Jump to content
Gabriel Montigny

Les deux voisins, fable

Recommended Posts

Gabriel Montigny
Posted (edited)

Il y avait en ce temps là, deux voisins fort dissemblables
dont le commerce était rare et pourtant fort aimable.
L’un était originaire de la lointaine Thessalique
l’autre médecin d’anciens temps épiques.

 

Le grec, citoyen d’un abord affable
cultivait le goût des passions raisonnables.
Il entreposait dans un meuble magique
chacune de ses passions anémiques.

 

Ce meuble austère, de chêne façonné, admirable
se composait de tiroirs dont le bougre était comptable.
Il y entreposait ses passions en ordre alphabétique
le tout arrangé en classement analytique.

 

Chaque tiroir muni de son étiquette convenable
était scellé par une clef de métal incassable.
Ainsi, à la manière des philosophes antiques
ses mouvements de cœur s’organisaient au gré de la logique.

 

Afin que ses élans de l’âme fussent canalisables
une hiérarchie s’organisait, irréprochable.
Il aimait la soule, ce jeu de balle préhistorique
mais aussi Vénus et ses charmes prolifiques….

 

A chaque inclinaison de son émoi invariable
un tiroir et une clé rendaient les sentiments discernables.
Il eut vécu longtemps dans une sagesse académique
une douce quiétude euphorique.

 

Mais il advint un jour un incident désagréable
le cratère finement décoré de ses clefs identifiables
se brisa net et saisi de panique
notre compère se lamenta devant ce tas labyrinthique…

 

Entendant ses cris dignes de Job le vénérable
Son voisin Ambroise accouru au secours du misérable
-Pourquoi tant de pleurs, et ce regard anémique?


-C’est que, chaque clef est unique,

Et je ne peux ouvrir mon cœur de manière convenable
je suis perdu, triste et pour tout dire incurable
Mais vous , ami , d’entrain toujours boulimique
comment faites vous pour tant de passions pléthoriques?

 

En souriant, le praticien le prit par l’épaule, imperturbable
le mena chez lui lui montrant un meuble indéfinissable.
Cette austère armoire ne possédait qu’un tiroir famélique
Le spartiate s’étonna allant jusqu’à se montrer sceptique.

 

-Un tiroir pour toutes vos passions formidables?
Mais comment faites vous pour échapper à l’inextricable?
Et qu’advient il si vous égarez la clef? C’est dramatique!!
Vous êtes à la merci d’un désordre épileptique!

 

Le médecin lui sourit et lui confia son secret formidable
point de clef, de tiroir aux passions incomparables…
Tout en vrac, amours, passions, haines et inclinaisons fatidiques
pour toujours, à tous vents, s’échappent de l’armoire-cœur calorifique….

 

***********************

Edited by Gabriel Montigny

Share this post


Link to post
Share on other sites
Frédéric Cogno

Amusant. Le texte est bien mené et cette apologie du fouillis me va très bien...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Joailes

Pendant lecture, je me suis sentie transportée chez La Fontaine et comme je n'ai pas dit fontaine ... j'ai bu ce poème ! 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Eathanor

Une fable originale sans héron, corbeau, lièvre ou renard, qui nous change justement de La Fontaine 😉 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Association régie par la loi du 1er juillet 1901, Accents poétiques vise à promouvoir les auteurs littéraires méconnus ou peu connus à travers la publication de recueils à compte d’éditeur. En offrant un forum de poésie à toutes les personnes désireuses de partager leurs muses, nous souhaitons également permettre à toutes les plumes de s'ébattre librement en ligne dans un cadre ouvert mais néanmoins garant d'une certaine qualité littéraire à travers les sélections de notre comité de rédaction.

×
×
  • Create New...