachis, s' effondrent,cassures....),  où  tout semble 

se déliter dans  la déliquescence  (  ultime subtilité  : même ce que la plume écrit est incertain ,  apocryphe -> dont l' authenticité est incertaine)

Pour ma part ,je pense que l' univers ferroviaire sert de décor,mais  le véritable thème  (très commun chez vous) est  la  décomposition et finitude.

(Sur ce point je suis plus proche  du point de vue  de  @Marc Hiver   ,  qui  a contrôlé  je pense s'il y avait un arrêt à Jouy-en-josas  )   

 

Coup de coeur

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ladouce

Bonjour @Eathanor. Superbe poème ciselé comme très souvent et où  le poids de la vie semble si lourd, si lourd...😢. Un coeur pour réchauffer l’ambiance. Bravo et merci Eathanor.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny

Apocryphe. Le mot est dit.

Tout poème est apocryphe de la réalité, il la traduit, comme on traduit en justice, comme on expose un dessin, une esquisse.

 

Ces chroniques sont apocryphes d'un réel transfiguré. 

 

Et votre poème devient ce train que l'on emprunte pour fuir ce réel pour votre imaginaire oh combien plus coloré.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pierre

Comment ne pas aimer, c'est superbe et en plus il n'y a ni ( JE ni MOI)  mais que d'émotion dans ce voyage

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

Je me complais toujours dans tes atmosphères lourdes ... de sens. Peut-être parce que je m'y retrouve toujours ..? ❤️ 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...