Jump to content

Éphémère


Recommended Posts

Seawulf

L'éphémère s'en va

Tend les bras à qui veut

Ne sait à qui il se donne

Imagine guère à qui il manque. 

 

L'éphémère c'est un signe

Imperceptible, un fil de lumière 

Une main tendue, un mot offert

Une rencontre fortuite, un silence bruissant. 

 

L'éphémère c'est un instant

Ordinaire qui crée de l'inattendu

Une route qui s'égare quelque part

Un train qui n'arrive pas à l'heure

Un bateau en partance plus tôt. 

 

L'éphémère c'est une rencontre

Absente qui joue les déferlantes 

C'est un visage que l'on ne peut oublier

C'est un sourire anodin qui prend de la place

C'est toi à qui j'ai dit oui pour la vie. 

 

Edited by Seawulf
  • Aimé 9
Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno

L'éphémère est toujours porteur de poésie, c'est parfois un état de grâce qui libère un étrange message...Bravo Seawulf!

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Fleur de poème

l'éphémère est un mot qui donne à rêver, il traverse nos vies, insaisissable, un peu à la manière du sable qui nous file entre les doigts, bravo pour ce poème qui nous rappelle que les plus beaux instants ne sont pas faits pour durer.

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Myrtille

l'éphémère, ce mot que l'on ne peut utiliser qu'après, car quelquefois il dure, comme cette belle conclusion

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...
Ouintenabdel

Bonsoir Seawulf,

Très beau texte construit savamment sur une  gradation, créant ainsi  un effet de zoom : « un signe » (vers 5), « un instant « (vers 9), « une rencontre » (vers 14).  

Les trois derniers vers reposent sur une autre gradation : « un visage », « un sourire », "toi" produisant un autre effet de zoom.

Le dernier vers « C'est toi à qui j'ai dit oui pour la vie » annonçant  la chute fait contraste avec l’anaphore   « l’éphémère c’est »  qui sonne comme un leitmotiv.

L’oxymore (figure de style qui consiste à rapprocher deux termes antagonistes) : «  silence bruissant » (vers 😎 traduit à l’évidence cette apparente contradiction entre le terme « éphémère » qui introduit votre superbe  poème  et le mot «  vie » le clôturant.

L’anaphore « c’est » dans les trois derniers vers produisant l’effet d’insistance, l’assonance en dans le dernier : « C'est toi à qui j'ai dit oui pour la vie » et la rime intérieure : « dit », « vie »  scellent l’union à vie entre l’énonciateur et sa moitié à laquelle il voue un amour éternel.

Un grand bravo.

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Seawulf

Merci infiniment ouintenabdel pour ce décorticage particulièrement fouillé et très précis qui met bien en exergue le travail d'écriture fait et l'intention escomptée. Je suis très touché par cette démarche d'analyse et l'attention qui s'y rattache. Encore merci. 

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
  • 9 months later...
Epicene

L'éphémère sous vos mots prend une toute autre dimension...

J'ai aimé passer ici Seawulf, merci pour ce plaisir ! 🙂

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
×
×
  • Create New...