Jump to content
ouintenabdel

Le pouvoir de la lecture

Recommended Posts

ouintenabdel

Qu’est-ce qui fait rêver un enfant du désert ?

Les forêts, les bosquets, les étangs, les rivières,

La brume, le brouillard, les neiges et les pluies.

Tout cela, il le voit dans ses rêves, la nuit.

 

Mais d’où lui viennent donc ces images d’ailleurs ?

Mais des livres parbleu ! Pendant de longues heures,

Sans jamais se lasser, il baigne dans la mer

Des mots suaves ou plane, insoucieux, dans les airs

 

Où des verbes  exquis déploient leurs grandes ailes.

En fait, tout se confond dans sa tête où se mêle

Le Désert flavescent au Nord évanescent

 

Dont les paysages d’hiver ou de printemps

Font tous écho au sable et aussi à l’air chaud

De cette région où est si rare l’eau.

 

  • Aimé 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Seawulf

Texte poétique  qui fait la part belle, à juste titre, des bienfaits de lectures riches, diversifiées et abondantes. Elles favorisent, me semble-t-il, le développement de l'imaginaire et la fabrique de rêves à hauteur d'homme. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Jeep

J’aime beaucoup votre sonnet qui fait l’éloge de la lecture du point de vue d’un enfant du désert flavescent.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Filae77
Il y a 1 heure, ouintenabdel a dit :

Qu’est-ce qui fait rêver un enfant du désert ?

......

De cette région où est si rare l’eau.

 

Bonjour @ouintenabdel,  par delà la qualité de la prosodie de votre texte (et l' énumération dans la première strophe, )

je pense relever un lien indiscutable avec votre précédent poème,dans les 2 cas ,l' individu cherche à rejoindre un monde idéalisé et qu' il juge meilleur.

le terrible paradoxe est la:  l' occidental rêve de paysages de désert dans ce qu'ils évoquent d' absolu et de beauté , il a un besoin avant tout de dépaysement

et pour la plupart d' entre eux, se comportant en consommateurs, ils ne méritent pas ce qu' ils voient (çà n' engage que moi).

Mais l'  Enfant du désert (qui mérite mille fois un E majuscule ) fuit un quotidien qui l' accable , je n' ai pas cité et comme' couplé' les premiers et derniers

vers  par hasard.    Enfin quitte à entrevoir un monde auxquels ils aspirent, autant le faire par le biais d'un livre, parce qu'un livre c'est beau.... 

 

Bonne journée

Gérard

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Diane

Oui.

Mais puis-je dire qu'il n'y a pas que les enfants du désert qui rêvent en nourrissant leur imaginaire

de toutes sortes de livres ? 🙂

Share this post


Link to post
Share on other sites
ouintenabdel

Merci Seawulf, merci Jeep, merci Filae77, merci Diane K. Vos commentaires on ne peut plus pertinents  m’honorent et me réjouissent à plus d’un titre notamment après une si  longue absence du forum.

Cet Enfant du désert, c’est bien moi qui ai la lecture chevillée au corps. La lecture c’est mon violon d’Ingres, c’est mon dada. Je dois beaucoup aux livres. Moi qui suis casanier, la lecture me permet de voyager un peu partout dans le monde sans quitter mon galetas.

Je ne conteste pas que la lecture ouvre des domaines prodigieux de rêverie pour tout un chacun comme disait l’académicien Jean Dutourd. Mais ce qui change d’un individu à l’autre, c’est le contenu de ce dont on rêve. Le roman Désert de Jean-Marie Gustave le Clézio qui a eu un franc succès en France ne m’emballe pas.  Les dunes, les palmiers, les dromadaires, le thé mousseux à la menthe, cela ne me dit absolument rien. j'y suis habitué. Cela fait partie de mon quotidien. En revanche,  une incursion dans le monde féerique du Grand Meaulnes d’Alain fournier, voilà ce qui fait cavaler mon imagination  et met mes sens en émoi. Je ne sais plus combien de fois  j’ai relu ce superbe roman qui n’a pas pris la moindre ride à mes yeux. On rêve généralement de ce  à quoi on n’a pas accès. Voilà tout.

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gilliatt

Bonsoir @ouintenabdel , merci pour ce sonnet aux alexandrins irréprochables, les livres m'accompagnent depuis mon plus jeune âge, j'y ai puisé presque tous mes élans vers l'ailleurs, ce qui m'a amené à visiter le monde, maintenant revenu au pays, je continue le voyage en écrivant et en lisant des livres, toujours.

Votre poème est universel, il glorifie le Livre, le bien le plus précieux, car il contient tous les autres.

Share this post


Link to post
Share on other sites
ouintenabdel

Bonsoir Gilliatt,

Votre visite m’honore et me réjouit à plus d’un titre.

Je signe des deux mains, je ne changerai pas un mot ni une virgule de votre précieux commentaire sur l’importance des livres et de la lecture. Un trésor est caché dedans comme disait la Fontaine à propos d’autres choses.

Merci beaucoup.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

Ton poème est d'une rare beauté et je suis ravie de te lire à nouveau. C'est bien là le pouvoir de la lecture ! 😉 Merci pour ce beau moment. 

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
ouintenabdel

 

Ton commentaire si élogieux me va droit au cœur.  En tout cas, il  m’incite à m’appliquer encore davantage, le français n’étant pas ma langue maternelle. Je n’en fais usage qu’occasionnellement. Depuis que je n’enseigne plus, je  pratique de moins en moins cette jolie langue. J’ai peur de pondre un jour ou l’autre une énormité, provoquant une levée de boucliers.

Merci derechef pour tes encouragements.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor

Ô combien je suis en phase avec votre beau sonnet. La lecture est un passeport vers l'imaginaire. Elle alimente nos mondes rêvés. J'ajoute qu'elle peut aussi constituer une méthode de survie lorsque la vie tangue trop fortement, un récif où s'accrocher pour ne pas se noyer.

Share this post


Link to post
Share on other sites
ouintenabdel

Bonjour Eathanor,

Votre visite m’honore. Soyez-en remercié.

Je souscris  entièrement à vos propos. Outre son pouvoir évocateur d’images, oui effectivement, la lecture a une vertu thérapeutique avérée ainsi que l’écriture d’ailleurs. Tous les psychologues vous le diront.

J’ai beaucoup apprécié votre métaphore filée.  

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...