Jump to content
Ladouce

La seconde mort.

Recommended Posts

Gabriel Montigny

Qui n'a pas vidé la maison, fait le tri des souvenirs, des pâmoisons, recherché dans les objets la trace d'un être?

 

Cette idée du tri, du souvenir recyclé est parfaitement mis en exergue dans votre poème d'une tendresse communicative.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

Profonde émotion en vous lisant, @Ladouce avec une sensation de vécu. Mais votre titre est trop cruel, je mettrais plutôt : seconde vie. Coup de cœur

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Jeep

Quand une vie se résume à des rubans bleus et des carnets jaunis de poèmes.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gilliatt

Bonsoir @Ladouce C'est notre lot à tous, ou presque, les choses sont les choses et les êtres survivent, selon les croyances, en nos mémoires, aux cieux, ou ailleurs, ou même se réincarnent, le chagrin brouille la vue mais pas le cœur, ce poème très émouvant, c'est un hommage sublime...

Mais le dernier vers, inspiré par un trop lourd chagrin, ne vous fait pas justice, vous avez fait votre pénible devoir et choisi, j'en suis sûr, les objets que votre Grand-mère vous aurait elle même confiés.

Un cœur pour ce poème ❤️

Share this post


Link to post
Share on other sites
Diane
Il y a 14 heures, Ladouce a dit :

De ma grand-mère, un jour, j’ai vidé la maison.

 

 

Mais j’ai gardé ta collection de rubans bleus,

Tes carnets jaunis où dorment de vieux poèmes

Qui chuchotent la nuit ce mot-velours : « je t’aime »,

 

Vous avez gardé l essentiel...

 

Touchant poème. 

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Filae77
Il y a 15 heures, Ladouce a dit :

’j' entends les larmes de la vieille horloge.

Elles tombent au sol, éclaboussent le silence,

 

Il y a 15 heures, Ladouce a dit :

sur ta tombe très blanche, j’ai déposé 

Mon cœur trop rouge

Bonjour @Ladouce,  un cœur pour ce poème tendre et émouvant. tout l' ensemble serait à citer mais ces 2 passages  me plaisent particulièrement .  

(une tombe 'très blanche', cela ne s' oublie pas)

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ladouce

Merci @Gabriel Montignyd’avoir pris le temps pour la lecture de ce petit poème et pour votre commentaire. Cela fait toujours très plaisir.

 

    Bonjour @Joailes. Je suis contente de votre commentaire sur le titre de ce texte. Je suis entièrement d’accord avec vous, il n’est pas satisfaisant et même un peu « noir », effectivement.  J’ai pourtant cherché, j’ai souvent changé de titre et de guerre lasse, le texte ( déjà tapé ) a été posté avec le dernier titre trouvé...

     En fait, je souhaitais faire passer l’idée, que l’acte de «  vider une maison » donnait parfois le triste et désagréable sentiment, d’expulser les propriétaires de leur propre maison et donc, à la limite de les faire mourir une seconde fois. Je n’ai pas trouvé le titre adéquat.

       Votre proposition de titre « Seconde vie »serait en revanche, le titre parfait pour la suite de ce texte, car une maison vide, souvent retrouve une seconde jeunesse avec...jeune couple, enfant et chien ou chat. La vie est là, qui veille et il est toujours très agréable et satisfaisant de voir une maison «  revivre ».

     Merci pour le p’tit coeur Joailes.

 

   Merci @Jeeppour votre passage.

 

    Bonjour @Gilliattet merci pour votre très gentil message. 

    Comme beaucoup d’entre-nous, j’ai « vidé » plusieurs maisons appartenant à des membres de ma famille . Je voulais écrire un poème pour expliquer ce sentiment particulier, décrit précédemment dans ma réponse à Joailes mais qui devait se terminer sur la renaissance de cette maison. Le dernier vers, n’aurait pas dû être celui-ci mais, tout comme pour le titre, impossible d’y arriver.

    Lorsqu’on écrit un poème, on dirait parfois que le sens de ce poème vous échappe et qu’il s’accouche de lui-même. Vous semblez  être là, avec votre plume, juste pour l’aider à naître. Il s’impose. Je suppose que chacun connaît cet état, que c’est fréquent et certainement normal mais je reste toujours étonnée lorsque j’arrive à la fin d’un poème et que je le lis. Je le découvre. Ceci a peut-être un sens ! Donc...un grand merci pour votre réponse et le coeur déposé.

 

    Merci @Diane K.pour votre commentaire.  Si j’avais vécu  cette situation, oui, ces « petits riens » auraient pu représenter pour moi, une part de la personne disparue, l’essentiel, ce quelque chose d’indéfinissable, l’essence même d’un être. J’ai vécu d’autres situations similaires et ce fut le cas, pour « d’autres petits riens »ramassés et conservés précieusement. Vous avez vu juste 😊.

 

   Bonjour @Filae77je vous remercie pour vous lecture et suis heureuse si j’ai pu vous toucher par ce petit poème. Merci pour le coeur déposé, j’y suis sensible.

 

   

Share this post


Link to post
Share on other sites
Filae77
Posted (edited)

Bonjour et merci @Ladouce,  Il y sur ce forum une abondance de textes ,dans des styles et qualités diverses.

Mais l' important à la fin, c'est:   que restera-t-il ?  de longues envolées érudites ? des textes virtuoses et vertigineux 

dont on ne sera pas capable de restituer la moindre phrase ?

Non : il restera des images fortes car inattendues ,comme par exemple : 'une tombe très blanche' ou d' une pendule qui pleure.

Merci @Ladouce 

Edited by Filae77
  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Outrehorizon

Beaucoup de douceur, de ressenti profond, dans ce beau poème bien construit.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ladouce

Merci @Outrehorizonpour votre lecture et votre gentil commentaire. Il me fait très plaisir et me rassure...un peu. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno

Ce poème invite au recueillement, il a la saveur des choses habitées par les âmes s'attardant dans l'ombre. Je suis touché. Votre plume retranscrit à merveille cet invisible intelligible légué par les êtres chers. Bravo !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor

Un poème très touchant et émouvant. Je n'ai pas encore fait l'expérience de vider une maison d'un proche mais j'imagine combien certains souvenirs, des moments de vécu, doivent s'agiter à cette occasion.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ladouce
Il y a 16 heures, Frédéric Cogno a dit :

Ce poème invite au recueillement, il a la saveur des choses habitées par les âmes s'attardant dans l'ombre. Je suis touché. Votre plume retranscrit à merveille cet invisible intelligible légué par les êtres chers. Bravo !

Bonjour @Frédéric Cogno, je vous remercie beaucoup pour votre message. Vous avez capté à merveille, ce que je pensais pourtant avoir caché entre les lignes...mais qui est pourtant l’essentiel . Merci pour votre lecture attentive qui m’a touchée.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ladouce
Il y a 3 heures, Eathanor a dit :

Un poème très touchant et émouvant. Je n'ai pas encore fait l'expérience de vider une maison d'un proche mais j'imagine combien certains souvenirs, des moments de vécu, doivent s'agiter à cette occasion.

    Bonjour Eathanor et merci beaucoup pour le retour que vous faites sur mon texte.

    Oui, « vider une maison » ( ce terme est en lui-même une agression, je trouve, mais je n’en vois pas d’autres, alors...) laisse un sentiment assez indéfinissable  . Il y a effectivement des souvenirs, des odeurs qui reviennent, des habitudes qui disparaissent à jamais etc...et surtout, ce désagréable sentiment de mettre les anciens locataires à la porte et de violer un peu leur territoire, leur histoire ( car vous avez accès à tous les fonds de tiroirs et petites cachettes ! ) 

    Ceci étant, c’est ainsi, c’est la vie. Pour moi,  l’important a été de

«  vider ces maisons », avec infiniment de respect et de tendresse, en souvenir des occupants. Ensuite, le coeur est en paix. 

    Reste bien sûr, un petit voile de nostalgie...souvent, de regrets...parfois. Mais la vie continue. Il faut donc la suivre 😊.

     Merci encore. Tous les messages postés me sont précieux .

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...