Jump to content
Gabriel Montigny

L’Écume du Café

Recommended Posts

Outrehorizon

Je trouve que ce poème fait écho à mon  "Brisement " Mais je demeure sans voix devant la force de ton poème, merci.

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny
Posted (edited)
Il y a 8 heures, Filae77 a dit :

@Gabriel Montigny   

Hé! Hé...nous y sommes .  (le poète ne dialogue qu' avec ses pairs.)  

Bonne journée 

 

Gérard

@Filae77

Reste à définir la notion de pairs. Cela implique-t-il nécessairement d'écrire de la poésie pour en saisir l'intention à défaut du sens?

Un poème sur la kabbale touchera-t-il un poète qui ne s’intéresse pas à l'ésotérisme?

Votre affirmation, Gérard, suscite bien des questions ^^.

Edited by Gabriel Montigny

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny
Il y a 1 heure, Outrehorizon a dit :

Je trouve que ce poème fait un écho à mon "Brisement" mais je demeure sans voix devant la force de ton poème. Merci

@Outrehorizon

  Merci de ta fidélité Claude.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Filae77
Posted (edited)

Bonsoir @Gabriel Montigny, décidément çà devient vraiment passionnant. 

A mon sens Le Poète confronte constamment en lui, un Don  Quichotte qui a une vision sublimée et quasi religieuse du monde , et un Sancho Pança 

qui a une approche uniquement utilitariste et pratique du langage;  et pourquoi cela ? Parce que le poète s' adresse à des humains et non au divin.  

Son tour de force est de puiser dans le champ lexical, symbolique,sémantique... d' un monde (qui au fond ne le mérite pas, mais à  qui il

reste redevable), pour offrir une  vision  où les mots, pourtant exactement les mêmes au sens de l' orthographe , mais complètement décontextualisés 

de leur usage courant ,trouvent une nouvelle vie,la Poésie.

Son risque (assumé) est l' altération de sa pensée (dans quelle état arrive-t-elle ?) , Glorieuse incertitude, et hermétisme de la chose Poétique,

qui comme la foi, à sa part d' irrationnel et d' inexplicable.

tant mieux ! j' appliquerai ces fameuses formules :

Rien de ce qui peut être expliqué ne mérite d' être compris,

à quoi on peut ajouter : Si tu as vraiment tout compris à la chose Poétique,c' est qu' on te l'a mal expliquée......

 

Désolé d' avoir été aussi long, réveillez ceux qui dorment....

 

Gérard

 

   

 

Edited by Filae77
  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Jeep

J’ai lu avec intérêt ce débat sur la signification de la poésie: expression d’une émotion, besoin d’exposition, recherche esthétique, langage de l’inconscient, exercice d’introspection, plaisir des mots... Tout est vrai et faux en même temps car on attend toujours le jaillissement de l’inexplicable.

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny
Posted (edited)
Il y a 15 heures, Filae77 a dit :

Bonsoir @Gabriel Montigny, décidément çà devient vraiment passionnant. 

A mon sens Le Poète confronte constamment en lui, un Don  Quichotte qui a une vision sublimée et quasi religieuse du monde , et un Sancho Pança 

qui a une approche uniquement utilitariste et pratique du langage;  et pourquoi cela ? Parce que le poète s' adresse à des humains et non au divin.  

Son tour de force est de puiser dans le champ lexical, symbolique,sémantique... d' un monde (qui au fond ne le mérite pas, mais à  qui il

reste redevable), pour offrir une  vision  où les mots, pourtant exactement les mêmes au sens de l' orthographe , mais complètement décontextualisés 

de leur usage courant ,trouvent une nouvelle vie,la Poésie.

Son risque (assumé) est l' altération de sa pensée (dans quelle état arrive-t-elle ?) , Glorieuse incertitude, et hermétisme de la chose Poétique,

qui comme la foi, à sa part d' irrationnel et d' inexplicable.

tant mieux ! j' appliquerai ces fameuses formules :

Rien de ce qui peut être expliqué ne mérite d' être compris,

à quoi on peut ajouter : Si tu as vraiment tout compris à la chose Poétique,c' est qu' on te l'a mal expliquée......

 

Désolé d' avoir été aussi long, réveillez ceux qui dorment....

 

Gérard

 

   

 

 

Il y a 3 heures, Jeep a dit :

J’ai lu avec intérêt ce débat sur la signification de la poésie: expression d’une émotion, besoin d’exposition, recherche esthétique, langage de l’inconscient, exercice d’introspection, plaisir des mots... Tout est vrai et faux en même temps car on attend toujours le jaillissement de l’inexplicable.

@Filae77 et @Jeep

Je vous associe tous les deux pour une réponse unique. Vous avez raison. La seule certitude que l'on peut avoir à l'égard de la poésie c'est qu'elle ne peut se construire que dans l'incertitude la plus complète. Incertitude des mots, incertitude de l'intention et incertitude dans le processus créatif qui lui donne naissance.

  Car au fond c'est bien de cela qu'il s'agit, de créer. Ce processus créatif tout entier qui nous passionne autant qu'il nous inquiète du fait même de l'incertitude de l'effet esthétique qu'il va produire. 

  J'ai à l'égard d'un poème cette sensation étrange à chaque fois. Je le porte en moi, parfois longtemps, puis je l'expulse, le contemple, l'aime et puis m'en sépare pour le donner au monde, au lecteur peu importe, il ne m'appartient déjà plus.

Edited by Gabriel Montigny

Share this post


Link to post
Share on other sites
Filae77
Le 11/06/2019 à 19:54, Diane K. a dit :

Personnellement j'ai du mal à me satisfaire uniquement de l'esthétisme et de la forme.

J'ai besoin aussi de sens et d'émotion. Le fond et la forme.

Bonjour @Gabriel Montigny,  je pense que @Diane K. a touché du doigt la problématique essentielle.

Le poète (même s' il s'en défend) ,est dans une logique de séduction et pour cela, il a une arme terrible: la qualité de sa  prosodie . 

On peut être insensible au fond ,tout passionnant soit-il , mais comment résister à une prose bien tournée ou à une formulation exquise ?(indépendamment du sens) .Ma question:  la Poésie se justifie t elle sans une certaine quantité de signifiant ?   ( et d' ailleurs la poésie se doit-elle d' être signifiante ? )

 

Gérard

Share this post


Link to post
Share on other sites
Diane
il y a une heure, Filae77 a dit :

 

On peut être insensible au fond ,tout passionnant soit-il , mais comment résister à une prose bien tournée ou à une formulation exquise ?(indépendamment du sens) .Ma question:  la Poésie se justifie t elle sans une certaine quantité de signifiant ?   ( et d' ailleurs la poésie se doit-elle d' être signifiante ? )

 

Gérard

Je vous réponds donc en tant que lectrice  : il n'est pas question de "résister" ni d'a priori, simplement même si je trouve la forme jolie, bien tournée, musicale, des mots choisis pour leur beauté, etc...je ne ressentirai pas le plaisir ni l'émotion du sens/fond qui me touchera moi, parce qu'il résonnera en moi.  

Je trouverai cela esthétique oui, mais seulement esthétique. Et l'esthétisme seul ne me déclenche pas d'émotion autre que le plaisir des yeux. Mais je conçois fort bien que cela puisse être différent chez d'autres.

 

Ce n'est pas selon moi un problème de quantité de signifiant, mais plutôt je crois d'attente personnelle à chacun de ce que lui procurera un texte. C'est totalement subjectif !

 

Mettez moi sous les yeux un poème de Char, pour reprendre l'exemple de Gabriel, je reconnais que c'est beau, mystérieux, esthétique oui, mais cela ne me procure absolument aucune émotion . C'est une construction savante et bien faite pour troubler le lecteur, mais j'y reste malheureusement assez insensible.

 

Sans doute mon esprit n'est il pas suffisamment ouvert ( éduqué ? ) à ce type de langage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Myrtille
Le 08/06/2019 à 09:26, Gabriel Montigny a dit :

Impossible de me raser
Sans que le miroir
Ne réfléchisse

Impossible de regarder sans cadrer
Impossible de parler sans construire
Impossible de penser sans imaginer
D’imaginer sans créer
Les mots sont des images
Les images, des mots
Il faut composer
Organiser le monde
Emprisonner le réel dans une composition

L'écriture peut devenir en effet obsession, tout est prétexte à retenir pour justement emprisonner et composer. L'écriture est de tous les instants, les mots, les images, les situations s'engrangent pour mieux les mettre au clavier après lente macération

Share this post


Link to post
Share on other sites
Marcelin

Cette conversation me fait penser à ces vers de Baudelaire:

"La Nature est un temple où de vivants piliers

Laissent parfois sortir de confuses paroles ;

L’homme y passe à travers des forêts de symboles

Qui l’observent avec des regards familiers."
 

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ladouce

J’adore ce poème, qui pour moi est peinture, parfum et sens mais après tout ce qui a été écrit...ce commentaire a t’il encore un sens  ? 

En général, avant de vous lire, je récite un semblant de mantra : Ne pas te comparer, ne pas te comparer, ne p...

Il est très difficile de prendre la plume après la lecture de vos poèmes mais je n’en rate pas un. C’est un vrai plaisir.! Merci @Gabriel Montignyet bien sûr...bravo 😊.

 

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny
Le 14/06/2019 à 15:09, Myrtille a dit :

L'écriture peut devenir en effet obsession, tout est prétexte à retenir pour justement emprisonner et composer. L'écriture est de tous les instants, les mots, les images, les situations s'engrangent pour mieux les mettre au clavier après lente macération

@Myrtille

S'il n'y avait obsession à écrire, nous ne nous mettrions à la table incessante ou le vide se remplit de nos mots par la pure nécessité de dire le monde, et le sien particulier. 

Le 14/06/2019 à 15:25, Marcelin a dit :

Cette conversation me fait penser à ces vers de Baudelaire:

"La Nature est un temple où de vivants piliers

Laissent parfois sortir de confuses paroles ;

L’homme y passe à travers des forêts de symboles

Qui l’observent avec des regards familiers."
 

@Marcelin

Ne jamais oublier que Baudelaire fut aussi critique d'art et qu'il comprenait mieux que quiconque les affres du processus créatif.

Le 14/06/2019 à 18:26, Ladouce a dit :

J’adore ce poème, qui pour moi est peinture, parfum et sens mais après tout ce qui a été écrit...ce commentaire a t’il encore un sens  ? 

En général, avant de vous lire, je récite un semblant de mantra : Ne pas te comparer, ne pas te comparer, ne p...

Il est très difficile de prendre la plume après la lecture de vos poèmes mais je n’en rate pas un. C’est un vrai plaisir.! Merci @Gabriel Montignyet bien sûr...bravo 😊.

 

@Ladouce

Votre hommage me touche mais j'en combats l'argument. Il ne faut jamais se comparer autrement que dans l'inconscience d'égaler. Quand j'ai écrit mon premier poème, je me suis cru du talent. Et j'ai lu les plus grands, je les ai étudié et je suis arrivé à ce seul constat, je ne serai jamais aussi grand, jamais aussi bon qu'eux. Je ne pourrai être que ce que je suis. J'ai écrit des centaines de poèmes, et j'ai effacé depuis longtemps le premier. 

  J'ai fini par avoir de l'exigence. C'est la seule possibilité.

Alors de grâce, écrivez à l'aune de votre propre exigence et fuyez les comparaisons .

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny
Le 14/06/2019 à 13:49, Diane K. a dit :

Je vous réponds donc en tant que lectrice  : il n'est pas question de "résister" ni d'a priori, simplement même si je trouve la forme jolie, bien tournée, musicale, des mots choisis pour leur beauté, etc...je ne ressentirai pas le plaisir ni l'émotion du sens/fond qui me touchera moi, parce qu'il résonnera en moi.  

Je trouverai cela esthétique oui, mais seulement esthétique. Et l'esthétisme seul ne me déclenche pas d'émotion autre que le plaisir des yeux. Mais je conçois fort bien que cela puisse être différent chez d'autres.

 

Ce n'est pas selon moi un problème de quantité de signifiant, mais plutôt je crois d'attente personnelle à chacun de ce que lui procurera un texte. C'est totalement subjectif !

 

Mettez moi sous les yeux un poème de Char, pour reprendre l'exemple de Gabriel, je reconnais que c'est beau, mystérieux, esthétique oui, mais cela ne me procure absolument aucune émotion . C'est une construction savante et bien faite pour troubler le lecteur, mais j'y reste malheureusement assez insensible.

 

Sans doute mon esprit n'est il pas suffisamment ouvert ( éduqué ? ) à ce type de langage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

@Diane K.

  Je me permets une réponse particulière. Vous abordez ici une problématique passionnante mais ambivalente. En effet votre point de vue se développe à la hauteur de vos lectures. Et si vous avez besoin du secours du sens pour atteindre l'émotion, si votre esthétique repose sur l'appréhension du texte, cela est respectable. Je vous dirai alors que René Char n'a pas écrit pour vous. Il est impossible de tout aimer, de tout ressentir dans tous les genres et dans tous les styles. Vous l'avez parfaitement souligné dans la notion d'éducation au langage pour l'apprécier. On peut dire la même chose de la peinture abstraite ou de la musique dodécaphonique, sans éducation du regard ou de l’ouïe il est difficile d'aborder ces rivages là. C'est une formidable humilité de pouvoir mesurer les limites esthétiques qui encerclent nos explorations.

   Mais je m'interroge sur la poétesse. Pourriez vous en dire autant de votre écriture?

  N'êtes vous pas tentée par l'artifice d'un imprécision de masquer au lecteur une intention intime qu'une pudeur d'écriture saurait dissimuler?

Et ainsi jouer avec le sens qui vous est, lectrice, si vital?  

Share this post


Link to post
Share on other sites
Diane
Il y a 10 heures, Gabriel Montigny a dit :

@Diane K.

  Je me permets une réponse particulière. Vous abordez ici une problématique passionnante mais ambivalente. En effet votre point de vue se développe à la hauteur de vos lectures. Et si vous avez besoin du secours du sens pour atteindre l'émotion, si votre esthétique repose sur l'appréhension du texte, cela est respectable. Je vous dirai alors que René Char n'a pas écrit pour vous. Il est impossible de tout aimer, de tout ressentir dans tous les genres et dans tous les styles. Vous l'avez parfaitement souligné dans la notion d'éducation au langage pour l'apprécier. On peut dire la même chose de la peinture abstraite ou de la musique dodécaphonique, sans éducation du regard ou de l’ouïe il est difficile d'aborder ces rivages là. C'est une formidable humilité de pouvoir mesurer les limites esthétiques qui encerclent nos explorations.

   Mais je m'interroge sur la poétesse. Pourriez vous en dire autant de votre écriture?

  N'êtes vous pas tentée par l'artifice d'un imprécision de masquer au lecteur une intention intime qu'une pudeur d'écriture saurait dissimuler?

Et ainsi jouer avec le sens qui vous est, lectrice, si vital?  

C'est pourquoi je vous ai répondu plus haut en précisant "en tant que lectrice" !

car il est exact de dire qu'il y a ambivalence entre l'auteur et le lecteur en terme de réaction bien sur.

A chacun sa façon personnelle de réagir avec son ressenti sur une oeuvre quelle qu'elle soit.

Et le scripteur n'est pas la même personne que le lecteur 🙂 

 

Et à chacun sa façon de construire ses textes avec son intention : claire ou cachée, l'auteur reste maître de sa production,  le lecteur ou spectateur restant lui meme libre de son interprétation ou traduction, et en effet ceci étant valable pour n'importe qu'elle oeuvre artistique .

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Diane
Posted (edited)

Ce sujet est tellement actuel qu'il est tombé ce matin au bac section L :

 

" A quoi bon expliquer une oeuvre d'art"........ 

vous avez 3 heures 🙂

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Edited by Diane K.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Filae77
Le 14/06/2019 à 11:53, Gabriel Montigny a dit :

Rien de ce qui peut être expliqué ne mérite d' être compris,

Bonjour @Diane K.,  cité plus haut  (çà n' engage que moi)

 

Gérard

Share this post


Link to post
Share on other sites
Diane
il y a 3 minutes, Filae77 a dit :

Bonjour @Diane K.,  cité plus haut  (çà n' engage que moi)

 

Gérard

ou dit autrement par Voltaire 

"Ce qu'on peut expliquer de plusieurs manières ne mérite d'être expliqué d'aucune"...

 

Je pense que ça se discute...la preuve, nous en parlons depuis des jours !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Filae77

@Diane K.non ce que je veux dire, c' est que la Poésie (comme la foi) , a une part d' irrationnel qui échappe à l' entendement,( et c' est  tant mieux)

et qui transcende et élève le Poète au-dessus de sa condition d' humain .Le 'terrain' de la Poésie n'est plus le profane ,mais bien le sacré .

on pourra 'chicaner' le Poète sur la qualité de sa prosodie , mais sur le fond il est  'incontestable'  (à mon sens)

 

Gérard  😋

Share this post


Link to post
Share on other sites
Diane
Il y a 1 heure, Filae77 a dit :

@Diane K.non ce que je veux dire, c' est que la Poésie (comme la foi) , a une part d' irrationnel qui échappe à l' entendement,( et c' est  tant mieux)

et qui transcende et élève le Poète au-dessus de sa condition d' humain .Le 'terrain' de la Poésie n'est plus le profane ,mais bien le sacré .

on pourra 'chicaner' le Poète sur la qualité de sa prosodie , mais sur le fond il est  'incontestable'  (à mon sens)

 

Gérard  😋

Evidemment.

On ne peut contester l'irrationnel.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...