Jump to content
Frédéric Cogno

Nuit

Recommended Posts

Diane

Rien à faire, vos textes sont toujours superbes Frédéric.

 

il s’en dégage une paix et un béatitude contagieuses qui nous plongent 

dans un état de relâchement quasi céleste..-:)

 

et les sens ahuris...j adore !

il y a 53 minutes, Frédéric Cogno a dit :

J'ai les sens ahuris, j'aime l'ivresse obscure,

C'est un colin-maillard avec l'antre infini;

La douce nuit m'étreint, d'un baiser me susurre,

Sous l'aisselle d'Orion sa complainte enfouie,

Son doute originel et son autre blessure

Chantés par les poètes et les pauvres d'esprit.

 

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno
Il y a 5 heures, Diane K. a dit :

Rien à faire, vos textes sont toujours superbes Frédéric.

 

il s’en dégage une paix et un béatitude contagieuses qui nous plongent 

dans un état de relâchement quasi céleste..-:)

 

et les sens ahuris...j adore !

 

Merci du fond du cœur Diane.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Isabelle64

Que de belles images. Ce poème m'a fait rêver!

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Yguemart

@Frédéric Cogno Je reviens faire un tour sur AP et je tombe sur une nouvelle merveille offerte par vos soins. Toujours une belle maîtrise de la prosodie. Merci pour ce texte !

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Seawulf
Le 01/06/2019 à 09:44, Frédéric Cogno a dit :

La troublante forêt réunit les sylvains

Au pied d'un très vieux chêne enchâssé aux aïeux,

Près d'un rond de sorcière ils vont main dans la main,

Danser tout barbouillés de champignons gris-bleus,

Fardant les ténèbres d'une moire d'étain

Pour la farandole des rats et des hiboux.

 

Le 01/06/2019 à 09:44, Frédéric Cogno a dit :

Alors que toi, tu dors. La nuit loue tes soupirs

Comme une jolie fée en docile menine.

La fenêtre ouverte pour les anges à venir,

Tes longs cheveux de fièvre avec le vent peaufinent

Les parfums dénoués qui s'en iront mourir

Sur le toit des collines où la lune sourit.

 

Nuit, une poésie enchanteresse. 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno

Merci infiniment Diane Carine yguemart isabelle seawulf

Share this post


Link to post
Share on other sites
Outrehorizon

Votre poème sensible dégage une atmosphère de grande paix, d'amour infini... au pur de la forêt troublante comme notre âme.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Marc Hiver

@Frédéric Cogno,

 

Le 01/06/2019 à 09:44, Frédéric Cogno a dit :

La troublante forêt réunit les sylvains

Au pied d'un très vieux chêne enchâssé aux aïeux,

Près d'un rond de sorcière ils vont main dans la main,

Danser tout barbouillés de champignons gris-bleus,

Fardant les ténèbres d'une moire d'étain

Pour la farandole des rats et des hiboux.

Je retrouve le charme du Seigneur des anneaux ! Ah ! les sylvains ! les ronds de sorcière. Et quand les rats et les hiboux entament la sarabande, je craque, man. Yo ! Un coeur !

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny

Frédéric, vous avez ce talent rare, celui des poèmes-mondes. On y entre et aussitôt le dépaysement se mêle à d'obscurs souvenirs pour former un univers aussi familier qu'un rêve et aussi étrange qu'un paysage dessiné dans un livre d'enfance. Il y a dans la pureté de vos mots une "intention" si limpide qu'elle emporte l'adhésion jusqu'à l'appropriation intérieure. Votre poésie enrichit.

 

Un cœur, d'évidence. 

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno

Merci beaucoup: Eathanor, Marc, outrehorizon, Gabriel!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Jeep

Je me joins à vos admirateurs.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
hersen

Ce poème, c'est une ambiance où chacun a sa place; et c'est en cela qu'il est beau. Beau.

 

Un monde ouvert.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ladouce

Après la lecture de votre superbe poème, j’ai envie de silence et de me servir de  cette douce impression d’irréel, comme un cache coeur. Donc ce sera court : bravo et merci @Frédéric Cogno.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno

Un grand merci Jeep Hersen Ladouce!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mohè

j'ai lu votre poème comme on boit un élixir 

j'ai pensé aux sorcières, je ne saurai dire pourquoi... 

 

et cette nature luxuriante, sublime. 

un vrai coup de coeur. 

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fleur de poème

Un poème plein de sérénité  où la nature est à la fois réelle et peuplée d'êtres dotés de pouvoirs mystérieux " la farandole des rats et des hiboux ", j'ai l'impression de plonger dans le monde de l'enfance ( soit dit en passant très proche de la poésie). Un texte comme toujours très réussi !.

  • Merci 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Julien Ertveld

Le songe d'une nui d'été

et ses étrangetés

évoque les soupirs

distillés par Shakespeare

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...