Jump to content
Pierre Brandao

À contre raison

Recommended Posts

Pierre Brandao

À CONTRE RAISON

 

 

Je clame l'innocence en forêt éperdue, 

Arbres d'ébène au cœur habillant les cercueils, 

Branches au tronc rongé percutant les écueils, 

Tel l'homme nu, debout, regardant l'étendue.

 

Je chasse l'inconscience en pensée défendue,

Qui se donne le droit d'ignorer les accueils

Faits aux moines discrets soucieux de leurs recueils

Se trouvant détroussés de leur âme, perdue.

 

J'ai chanté l'inconstance écopant la prison,

Renversant en l'esprit les règles de raison... 

Puis‑je m'enfuir du chêne aux rires de souffrance ?

 

J'ai bravé l'impatience en cela j'avais tort, 

Pour bousculer le temps qu'on me donne la mort !

Dois‑je me pendre à l'ombre effeuillée du silence ?

 

  • Aimé 2

Share this post


Link to post
Share on other sites
Filae77
Posted (edited)
il y a 9 minutes, Pierre Brandao a dit :

J'ai chanté l'inconstance écopant la prison,

Renversant en l'esprit les règles de raison... 

Puis‑je m'enfuir du chêne aux rires de souffrance ?

Bonsoir @Pierre Brandao, Merci pour cet hymne à l' empathie et à la justice en forme de questionnement, de très beaux vers  et de belles images.

coup de cœur😋

Edited by Filae77

Share this post


Link to post
Share on other sites
Jeep

Je reconnais totalement l’esprIt et la forme de votre poème. Merci d’offrir ce miroir.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor

Heureux de te voir retrouver le temps de venir errer dans nos contrées avec ce délicat poème 😉 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno

Subtil et profond, vivant aussi comme le bois, noueux en profondeur, noble et monacal comme ce questionnement intérieur.  Bravo pour ce sonnet.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Diane K.
Il y a 20 heures, Pierre Brandao a dit :

J'ai bravé l'impatience en cela j'avais tort, 

Pour bousculer le temps qu'on me donne la mort !

Dois‑je me pendre à l'ombre effeuillée du silence ?

 

Très beau sonnet à la métrique parfaite.

 

J'aime beaucoup le dernier tercet en sorte de demande d'absolution, 

surtout non pas la mort ...vous êtes tout pardonné !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Gabriel Montigny

Au delà de la forme classique, c'est la voix de Villon que j'entends qui parcourt vos vers.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...