Aller au contenu

Devant l'augmentation des membres se contentant de poster leurs poèmes sans réagir aux autres textes, merci de ne pas oublier que cette communauté est placée sous le signe du partage.

Recevoir des retours sur ses textes est toujours enrichissant. N'oubliez pas de redonner un peu de ce que vous recevez en prenant le temps de commenter.

Joailes

Le peintre illuminé

Messages recommandés

Joailes

Il avait en ses yeux je ne sais quels enchantements

De rêves inachevés, de visions éphémères,

Comme des étoiles lointaines, filées au firmament

Et des rayons de lune emplis de lourds mystères.

 

Son pinceau animé par des délires amers

Eclatait sur la toile en longs sanglots muets ;

Le sang recouvrait le bleu de la mer

D'où montait une plainte à peine imaginée.

 

Quel combat livrait-il à son cerveau malade

Qu'un poignard acéré avait frappé dans l'ombre ?

Ses tableaux restaient toujours en rade

Ancrés à jamais dans des couleurs sans nombre.

 

L'atelier fut détruit un soir de cataclysme

Dans des torrents de rouges assassins ;

Sa douleur atteignit son paroxysme

Et il mourut ainsi, le pinceau à la main. 

 

  • Aimé 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Eathanor

Voilà un peinte illuminé qui m'emporte totalement. Des premiers poèmes que je peux lire de vous ici, celui-ci est sans conteste mon grand coup de cœur.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Joailes

ça me fait plaisir, merci. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Thierry Demercastel
Le 12/07/2018 à 15:18, joailes a dit :

Il avait en ses yeux je ne sais quels enchantements

De rêves inachevés, de visions éphémères,

Comme des étoiles lointaines, filées au firmament

Et des rayons de lune emplis de lourds mystères.

 

Son pinceau animé par des délires amers

Eclatait sur la toile en longs sanglots muets ;

Le sang recouvrait le bleu de la mer

D'où montait une plainte à peine imaginée.

 

Quel combat livrait-il à son cerveau malade

Qu'un poignard acéré avait frappé dans l'ombre ?

Ses tableaux restaient toujours en rade

Ancrés à jamais dans des couleurs sans nombre.

 

L'atelier fut détruit un soir de cataclysme

Dans des torrents de rouges assassins ;

Sa douleur atteignit son paroxysme

Et il mourut ainsi, le pinceau à la main. 

 

J'aime beaucoup votre poème.Merci.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Joailes

Merci à vous ... 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Léonard

Hokusaï, grand maître de la peinture japonaise, alors même qu'il était déjà un vieil homme, vit un jour son atelier détruit par un incendie.

Le lendemain même, dit-on, sans dire un mot, il recommença à peindre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Myrtille

La peinture fait partie d'une vie intérieure, elle est ce que nous sommes, dans le choix des formes et des couleurs. A la petite enfance des psychologues analysent les œuvres ce n'est pas anodin. Aimant peindre je suis souvent étonnée du résultat qui transpire . C'est un art comme l'écriture, même si on veut inventer le soi est toujours présent

Modifié par Myrtille

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
LSAO

Terrible Moby Dick assaillant souvent nos neurones étoilés...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Qui nous sommes

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur.

En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

Nos autres sites

×
×
  • Créer...