Jump to content
Outrehorizon

Afin que tu fusses la seule

Recommended Posts

Seawulf
Il y a 8 heures, Outrehorizon a dit :

La grisaille douce du silence où les mots se libèrent de l’objet qu’ils désignent. La seule

exigence est musicale, à l’heure où les mots meurent en syllabes sous l’inflexion de ta

voix.

 

Il y a 8 heures, Outrehorizon a dit :

Tu reviens, nageuse, à la surface des draps, fuyant le tourment du sommeil, accrochant

tes gestes aux rives de mon île, ivre encore des fleurs d’alcool au jardin sans arbre, nue comme ta véracité !

Magnifique poésie aux mots ciselés comme un diamant. J'aime intensément cette belle écriture au charme fou. L'imaginaire y gambade aisément. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Diane

 

Il y a 11 heures, Outrehorizon a dit :

Afin que tu fusses la seule dans mes yeux, je voudrais oublier toute image, marcher en

aveugle, les paupières closes, la canne blanche des souvenirs érigée dans la mémoire.

Tout le poème est magnifique et émouvant,

en particulier cette introduction.

Il y a 11 heures, Outrehorizon a dit :

Toi dont les perce-neige en fourmilières traversent la chair, dont la mouvance prépare

l’orage à l’outre horizon du silence...

Et celui ci est formidablement poétique.

 

un grand bravo Claude .

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

J'en suis restée pantoise : les mots valsent dans ma tête. Ce poème est magnifique ! 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny
Posted (edited)
Il y a 15 heures, Outrehorizon a dit :

 Femme de nacre à la source aurifère où je trouve cet hors du temps, soudain perçu. 
 je tire les amarres, maudissant l’ancre qui nous tient encore à la muraille du monde.

Claude, peut-on écrire un poème aussi absolu que le tien?

On ne peut à chaque vers  que bénir la providence qui a unit deux destins. Si chaque vers est d'une beauté qui m'est cruelle, j'ai retenu ces deux là. Cette femme de nacre qui mène hors du temps, ces amarres que je tire en maudissant trop d'ancres, ils sont miens aussi.

Je reste humble et admiratif dans cet amour accompli, ici sous nos yeux dans ce texte poignant, et j'envie le Graal quand je me perds en chemin.

Il n'y a pas de plus grand bonheur que de se savoir heureux. 

Edited by Gabriel Montigny

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno

Puissance poétique, tourbillons et vertiges, une poésie implacable sur les tréfonds d'un sentiment.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Nomal' sland

Bonjour @Outrehorizon

 

j'ai relu plusieurs ce texte, non pour en capter la compréhension, mais pour le pur plaisir de lecture.W

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ladouce

Que dire de plus : absolument magnifique. Un coeur bien sûr ! Merci @Outrehorizon

Share this post


Link to post
Share on other sites
Carine
Le 22/06/2019 à 00:05, Outrehorizon a dit :

Je voudrais masquer au monde mes phalanges aux tiennes pareilles

Quand à moi c’est ce vers en particulier qui résonne fortement en moi bien que je sois également séduite par l’intégralité de ce poème, bravo. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Jeep

Et que dire de l’emploi magnifique de l’imparfait du subjonctif au début du poème!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor

Je m'incline devant une telle merveille qui mériterait bien deux cœurs.

Vous lire est ici un pur nectar. Merci pour cela.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Outrehorizon

Merci Seawulf pour vos appréciations. Pour moi, en effet, la poésie est de l'orféverie. La spontanéité ressemble au diamant brut. Il faut revenir sur les mots, non seulement, mais au cœur, jusqu'aux arcanes du vécu, du ressenti.

 

Merci aussi à Diane, qui passe comme un baume, une plume bienveillante sur mes poèmes.

 

Merci Joailes d'apprécier ainsi mon poème

 

Toujours, Gabriel, tes paroles sont justes et émouvantes... J'aimerais lire encore tes mots dans un message, faisant écho à mes propos...

 

Et puis merci encore à Frédéric, à Nomal'sland, à Ladouce, à Carine, à Jeep et à Eathanor, où je ne peux rien rajouter à leurs commentaires.

 

Merci à tous de m'avoir lu avec tant d'intérêts.

 

Claude

Share this post


Link to post
Share on other sites
Filae77
Le 22/06/2019 à 00:05, Outrehorizon a dit :

 L’âme en flammes nuance des ombres, quelque part, entre tes yeux de ciel,

Bonjour @Outrehorizon,  un cœur pour ce formidable concentré de beauté (moi qui étais encore sous le choc du 'malvenu',)

(travail d' orfèvre oui, mais au départ il y a le génie de l' idée) ,l' ensemble est vaguement étourdissant , par son inattendu sémantique (expression 

que je dois à @Gabriel Montigny) et  surtout un coté 'toile d' araignée' , où le lecteur dés les premiers vers sait qu'il n' en réchappera pas.

Claude vous êtes vous mis en tète d' inventer 'L' Outre poésie ' ?     

Share this post


Link to post
Share on other sites
Outrehorizon

Comme André Breton je cherche l'hors du temps et l'invisible aux bouts de mes doigts, et les pommes d'or derrière l'horizon... Merci Filae pour vos commentaires judicieux.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...