Jump to content
Mohè

Sans titre

Recommended Posts

Mohè

Cela te coupe le souffle, tu suffoques comme un poisson sur terre, et le froid est mordant, et nue tu t'en fous, à la vie comme à la guerre, chacun ses armes toi tu n'en a pas, et saoule tu t'en fous, toi tu danses contre la vie, tu aspires la nuit ivre, folle, rien ne te fais jouir plus, rien ne t'affole, plus que, la sève du monde qui coule de tes doigts. Cela te secoue, tu hurles à l'intérieur, tu griffes l'écorce jusqu'au sang, t'abreuves de tout, de l'histoire d'anciens seigneurs à celles de poètes sans talent, et idiote tu t'en fous, toi tu rêves d'autres choses, tu aspires aux joyaux de l'âme, à la poussière d'or qui s'étale au crépuscule sur les falaises, les herbes folles et les vagues de larmes, t'y peux rien, et tu t'en fous, tu veux la beauté, les rimes, la poésie, rien ne t'accroche plus que, rien ne t'éblouies, plus que, que le bal des oiseaux, les jolis mots de Verlaine et Rimbaud, le vertige des plus hautes cimes, la ronde des jours infinie. La peau tendre, la page blanche, la fumée des cigarettes, la buée sur la vitre, l'éclat de rire de l'enfant, la bouche sucrée de l'amant, le pinceau du peintre, la douceur des matins. Cela t'inonde, tu cries, tu gueules, danses les bras ouverts, la tête en arrière, et en transe tu t'en fous, les pupilles abyssales, les lèvres mordues, t'aspires le vent, et tu voles, les poumons gonflés d'air au gré des ondes de la terre, des jolies choses de l'univers, et insouciante tu t'en fous, tu caresses les courbes des steppes mongoles, les ailes de l'aigle royal, le cours des ruisseaux, des torrents, des perles de cascades. Et fière tu t'en fous, sur le parquet du monde tu roules, roules de chaque côté des collines, grimpes aux murs pleins de lierres, à ceux des remparts du bonheur, alors fille de joie tu t'en fous, tu vis à la chamade, suis le fil du funambule, l'équilibre de la vie qui hulule, ouvre les portes des cages dorées, les livres calligraphiés, les portes des maisons abandonnées, et enfant de la terre, et humaine tu t'en fous, chacun ses muses, chacun sa foi, toi tu fais l'hymne à la grâce des choses, et passionnée tu t'en fous, donnes ton corps en extase à la folle danse de la vie, et banale tu t'en fous, la prose défaillante sur talons aiguilles, la pudeur maquillée de rouge, et fière tu t'en fous, tu t'embrases sous des baisers dans la nuque, agrippes chairs et cheveux, beiges et bruns, bois l'alcool la mer et ses embruns, croques les minutes des jours heureux, du présent des lendemains, et fragile tu t'en fous, toi tu ris de tout ceux, aveuglés, étourdis, en oublie d'être éblouis. 

 

C'est un texte qui date d'il y a onze ans déjà, j'en avais 16.

  • Aimé 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor

Même si vous l'avez écrit en tout petit, je l'ai bien vu que ce texte a été écrit  alors que vous aviez onze ans 😉 

C'est pour cela que je lui donne un cœur à dire vrai. Avec cette cavalcade de mots, vous parvenez à transmettre une urgence et un impératif d'absolu plutôt réussis.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mohè

Oups, je l'ai écrit quand j'en avais seize et non onze. Cela étant, je vous remercie de votre retour ! 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor
Il y a 2 heures, Mohè a dit :

Oups, je l'ai écrit quand j'en avais seize et non onze

Je me suis mélangé les doigts sur le clavier mais mon premier commentaire reste valable 🙂

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...